Kenya Acted

Soutien financier direct pour favoriser le rétablissement et la résilience des communautés touchées par la sécheresse

Dans le sous-comté de Moyale, les éleveurs sont confrontés à la difficulté de concilier tradition et modernité dans un paysage vaste et complexe. Abdi, un éleveur expérimenté, note que leur mode de vie dépend de la disponibilité des pâturages et de l'eau, mais l'accès à ces ressources est devenu de plus en plus difficile car les éleveurs sont confrontés à de nombreux obstacles qui mettent en péril leur mode de vie ancestral.
L'impact de ces défis est évident dans les marchés aux bestiaux vides de Moyale, Sololo et Damballa Fachana, ce qui rend la vie des communautés pastorales plus difficile. La pénurie d'eau est particulièrement problématique à Moyale, où les sources d'eau vitales telles que les mares et les étangs sont essentielles au bien-être des animaux. La vulnérabilité de ces sources d'eau a été mise en évidence par des incidents au cours desquels des mares et des berges de rivières ont débordé et se sont rompues après de fortes pluies, ce qui a encore aggravé les difficultés rencontrées par les éleveurs.
La réduction de la production de lait, une ressource cruciale pour les enfants dans ces zones arides, a augmenté les taux de malnutrition parmi les familles d'éleveurs. Les régions arides et semi-arides ont connu trois sécheresses au cours de la dernière décennie, notamment entre 2020 et 2022. Le comté de Marsabit a été particulièrement touché : plus de 121 000 moutons et chèvres, 35 000 chameaux et 38 000 bovins sont morts récemment, ce qui a eu un impact considérable sur l'économie et la culture de la région, le bétail étant essentiel à la structure sociale de la communauté.

En outre, le récent phénomène El Niño a entraîné une nouvelle série de difficultés en 2023 dans une région déjà touchée par une succession de graves sécheresses. Il a provoqué des inondations désastreuses, touchant environ 93 000 ménages, déplaçant 58 000 personnes et causant 26 décès.

Les inondations sont arrivées au moment où nous pensions que la situation ne pouvait pas être pire, et elles ont emporté le peu que nous avions réussi à sauver.

Adan Duble*, chef de communauté à Marsabit

Renforcer la résilience : Un succès de collaboration dans le sous-comté de Moyale

Les efforts de collaboration menés par Strategies for Northern Development (SND) et Acted, soutenus par le ministère norvégien des affaires étrangères, ont abouti au projet local « Multi-Purpose Cash Response to Affected Communities in Kenya » (Réponse en espèces à objectifs multiples pour les communautés touchées au Kenya). Le projet visait à apporter une aide indispensable aux communautés résilientes du sous-comté de Moyale, touchées par des conditions météorologiques extrêmes, en particulier des inondations.

L’objectif principal était de fournir une aide humanitaire essentielle et de faciliter le rétablissement rapide des populations en situation difficile. Les transferts d’argent liquide sont considérés comme une forme d’aide flexible qui permet aux bénéficiaires de hiérarchiser leurs besoins et de déterminer la meilleure façon d’utiliser les fonds. L’objectif de l’aide en espèces est d’aider les ménages à répondre à leurs besoins fondamentaux tels que la nourriture, l’eau et les soins de santé, tout en leur permettant d’investir dans des activités génératrices de revenus qui renforcent leur capacité de résistance aux chocs futurs.

Le résultat attendu du programme est d’améliorer les conditions de vie des ménages vulnérables dans le comté de Marsabit, pour finalement stabiliser l’économie locale et aider à sortir de la crise. Le projet fournit une aide financière polyvalente à 275 ménages à Damballa Fachana, Anona et Nana.

Des fortunes retrouvées : Histoires de renouveau grâce à l'aide financière

Dans les régions reculées et accidentées de Nana, Anona et Dambala Fachana, dans le comté de Marsabit, des programmes d’aide financière ciblés ont redonné de l’espoir à trois communautés fortement touchées par de graves sécheresses.

Les villages de Nana et d’Anona, situés dans les paysages arides de Moyale, ont été confrontés à de graves difficultés en raison de sécheresses prolongées et de précipitations irrégulières. Les communautés ont lutté pour répondre aux besoins de base tels que la nourriture, l’eau et les soins de santé. Le programme les a identifiées comme des zones prioritaires où deux versements en espèces ont été effectués en faveur des ménages éligibles, leur permettant ainsi de répondre à leurs besoins immédiats.

Dambala Fachana, une autre communauté ASAL de Moyale, a été confrontée à des défis similaires. Des pluies irrégulières ont perturbé les cycles agricoles, laissant les familles dans l’insécurité alimentaire. Le programme a ciblé la région en fournissant des transferts d’argent liquide pendant deux mois. Cela a permis aux ménages de s’adapter aux conditions changeantes.

Adan Duble, responsable administratif de Dambala Fachana, a vécu le désespoir des membres de sa communauté après avoir perdu la quasi-totalité de leur bétail, principal moyen de subsistance de cette communauté. Avec la réduction drastique de leurs troupeaux, ils ont été confrontés à de graves difficultés financières.

