Yémen Article

Combattre le choléra au Yémen

Avec près de 700 000 cas suspects de choléra enregistrés depuis la reprise des conflits, les fortes pluies de l'automne menacent la population yéménite de nouvelles épidémies.

Travaillant dans le gouvernorat d'Al-Dhale'e, ACTED informe la population sur les mesures simples pouvant minimiser la propagation du choléra et d’autres maladies d’origines hydriques dans sa communauté.

80%
de la populatiopn - 24 million - nécessite une forme d'aide ou de protection humanitaire
55%
de la population manque d'accès à une source d'eau potable
Le prix de l'eau potable (acheminé ou en bouteille) a grimpé de 45% dans la dernière année
ACTED team is launching World Handwashing Day to Ad-Dhale'e school

Qu'est ce que favorise la propagation du choléra au Yémen ?

En mai 2017, le ministère de la Santé publique yéménite annonçait officiellement que le système de santé ne pouvait plus soutenir les mesures nécessaires pour stopper une nouvelle épidémie de choléra.

Suite aux conflits, la destruction des infrastructures sanitaires et les pénuries de carburant ont perturbés le bon fonctionnement des réseaux de distribution, des pompes motorisées et des services de distribution d’eau.

En outre, d’autres facteurs non liés au conflit, ont créé des conditions propices à la propagation des maladies d’origine hydrique. La contamination des sources venant de l’eau de pluie à cause des ordures non collectées combinée avec de mauvaises pratiques d’hygiène et d’assainissement de base a directement participé à l’expansion de l’épidémie.

Le Yémen est situé dans une région sèche et semi-aride du Moyen-Orient. Contrairement à d’autres pays du Moyen-Orient, le Yémen n’a pas de rivières. Il dépend de l’eau de pluie ainsi que des sources d’eau souterraine. Selon le rapport de la Banque mondiale de 2012, la disponibilité en eau du Yémen par habitant est la plus faible du monde : une situation créée en partie par sa géographie, mais aussi par des années de mauvaise gestion des ressources naturelles, de pratiques agricoles défavorables accompagné d’une croissance démographique importante.

Journée mondiale du lavage des mains 2019

Le village d’Almadhw est caché au milieu des montagnes d’Al-Dhale’e. Loin de la ville, son alimentation en eau est réduite et ses habitants dépendent donc d’un seul puit alimenté par la pluie et des eaux de surface – ce qui les expose aux caprices des pluies saisonnières et les rend particulièrement vulnérables aux maladies d’origine hydrique.

Le 15 octobre, ACTED a sélectionné ce village pour participer à une campagne de lavage des mains dans le cadre de la Journée mondiale du lavage des mains 2019, dont le thème central était  » Des mains propres pour tous « .

ACTED a ciblé plus de 500 élèves de l’école Saleh Mohammed avec des messages d’hygiène visant à montrer comment un manque de lavage des mains entraîne des maladies (comme la diarrhée) – qui obligent les enfants à manquer régulièrement l’école. La campagne a aussi mis l’accent sur la manière et le moment où les enfants doivent se laver les mains.

L’équipe d’ACTED a également ciblé les enseignants et les leaders communautaires pendant la campagne. L’organisation leur a partagé des informations en s’assurant de l’engagement du leader communautaire dans la poursuite des actions positives, en réhabilitant les toilettes de l’école et le réseau d’eau, donnant la priorité à la gestion locale des déchets solides afin de s’assurer que ces facteurs ne créent des risques supplémentaires pour la communauté.

Un groupe d'élève participant à la Journée Mondiale du Lavage de Main
justo ut suscipit Aliquam non sit at vulputate, fringilla risus