Soudan du Sud Article

Développer l’accès au revenu pour soutenir les réfugiés au Soudan du Sud

Des dizaines de milliers de personnes ont fuit l'insécurité et traversé la frontière vers le plus jeune pays du monde, le Soudan du Sud, depuis que le conflit a éclaté dans l'État soudanais du Nil Bleu en 2011.
Le conflit, qui s'en est suivi pendant plus de neuf ans, a officiellement pris fin en 2020 lorsque les parties belligérantes ont signé un accord de paix global.

Soudan : Les réfugiés fuient le conflit au Nil Bleu

La nature prolongée de la crise de déplacement a exacerbé les vulnérabilités des réfugiés qui n’ont pas accès à la terre et aux pâturages et qui sont incapables de trouver des opportunités d’emploi significatives. Cette situation accroît les tensions entre les réfugiés soudanais et les communautés d’accueil népalaises concernant l’utilisation des ressources naturelles limitées et l’accès aux services. Des champs de culture et des jardins potagers bordent des milliers de maisons modestes faites de boue, de bois et de feuilles de plastique que les réfugiés reçoivent à leur arrivée dans les camps de Maban. La couleur verte est tout ce que les yeux peuvent voir.

Zainab, mère de 6 enfants, est une réfugiée soudanaise vivant dans le camp de réfugiés du comté de Maban, dans l’État du Nil supérieur, au Soudan du Sud. ACTED a soutenu sa famille en 2017 et 2020. Depuis, ils ont soutenu et diversifié leur petite entreprise.

Réponse humanitaire pour diversifier les moyens de subsistance des réfugiés

Zainab vit dans le camp de Gendrassa avec ses six enfants. Son mari travaille dans le comté de Renk, dans l’État du Nil supérieur, comme travailleur occasionnel depuis 2018 et ne soutient pas la famille financièrement. Zainab est responsable de toutes les tâches ménagères et des finances.

Réfugiés sud soudan

Ma famille et moi vivions auparavant dans le Nil bleu, au Soudan. Au début, nous recevions beaucoup de nourriture grâce aux distributions alimentaires. Nous recevions du sel, du sorgho, de l’huile, du niébé… En 2016, la vie est devenue plus difficile lorsque les rations de distribution alimentaire ont été réduites.

Heureusement pour moi, j’ai pu participer aux activités avicoles d’ACTED avec 26 autres femmes. J’ai reçu 4 poulets et 2 coqs ainsi qu’une formation sur l’élevage de volailles. Peu de temps après, j’avais 22 poussins. J’en ai vendu quelques-uns au marché, ce qui m’a permis de rembourser toutes mes dettes. J’ai économisé une partie de l’argent supplémentaire dans l’association villageoise d’épargne et de crédit et j’ai utilisé le reste pour acheter des vêtements et des chaussures pour mes enfants.

Avec le peu d’argent supplémentaire que nous avons gagné avec les volailles, mon fils aîné a lancé une activité d’achat et de vente de café, qui contribue aux besoins du ménage. J’ai également commencé à vendre du sorgho à mon compte.

En 2020, j'ai participé à un autre projet d'ACTED. Ils m'ont donné deux chèvres. Je suis si heureuse quand je les regarde car j'ai toujours voulu avoir des chèvres et je ne pensais pas qu'un jour j'en posséderais.

Zainab

Je suis très reconnaissante à ACTED pour son soutien. Lorsque nous sommes arrivés à Maban, nous ne comptions que sur les distributions de nourriture et nous étions endettés. Maintenant, mon fils et moi menons nos propres activités en vendant du café et du sorgho, et j’ai des volailles et des chèvres.

Tout au long de l’année 2020, ACTED a continué à soutenir les réfugiés et les membres des communautés hôtes avec une aide alimentaire immédiate, en plus des activités agricoles et de subsistance. Outre les distributions alimentaires mensuelles dans les camps de Gendrassa et de Kaya menées en étroite collaboration avec le PAM, les équipes d’ACTED ont soutenu la diversification des moyens de subsistance des réfugiés et des membres des communautés hôtes.

ACTED est l’un des principaux acteurs humanitaires dans les camps de Maban depuis le début de la crise en 2011.

Avec le soutien du HCR et de la FAO, ACTED a distribué des semences à 4 729 agriculteurs pour la production et à 480 agriculteurs pour la multiplication des semences, a établi 300 jardins pour la production de légumes au niveau des ménages, et a développé les moyens de subsistance de 30 femmes dans l’élevage de chèvres. ACTED a également amélioré l’accès au revenu en soutenant 41 associations villageoises d’épargne et de crédit.