Skip to Content

Liban

Conjuguer aide d’urgence et solutions à moyen terme pour renforcer la résilience des communautés hôtes et des réfugiés

ACTED répond en même temps à l’urgence humanitaire et aux besoins de développement par une approche communautaire axée sur l’engagement et le renforcement des capacités de la société civile et des autorités locales. Cette approche a pour but de promouvoir une gouvernance responsable et l’engagement civique. La stratégie d’ACTED au Liban vise à permettre aux familles libanaises et aux familles réfugiées vulnérables de vivre dans des conditions décentes, tout en améliorant durablement la capacité de réponse des communautés. Le programme REACH constitue un important centre d’informations au Liban en soutenant différents acteurs avec des activités de cartographie et des évaluations spécifiques à chaque secteur.

Une aide d’urgence bénéficiant aux réfugiés vulnérables et aux familles d’accueil

Les communautés urbaines vulnérables de Beyrouth et du Mont Liban, composées de réfugiés syriens et de ménages libanais, souffrent de conditions sanitaires inférieures aux normes, d’un accès insuffisant à l’eau potable et d’un manque d’accès à des activités génératrices de revenus, qui les conduisent à adopter des mécanismes d’adaptation négatifs.
62 000 ménages de Beyrouth et du Mont Liban ont bénéficié d’une campagne de sensibilisation menée par ACTED sur les réseaux sociaux, de sessions de promotion de l’hygiène et de distributions de matériel d’hygiène : ces actions ont contribué à renforcer la prise de conscience sur le rôle de l’hygiène dans la réduction des maladies et la promotion de la dignité humaine. ACTED a également apporté un soutien en matière d’eau, d’assainissement et d’abris à plus de 1300 ménages et soutenu plus de 18 comités. ACTED a en outre apporté une aide monétaire multisectorielle à hauteur de plus de 1,18 million de dollars américains à 2500 familles dans le cadre du Cash Consortium libanais.

Des projets d’infrastructures pour une meilleure résilience des communautés vulnérables

Plusieurs projets mis en œuvre au niveau communautaire ont ciblé 44 175 individus avec des activités de gestion des déchets solides, de recyclage, ou encore construction de points d’eau communautaires. ACTED a également construit un réservoir d’eau de 1000 m3 dans la région du Ghazir : le réservoir permet de garantir l’accès à l’eau potable pour plus de 7600 personnes des villages environnants affectés par les pénuries d’eau, notamment pendant l’été. En 2015, ACTED a démarré un projet dans l’Akkar pour la réhabilitation de plus de 10 kilomètres de conduites d’eau, bénéficiant à 23 000 personnes. Ce projet contribue à renforcer la résilience des communautés hôtes accueillant un grand nombre de réfugiés syriens, tout en renforçant la cohésion sociale.

Renforcer la résilience de 200 femmes à Jbeil

ACTED a également mis en place un projet d’autonomisation des femmes dans la région de Jbeil, qui a permis de soutenir 200 femmes libanaises et syriennes. Des formations professionnelles ainsi que des sessions d’information ont été organisées sur les problématiques liées aux questions de  protection, santé, nutrition et hygiène, ou encore sur les techniques de couture. ACTED a aussi apporté un soutien sur-mesure permettant aux participantes d’augmenter leurs opportunités d’accéder à des activités génératrices de revenus. Les bénéficiaires ont reçu un certificat durant une cérémonie de remise de diplômes à laquelle ont assisté des représentants des autorités locales et d’ACTED. Les bénéficiaires ont maintenant accès à une activité génératrice de revenu, comme la confection de vêtements ou de couvertures destinées à la vente, qui leur permettra d’acheter des biens de première nécessité (nourriture, fournitures d’hygiène, médicaments, etc.).

En 2016, améliorer les capacités de réponse des communautés hôtes et des communautés réfugiées

Le conflit syrien entame sa sixième année, et ACTED au Liban se trouve aujourd’hui confrontée à un environnement de plus en plus difficile. Pour garantir la pertinence des interventions dans le contexte libanais actuel, la réponse humanitaire devra tenir compte de la situation de crise préexistante du pays d’une part, et de l’impact de la crise prolongée en Syrie sur la population locale d’autre part, notamment la pression énorme entraînée par l’arrivée massive de réfugiés. La stratégie d’ACTED vise donc à compléter l’aide humanitaire avec des interventions de développement à long terme pour améliorer la capacité de réponse et la résilience des populations ciblées. De plus, REACH restera un centre d’informations important pour soutenir les acteurs humanitaires et du développement en collectant des données, en fournissant de la cartographie et en conduisant des évaluations pour orienter leurs interventions.

