Mali Article

Prévenir l’insécurité alimentaire dans le nord du Mali

Grâce au soutien de l’Ambassade de France et du Comité interministériel de l’aide alimentaire (CIAA), ACTED distribue des aliments pour bétail aux éleveurs afin de soutenir leurs moyens d’existence.

Les populations agropastorales en situation de précarité alimentaire en période de soudure

Dans le nord du Mali, la période de soudure agropastorale est une période particulièrement difficile pour les éleveurs. En effet, entre les mois de mai et septembre, les réserves de nourriture sont généralement épuisées et les récoltes à venir n’ont pas encore porté leurs fruits. Les populations se retrouvent alors dans une situation de précarité alimentaire qui peut rapidement se transformer en crise alimentaire sans une aide d’urgence.  Pour les ménages de Ménaka, l’élevage de bétail constitue la première source de revenu et le principal axe de développement économique.

Une période de soudure 2018 précoce

Cette année, la période de soudure a commencé dès le mois de mars. Les faibles précipitations de 2017 ont provoqué un épuisement accéléré des points d’eau et des pâturages, entraînant les transhumances les plus précoces observées au cours de ces trente dernières années. Le manque d’eau et de pâturages a contribué à la détérioration de l’état des animaux (surtout les chèvres et moutons, principale ressource des petits éleveurs de la zone). Les éleveurs sont bien souvent forcés d’abattre leurs animaux, ou de les vendre à un prix bien inférieur à leur valeur (de 20 à 50% moins cher), afin de subvenir à leurs besoins alimentaires, ce qui accroit leur vulnérabilité économique.

Une distribution d’aliments pour bétail

Afin de prévenir le pic de mortalité du bétail (juin-juillet) et ainsi de préserver les ressources économiques des éleveurs, ACTED a distribué plus de 300 tonnes d’aliments pour bétail à 3358 ménages, ce qui permettra d’aider environ 20 000 personnes. Ces aliments, constitués de tourteau de coton et de son de mil, très riches en nutriments, vitamines et minéraux, permettront de continuer à nourrir les animaux pendant quelques mois pour surmonter la période de soudure et ainsi de conserver leur valeur marchande. Cet appui permettra aux éleveurs de revendre leur bétail pour un prix correct et de faire face à la prochaine période de soudure.

 Les deux projets mis en œuvre avec le soutien de la France dans la région de Ménaka se poursuivent, et prévoient des activités complémentaires qui permettront de soutenir durablement les communautés ciblées. Des activités de transferts monétaires s’accompagneront de sensibilisations aux bonnes pratiques nutritionnelles, et de travaux de réhabilitation de quelques points d’eau afin de réduire la pression sur les rares sources fonctionnelles. Des évènements communautaires seront soutenus afin d’accroitre la cohésion sociale et de prévenir les conflits, notamment entre éleveurs et agriculteurs dans la zone.

 

Avec le soutien de l’Ambassade de France au Mali et du Comité interministériel de l’aide alimentaire (CIAA)

ut ut quis eget lectus suscipit Nullam dictum