Certains d'entre eux devenaient fous et parlaient un charabia que personne ne comprenait. D'autres traversaient une immense dépression face à la réalité de leurs pertes.

Adan

L’introduction de l’aide financière polyvalente a permis à ces communautés de bénéficier d’un soutien financier crucial. « Lorsqu’elles ont reçu les fonds, elles ont minutieusement planifié leur utilisation, en donnant la priorité à la sécurité alimentaire de leurs familles« , a-t-il expliqué.

Qabale Yattani*, 47 ans, mère de 10 enfants, originaire d’Anona, nous raconte l’histoire d’une épreuve qui s’est transformée en espoir. En raison de la sécheresse prolongée, sa famille a perdu son bétail et s’est retrouvée sans source de revenus fiable. Cependant, le programme d’aide financière s’est avéré être une bouée de sauvetage essentielle pour eux.

Le jour où nous nous sommes inscrits au programme, j'ai su que je devais utiliser chaque shilling à bon escient.

Qabale Yattani

Avec son premier versement de 9 126 KES, elle a acheté des produits alimentaires de première nécessité et a gardé une petite partie pour les dépenses médicales d’urgence.

L’impact de l’aide s’est étendu au-delà de la simple survie. Qabale envisage de se lancer dans l’élevage de volailles. « Les poulets ont besoin de moins d’eau et peuvent mieux survivre ici que le bétail. C’est un petit pas vers la reconstruction de notre vie », note-t-elle, illustrant son approche pragmatique de l’adaptation aux nouvelles réalités économiques.

Pendant des décennies, Abdul Tani*, un habitant du village de Nana, comme ses ancêtres, s’est fortement appuyé sur le pastoralisme. Cependant, ces dernières années, les communautés ont connu des sécheresses qui ont considérablement réduit leur troupeau de chèvres et de chameaux, principale source de revenus et de subsistance.

Voir son bétail périr un par un est un spectacle douloureux qui vous hante.

Abdul

Le programme d’aide financière polyvalente a ciblé sa communauté, reconnaissant les besoins aigus engendrés par ces changements environnementaux. Il fait partie des participants qui ont reçu des transferts mensuels d’argent liquide destinés à aider les familles à surmonter les crises immédiates et à investir dans des solutions durables.

Il souhaite également acheter quelques plants résistants à la sécheresse et du matériel d’irrigation essentiel pour démarrer un petit jardin potager, une pratique peu courante dans sa communauté traditionnellement pastorale.

Avec le paiement que j'ai reçu, j'ai pu acheter suffisamment de maïs et de haricots pour nourrir ma famille pendant un mois. C'était la première fois depuis longtemps que nous avions assez de nourriture à la maison sans nous soucier du lendemain.

Abdul

Le rôle vital des programmes d'aide financière est évident. Ils ne se limitent pas à une aide financière ; ils jettent les bases d'un rétablissement et d'une résilience à long terme face aux adversités climatiques, jetant ainsi les bases d'un développement communautaire durable dans le comté de Marsabit.

Adan

Acted, le réseau humanitaire ASAL (AHN) et d’autres partenaires fournissent une réponse coordonnée et harmonisée en espèces à usages multiples pour répondre aux besoins fondamentaux des communautés touchées par les chocs climatiques – sécheresse et inondations – dans les communautés ASAL du nord du Kenya. Grâce au consortium, plus de 5 000 ménages ont pu renforcer leur sécurité alimentaire et leur pouvoir d’achat, améliorant ainsi leur consommation alimentaire, la diversité de leur régime alimentaire et réduisant les stratégies d’adaptation négatives.

*Les noms des bénéficiaires ont été modifiés pour protéger leur identité.

filminifullhdizle
full film izle
adana web tasarım
donomen.com
bahis siteleri
maltepe escort ümraniye escort ataşehir escort anadolu yakası escort
freerobuxtips.com deneme bonusu veren siteler deneme bonusu veren siteler
Stepdaughter blue film download in hd fucking xxx video XNXX Homemade jija sali xxx chudai with hindi talk porn video Blonde woman thrashed by mean cock sex
bahis siteleri deneme bonusu veren siteler 2023
bonus veren siteler
deneme bonusu veren siteler
sahabet casino
casino siteleri
ümraniye eskort
bitcoin casino no deposit bonus
escort maltepe ümraniye escort bayanlar
crackstreams
https://cialisturk.blogkullan.com
casino siteleri bahis siteleri
https://www.fapjunk.com
tiktok takipçi hilesi
deneme bonusu veren siteler deneme bonusu veren siteler
Babe enjoys getting her booty aperture stretched desi lesbian cam hostels sex marsha may nude
deneme bonusu veren siteler
bonus veren siteler
sweet bonanza
casino siteleri
eryaman escort
Casino siteleri
casino siteleri
en iyi casino siteleri
deneme bonusu veren siteler
deneme bonusu veren siteler
deneme bonusu veren siteler
deneme bonusu veren siteler
Deneme bonusu
deneme bonusu
deneme bonusu