Yémen Article

Aider les populations yémenites à se réinstaller définitivement sur leurs terres

Cinq ans après le début de la guerre, le conflit au Yémen force des millions de familles à fuir leur foyer et laisse plus de 24 millions de personnes sans produits de base - comme de la nourriture, de l'eau et des produits d'hygiène. Alors que la géographie du conflit se transforme sur le territoire, certains de ceux qui ont été déplacés lors des précédentes vagues de combats ont perçu certains de ces changements comme une opportunité pour retourner dans leurs foyers. Alors que le pays n’est plus qu’à " un pas de la famine ", 70% du pays vie dans l'insécurité alimentaire. Il est donc vital de soutenir les agriculteurs yéménites afin qu'ils puissent contribuer à la production de produits agricoles. Mais avant que cela ne se produise, les ONGs doivent travailler pour répondre aux besoins immédiats des agriculteurs et de leurs familles, leur permettant ainsi de rester sur leurs terres et de recommencer à gagner leur vie.

Dans le gouvernorat d’Al Dhale’e, ACTED fournit une aide alimentaire d’urgence aux familles touchées par le conflit, leur permettant ainsi de commencer à reconstruire leurs moyens de subsistance et d’aider le Yémen à répondre aux besoins alimentaires de sa population.

YEMEN EST DÉSORMAIS LA "CRISE SÉCURITAIRE HUMAINE LA PLUS ÉTENDUE" AVEC 107 SUR 333 DISTRICTS RISQUANT UNE SITUATION DE FAMINE
LES PRIX DE L'INFLATION DES PRODUITS DE BASE ET DES INTRANTS ESSENTIELS AGRICOLES, COMBINÉ À UNE DÉVALUATION, CE QUI À CAUSÉ UNE AUGMENTATION GÉNÉRaLE DU COÛT DE LA VIE

"Il y a une ferme, mais pas de travail et pas de nourriture"

ACTED intervient dans le district d’Al Hussein, Al Dhale’e, une zone classée deuxième dans la classement des zones les plus touchées par l’insécurité alimentaire (IPC 4 – Urgence, un niveau éloigné de l’IPC 5 qui désigne le niveau ‘Catastrophe’). La population d’un peu plus de 60 000 habitants est composée de familles agricoles. Ces dernières dépendent aussi de la collecte et de la vente de bois de chauffage, du travail occasionnel et du soutien des parents en nourriture ou aide financières. Aujourd’hui, un quart de la population a besoin d’une aide d’urgence en raison de l’impact du conflit sur leurs moyens de subsistance.

Um Ameen, une grand-mère, est récemment retournée dans son village d’Al Hussein avec la famille de son fils. Son fils Ameen, 39 ans, travaillait quotidiennement comme ouvrier dans une des fermes du district. Comme le conflit se poursuivait, la ferme ne pouvait plus fonctionner et Ameen a été mise à pied.

Saeed prends le temps de raconter son histoire à un membre d'ACTED

La plupart du temps, je ne trouve pas de travail vraiment, nous luttons pour obtenir suffisamment de nourriture surtout avec l'augmentation continue des prix des aliments. Je n'ai pas de revenu fixe. Nous empruntons de l'argent et de la nourriture aux voisins et vice versa. Aussi, nous empruntons des marchandises au magasin, jusqu'à ce que nous trouvions de l'argent pour les rembourser, parfois nous devons vendre un mouton pour y arriver

Ameen

Aide alimentaire d'urgence

Les hommes viennent chercher leur ration de nourriture sur le site de distribution d'ACTED

Dans le cadre d’une intervention soutenue par USAID Food for Peace, Mercy Corps and Care, ACTED aide plus de 2 000 familles, comme celle d’Ameen, avec une aide alimentaire d’urgence. Cela comprend la distribution de farine, d’huile de cuisson, de haricots, de sucre et de sel. Outre les distributions directes, ACTED veille à ce que les marchés locaux ne soient pas lésés par des flux d’aide qui réduisent la demande pour leurs produits. Pour cette raison, l’organisation a fourni des bons d’alimentation pour permettre aux familles de faire leurs courses chez des vendeurs sélectionnés localement.

La distribution nous apporte une grande aide et nous permet d'économiser une bonne quantité de la nourriture nécessaire pour notre famille ", a déclaré Ameen, " C'est un excellent programme qui aide des centaines de familles dans le besoin. J'espère que cela continuera jusqu'à ce que la situation s'améliore

Ameen

Compte tenu du taux élevé de maladies liés à l’eau au Yémen, causé soit par une pénurie d’eau à long terme (avant le conflit) ou un manque de sensibilisation aux pratiques d’hygiène et d’assainissement et d’une mauvaise couverture sanitaire, ACTED a également jugé opportun de mener des sessions d’informations sur l’hygiène et la nutrition parmi les personnes recevant les distributions de nourriture/bons.

La formation nous a appris de nouvelles choses à appliquer dans notre vie" a-t-il dit "et nous a fait changer des mauvais comportements que nous pratiquions. Nous faisions beaucoup de choses de la mauvaise manière comme nous laver les mains

Ameen

Un Yéménite range sa ration de nourriture collecté dans son camion

Cette intervention a été rendu possible via le soutien de USAID:

eleifend at dolor. Nullam facilisis dictum ut