Yémen Article

Alors que l’inflation monte en flèche au Yémen, ACTED fournit une aide immédiate en espèces

La guerre au Yémen continue de faire rage et entre dans sa sixième année sans qu'une fin claire ne soit en vue. Les communautés ont dû s'adapter à l'incertitude de trouver du travail, de la nourriture et de la sécurité pour leurs familles. Avec peu de perspectives d'amélioration de la situation, une partie croissante de la population s'enfonce encore plus dans l'insécurité alimentaire alors que les ressources publiques se tarissent et que les emplois se font de plus en plus rares.

Yasmeen[1], une grand-mère de 70 ans avec une famille de 10 personnes, est l’une de ces personnes dont la famille lutte constamment pour faire face au manque de nourriture, d’eau et de possibilités de travail.

En parlant de la vie d’avant la guerre, elle se rappelle que la vie n’était pas toujours facile mais que la communauté était confortable et pouvait répondre à ses besoins de base car le gouvernement de l’époque fournissait encore les services de base et payait les salaires des travailleurs civils. « Mes fils pouvaient gagner un revenu régulier pour prendre soin de nous et il y avait assez de nourriture, d’eau et de ressources pour tout le monde dans la région ».

Aujourd’hui, la situation est radicalement différente. « La plupart des membres de la famille ont perdu leur revenu quotidien. Il est devenu difficile de se procurer de la nourriture, de l’eau, d’autres articles, ainsi que des services de santé. Ils ne sont pas là pour nous ».

[1] Changement de nom

ACTED staff interviewing Yasmeen

De plus, le conflit entre les Houthis et le gouvernement internationalement reconnu a provoqué une inflation massive des prix des produits de base, forçant les familles comme celle de Yasmeen à recourir à des mesures extrêmes. « Il n’y a plus d’accès à la nourriture, même aux légumes et aux fruits à bas prix. Parfois, nous devons sauter des repas comme le petit déjeuner ou le dîner ».

Aperçu de la situation

Niché au sud-est de Lahj, Al Millah est un district montagneux désertique connu pour ses étés chauds et secs et ses collines ondulantes. Malgré le peu de combats dans la région, la population locale n’a pas été épargnée par les effets du conflit yéménite qui dure depuis cinq ans. Il y a une absence évidente de nourriture et d’autres fournitures de base sur les marchés, les services de santé ne peuvent pas faire face aux besoins dans la région, et les possibilités d’emploi sont largement limitées à une base ad hoc. Toutes ces ressources ont été mises à rude épreuve alors que les personnes déplacées des régions du nord continuent à affluer à Lahj pour échapper à la guerre et que COVID-19 accroît son emprise sur le pays.

The rugged landscape of Al Millah, Yemen

Afin d’améliorer la situation de familles comme celle de Yasmeen, ACTED a fourni à près de quatre cents ménages vulnérables six séries d’aide en espèces d’une valeur de 80 USD par série.

En répartissant les cycles d’aide sur une plus longue période, les bénéficiaires peuvent choisir les besoins qu’ils souhaitent privilégier pour leur famille et sont en mesure de planifier leurs finances pour les mois à venir.

À mi-parcours de l’intervention, des personnes comme Yasmeen constatent déjà un impact positif sur leur vie.  » L’aide d’ACTED est utile pour ma famille. Nous sommes en mesure de rembourser certaines dettes que nous avons accumulées, nous pouvons acheter de la nourriture, de l’eau et d’autres articles, et nous pouvons nous rendre aux services de santé ».

Certaines familles ont décidé d’utiliser l’argent fourni pour investir également dans une planification à plus long terme. « D’autres personnes ont investi l’argent dans leurs propres entreprises privées », a déclaré un responsable de la communauté, principalement dans le secteur agricole. Certaines des familles ont également déclaré avoir pu stimuler la croissance ou s’attaquer à la dette qui entravait leur activité. En fin de compte, cela leur permettra de devenir plus indépendantes du soutien d’urgence des ONG une fois que ces activités auront été supprimées.

Aliquam accumsan sed Curabitur dictum ultricies luctus elementum fringilla risus. elit.