Tchad Article

Deux rapports REACH pour informer la réponse humanitaire autour du Lac Tchad

La région du Lac Tchad est le théâtre de nombreux déplacements. Le peu d’informations disponibles sur les zones concernées, souvent difficiles d’accès, complique les interventions humanitaires dans la région : REACH, initiative conjointe d’ACTED, IMPACT Initiatives et UNOSAT, est présente dans la région pour mener des évaluations multi secteurs et informer la communauté humanitaire. Retour sur les deux dernières enquêtes d’évaluation REACH.

Des interventions humanitaires mieux informées et plus pertinentes

Depuis 2015, la région du Lac Tchad fait face à une crise humanitaire complexe, entre insécurité alimentaire chronique et exactions du groupe armé Boko Haram dans les villages du pourtour et des îles du lac. De nombreux acteurs humanitaires tentent de répondre à l’urgence, mais l’absence de routes, l’insécurité, la dispersion des populations, et la disponibilité limitée d’informations officielles compliquent les interventions.

ACTED/RACH 2018
Les équipes de REACH partent à la rencontre des communautés les plus isolées

Entre 2017 et 2018, REACH, avec le soutien d’USAID/OFDA, a conduit deux évaluations vouées à  fournir à la communauté humanitaire des données fiables et des analyses approfondies de la situation dans la région. Du 23 octobre au 19 novembre 2017, les équipes de REACH ont mené une première enquête multisectorielle dans les départements de Fouli et de Kaya afin d’appréhender précisément les besoins des populations en situation de déplacement et des communautés d’accueil. Cette enquête a donné lieu à un rapport publié en mars 2018 et à plusieurs cartes opérationnelles qui ont été mises à la disposition de la coordination humanitaire pour soutenir et améliorer les interventions.

Évaluer les besoins des populations insulaires retournées

Cette première analyse a permis d’attirer l’attention sur les mouvements de retour des populations déplacées vers leurs villages d’origine, en particulier vers ceux des îles du Sud du Lac Tchad. Ces populations se heurtent souvent à un obstacle de taille : les destructions importantes causées par le conflit, qui, en l’absence d’aide, empêchent les plus vulnérables de se réinstaller durablement chez eux.

ACTED/REACH 2018
Focus groupe avec des femmes sur une île du Lac lors de la seconde enquête

La seconde enquête de REACH, menée en mars 2018, s’est concentrée sur l’identification des besoins de ces populations « déplacées-retournées ». En parcourant 26 îles du lac, REACH a pu recueillir de précieuses informations sur les dynamiques de déplacement, les besoins urgents, le niveau d’accès aux services de base, ou encore les conditions de protection des personnes les plus vulnérables dans les villages de retour. Le rapport d’enquête, publié en juin 2018, a été largement diffusé au sein de la communauté humanitaire et des instances de coordination et a permis de faire la lumière sur des situations jusqu’alors peu connues.

Ces deux rapports viennent informer et influencer la stratégie opérationnelle des acteurs humanitaires au Tchad. Suite aux conclusions de ces analyses, les équipes d’ACTED se sont mobilisées au soutien des populations en passe de retourner dans leurs villages pour les aider à se réinstaller dans de bonnes conditions et dans la durée.

Déjà mobilisée pour apporter une aide alimentaire et nutritionnelle dans les sites de déplacés des zones nord du Lac Tchad, et pour intervenir d’urgence lors d’opérations saisonnières au soutien des populations déplacées et d’accueil, ACTED plaide aujourd’hui auprès du gouvernement et de la communauté internationale pour développer les interventions d’aide multisectorielle dans les îles du sud du Lac Tchad.

Phasellus id luctus leo eleifend pulvinar mattis