Soudan du Sud Acted

Violences sexistes au Soudan du Sud : de la stigmatisation sociétale aux solutions communautaires

A l'occasion des "16 jours d'activisme contre la violence basée sur le genre" (VBG), une campagne internationale annuelle lancée par ONU Femmes, ACTED revient sur son projet lié à la VBG au Soudan du Sud. Cet article, à travers le témoignage de deux femmes, aborde la multidimensionnalité de la violence subie par les femmes lors de crises humanitaires, tout en partageant les améliorations portées par ce projet.

En raison de la guerre civile prolongée au Soudan, 173 000 personnes originaires de l’État du Nil Bleu ont trouvé refuge dans l’un des quatre camps de réfugiés situés à Maban, au Soudan du Sud. En plus des expériences traumatisantes vécues et des conditions de vie difficiles dans les camps, les femmes sont exposées à des violences basées sur le genre – ce type de violence étant profondément ancré dans l’inégalité de genres dans le pays, des normes sociales et de genre nuisibles [1]. En renforçant les services de protection essentiels et en apportant un soutien important en matière de santé mentale aux femmes réfugiées, ACTED et son partenaire local « Humanitarian and Development Consortium » (HDC) aident les survivantes de violences sexistes.

La violence sexiste dans les contextes de crise : le cas du Soudan du Sud

Pour l’UNICEF, « les conflits armés, les catastrophes naturelles et les urgences humanitaires peuvent considérablement affaiblir la capacité d’une société à protéger les femmes et les filles de la violence sexiste. Les taux de violence conjugale augmentent souvent dans les situations de crise. De nombreux groupes armés utilisent également la violence sexuelle comme un outil de guerre pour atteindre des objectifs militaires ou politiques. Pendant ce temps, les femmes et les filles peuvent être contraintes d’échanger des rapports sexuels contre de la nourriture, de l’argent et d’autres ressources dont elles ont besoin pour survivre ».

Dans la plus récente nation du monde, touchée par des années de conflits, de sous-développement et de chocs climatiques, des millions de Sud-Soudanais font face à l’insécurité alimentaire, aux déplacements et aux fréquentes violations des droits. C’est l’une des crises humanitaires les plus graves et prolongées de l’histoire récente.

Lorsqu’un ménage est confronté à l’insécurité alimentaire et à d’autres problèmes majeurs les risques de protection augmentent, en particulier pour les femmes et les filles qui sont traditionnellement chargées des tâches ménagères, comme de la préparation des repas et de la collecte de nourriture. Comme le montrent des études menées par l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO), les normes de genre traditionnelles créent des relations de pouvoir inégales entre les hommes et les femmes. Les femmes ayant un accès limité aux terres, au bétail, à l’éducation, aux ressources financières, etc., lorsque leurs familles sont confrontées à des difficultés économiques et alimentaires, cela exacerbe la discrimination de genre et les risques de protection pour les femmes et les filles (VSBG, violence domestique, vol, mariage précoce, etc.).

65%
des femmes et des filles au Soudan du Sud ont subi des violences physiques et/ou sexuelles au cours de leur vie.
En savoir plus
33%
des femmes ont déjà subi des violences sexuelles et basées sur le genre lors d'attaques et de conflit (hors violence conjugales).
En savoir plus
51%
des femmes au Soudan du Sud ont subi des violences conjugales.
En savoir plus

