Skip to Content

Niger

La gestion post-crise humanitaire, une transition nécessaire vers le développement du Niger

Le Niger a été marqué en 2015 par de multiples crises qui ont entravé son développement. La crise alimentaire a continué à toucher les populations les plus vulnérables, estimées à
1 158 000 personnes. ACTED a distribué des rations alimentaires à 47 000 personnes vulnérables dans tout le pays. Le Niger subit également les crises sécuritaires des pays frontaliers, accueillant 56 000 réfugiés maliens depuis 2012, auxquels ACTED est venu en aide avec la gestion de trois camps de réfugiés. De même, ACTED a géré les camps de réfugiés nigérians et de déplacés nigériens, estimés à 250 000 au total, fuyant les attaques de Boko Haram dans la région.

La gestion des camps de réfugiés : une transition entre urgence et développement

Les crises politiques et sécuritaires des pays frontaliers ont entraîné des mouvements de population massifs dans le nord-ouest et le sud-est du Niger. ACTED a apporté un appui d’urgence multisectoriel, ciblé et adapté dans les camps de réfugiés maliens, nigérians et de déplacés nigériens. L’accès à l’eau et à l’assainissement, aux abris, aux vivres et aux services de protection a donc été amélioré. Consciente de la nécessité de doter ces populations des moyens de subvenir eux-mêmes à leurs besoins, ACTED a également travaillé avec les populations déplacées et les communautés hôtes au développement de leurs capacités économiques, avec des formations professionnelles et un soutien aux activités génératrices de revenus.

L’accès à l’eau, l’hygiène et l’assainissement, une priorité au Niger

En 2015, l’accès à l’eau potable et à l’assainissement de la population nigérienne est toujours limité. Cette problématique s’est accrue avec les déplacements de populations, particulièrement dans la région de Diffa au sud-est du Niger. Pour améliorer l’accès des populations aux services les plus essentiels, ACTED a mis en œuvre une approche mixte innovante, l’assainissement total piloté par la communauté (ATPC), qui permet d’inclure les communautés dans les activités et d’assurer ainsi la pérennité des infrastructures mises en place. L’approche ATPC permet d’enclencher une prise de conscience de la population concernant la mise en place des bonnes pratiques d’hygiène, réduisant ainsi les maladies liées au manque d’assainissement.

Un appui crucial en matière de prévention de la malnutrition et de sécurité alimentaire

Le Niger est structurellement affecté par l’insécurité alimentaire, la malnutrition et les phénomènes climatiques accablant les récoltes. ACTED intervient tout au long de l’année afin de répondre aux besoins alimentaires de base des populations réfugiées comme des communautés hôtes vulnérables. ACTED a ainsi procédé à des distributions alimentaires dans les 5 camps ainsi que dans 10 villages vulnérables, tout en assurant le dépistage et le référencement des enfants atteints de malnutrition aigüe. En outre, afin de combler les besoins des femmes enceintes ou allaitantes, ACTED a distribué des suppléments alimentaires et organisé des formations sur les bonnes pratiques familiales. Elles ont également bénéficié d’un suivi rapproché grâce à des personnes relais.

Une crise humanitaire qui se poursuit, un développement qui s’enclenche

Les troubles dans les pays frontaliers continuent de provoquer des mouvements de populations complexes, particulièrement dans la région du Lac Tchad. Tandis que les populations déplacées s’installent dans les villages et sites spontanés et non dans les camps, la cohésion sociale est perturbée par les attaques de Boko Haram et la pression sur les ressources. De plus, le Niger fait face à des défis de développement importants, auxquels ACTED répondra en renforçant la sécurité alimentaire des populations grâce à l’appui à l’agriculture et à l’élevage. Enfin, des changements de comportement seront encouragés pour pallier les effets déjà visibles du changement climatique.

Une action au service de la cohabitation pacifique

Hama, réfugié malien du camp de Tabareybarey, et Seidoun, commerçant nigérien du village d’Ayorou, discutent des possibilités de collaboration économique. Leur conversation est le fruit du travail d’ACTED auprès des différentes populations et e dson appui au développement d’activités génératrices de revenus pour les réfugiés maliens et les populations hôtes. ACTED a adopté cette stratégie pour favoriser le dialogue intercommunautaire et éviter les conflits pour l’accès aux ressources entre réfugiés et populations hôtes. Ce dialogue vient renforcer les instances mises en place par ACTED dans le cadre de la gestion des camps, telles que les comités de gestion des conflits.

Mise en place et gestion des camps de réfugiés dans la région de Diffa

Le principal défi pour ACTED au Niger se situe dans la région de Diffa, qui est le point d’attention principal de la communauté humanitaire actuellement, avec des premiers affrontements sur le sol nigérien début février 2015. Le gouvernement nigérien et le HCR se sont accordés sur la création de trois camps pour accueillir les populations déplacées et retournées volontaires. ACTED assure la mise en place et la gestion des camps durant la première année d’activité, en partenariat avec l’ONG nationale Karkara. ACTED poursuivra également son travail avec REACH pour fournir l’information nécessaire à la communauté humanitaire afin qu’elle puisse être en mesure de répondre efficacement à cette crise qui évolue rapidement.

Partenaires en 2015

Bureau of Population, Refugees, and Migration (BPRM), United Nations Children's Emergency Fund (UNICEF), United Nations High Commissioner for Refugees (UNHCR), World Food Programme (WFP)

Nos communiqués