Un réservoir d’eau à Qattine-Ghazir bénéficiant à plus de 7600 personnes

Le réservoir construit par ACTED à Qattine-Ghazir est désormais géré et contrôlé par l’Autorité de l’Eau à Beyrouth et au Mont Liban (EEBML) et est utilisé par près de 7600 bénéficiaires du district de Keserwane. Le réservoir a permis de remédier aux pertes d’eau, et la population de Ghazir a désormais accès à de l’eau pour faire la cuisine, la toilette et le nettoyage. Les équipes d’ACTED ont également mené des sessions de sensibilisation à la question de l’importance de la conservation de l’eau auprès des ménages libanais et syriens. Au cours de ces sessions, ACTED a distribué des pommeaux de douche économes en eau permettant de diminuer la consommation d’eau de 30 à 9 litres seulement par minute.

Placer les communautés cibles au cœur des interventions d’urgences 

En 2015, ACTED s’est engagé aux côtés d’acteurs humanitaires afin d’assurer un bon rapport coûts-efficacité des activités, notamment grâce à un recours accru à l’assistance en liquidités, mécanisme qui a prouvé son efficacité, tout en améliorant le ciblage des communautés et des foyers les plus vulnérables. Renforcer la capacité de la société civile libanaise et des autorités locales à résoudre ensemble les problèmes clefs de la communauté, y compris la prestation de services et la génération de revenus, est un moyen de réponse à la crise syrienne de plus en plus essentiel au Liban. Enfin, renforcer la participation de la communauté à la fourniture et la coordination de l’assistance humanitaire a permis d’améliorer l’efficacité des interventions de même que renforcer la protection des réfugiés permet d’apaiser les tensions sociales en hausse.

Partenaires en 2015 :

UK Department for International Development (DFID), European Commission Humanitarian Aid & Civil Protection (ECHO), European Commission Directorate-General for International Cooperation and Development (DG DEVCO), Food and Agriculture Organization of the United Nation (FAO), French Centre de Crise (CdC), HIVOS, Ministère français des Affaires Etrangères et du Développement International (MAEDI), United Nations Children's Fund (UNICEF), United Nations High Commissioner for Refugees (UNHCR)

 

14/05/2014       DERNIER RAPPORT D'EVALUATION

Ce qui se cache derrière le voile de béton

Début avril, le nombre de syriens réfugiés au Liban pour fuire la crise en Syrie dépassait un million. La pression sur les ressources déjà limitées du pays augmente, il est urgent de soutenir autant les réfugiés syriens que les communautés hôtes libanaises.

Pour que le soutien humanitaire soit efficace, il faut tout d’abord définir précisément les besoins. Les équipes d’ACTED ont mené des évaluations dans leurs principales zones d’intervention, Beyrouth et le nord du Mont Liban, pour avoir un aperçu des besoins humanitaires des populations vulnérables, autant réfugiés syriens que familles libanaises.

Les évaluations sont basées sur des questionnaires remplis par de nombreux foyers, une série de groupes de discussions semi-structurés sur des sujets précis, des interviews d’informateurs clés, et le suivi de toute une gamme de programmes et d’études d’évaluations.

Téléchargez le rapport d'évaluation complet ici:

application/pdf iconassessment_report_behind_the_concrete_veil_2014_final_web.pdf

Ce que le rapport révèle...

Les évaluations révèlent que le manque de ressources financières combiné au coût des logements en augmentation permanente à Beyrouth et au nord du Mont Liban sont à l’origine de la plupart des problèmes auxquels font face les réfugiés, notamment les mauvaises conditions de vie en terme de protection, santé et hygiène.

Le rapport met également en lumière l’extrême vulnérabilité des populations locales, et combien il est important de travailler avec les autorités locales pour faire face à l’impact de l’augmentation de la population sur la disponibilité des services de base.

22/04/2014    DERNIERE BROCHURE D'INFORMATION

 

Téléchargez la brochure sur la réponse d'ACTED à la crise des réfugiés syriens au Liban ici :

Nos communiqués