Soutenir la santé mentale des femmes dans les camps de réfugiés

Les recherches montrent que les réfugiés sont très susceptibles de souffrir de problèmes de santé mentale, tels que le syndrome de stress post-traumatique (SSPT), l’anxiété et la dépression. Cependant, le soutien psychologique reste rarement une priorité pour l’aide humanitaire lorsqu’elle répond aux besoins d’urgence des réfugiés. En 2021 et 2022, grâce au soutien financier du Bureau de la Population, des Réfugiés et de la Migration – Département d’Etat américain (USAID), ACTED et HDC ont apporté un soutien psychosocial à 120 survivantes de violences sexistes vivant dans les camps de Maban, au Soudan du Sud. Grâce à des activités récréatives, organisées dans les centres communautaires, elles ont participé à des séances de narration, de danses traditionnelles, de théâtre, de cuisine, de jardinage et de broderie. Dans cet environnement sécurisant, les femmes nouer des liens avec d’autres femmes réfugiées, avoir accès à de nouvelles activités, tout en bénéficiant d’une écoute attentive et d’un soutien psychosocial de la part des équipes de protection de HDC. En plus de leur effet cathartique, ces activités permettent aux femmes d’acquérir de nouvelles compétences, ce qui peut être un premier pas vers l’autonomisation économique. L’autonomisation économique est, en effet, clé pour sortir du cycle de la dépendance financière et de la violence.

C’est le cas de Tunke*, une réfugiée Soudanaise. Elle a vécu des événements traumatisants puisqu’elle a perdu sa mère et son enfant durant sa fuite, ce qui pèse lourdement sur sa santé mentale. Elle a beaucoup apprécié le soutien reçu lorsqu’elle s’est engagée dans les activités avec d’autres femmes qui ont, elles aussi, vécu des expériences similaires. Pour elle, c’était l’occasion de partager ses peines avec d’autres femmes réfugiées, de se sentir écoutée et de prendre soin de sa santé mentale. Cela l’a aidée à s’engager sur la voie de la résilience et de la guérison. En outre, grâce aux compétences en broderie qu’elle a développé au centre pour femmes, Tunke a pu gagner de l’argent et acheter du bétail.

Je possède maintenant cinq chèvres grâce à la vente des articles que j'ai brodé au centre pour femmes.

Tunke

Ikram*, une réfugiée de 27 ans qui a également fui les conflits dans son village au Soudan et trouvé refuge dans le camp de Yusuf Batil à Maban. Souvent victime de violences domestiques de la part de son mari, Ikram s’est rendue au centre pour femmes du camp, géré par le HDC. Elle y a reçu les soins et les conseils nécessaires. Le mari d’Ikram a été finalement arrêté, et elle a obtenu le divorce et la garde de ses trois enfants. En raison de son statut de réfugiée et de l’absence de soutien financier venant de son ex-mari, Irkam continue de faire face à des difficultés économiques pour subvenir aux besoins de ses enfants. Pourtant, elle explique qu’elle se sent déjà plus forte et en sécurité.

Je remercie le BPRM, HDC et ACTED de soutenir les personnes dans des situations comme la mienne. Je suis une femme libre maintenant. Je fais quelques affaires au marché pour subvenir à mes besoins et à ceux de mes enfants. C'est une liberté qui m'était refusée par mon ex-mari.

Ikram

@HDC/Rita Mamai, Responsable de la protection
Dans le camp de Doro, les femmes réfugiées font des travaux de broderie. Elles ont l'occasion de parler de leur expérience personnelle, de bénéficier d'un soutien psychologique de groupe de la part d'un agent de santé mentale et d'acquérir de nouvelles compétences pour soutenir leurs moyens de subsistance.
@HDC/Rita Mamai, Responsable de la protection.
Durant l'entretien, des femmes présentent leurs travaux de broderie au centre pour femmes du camp de réfugiés de Doro, octobre 2022.
@HDC/Gloria Mondi, conseillère juridique adjointe.
Ikram devant le centre pour femmes du camp de réfugiés de Yusuf Batil, à Maban, au Soudan du Sud, où elle a reçu un soutien en matière de santé mentale, en octobre 2022.

Bien que le processus de guérison prenne du temps, Tunke, Ikram et les autres femmes participantes sont reconnaissantes du soutien apporté par ACTED et HDC. Elles rapportent également que d’autres femmes réfugiées dans les camps sont prêtes à recevoir un soutien psychosocial similaire.

Renforcer la sensibilisation et l'engagement de la communauté en matière de violence sexiste

Afin de prévenir les violences sexistes et assurer une meilleure protection des survivantes, ACTED et HDC travaillent avec les communautés pour rompre avec la stigmatisation des survivantes. Des processus ont également été établis pour permettre aux individus et leaders communautaires de rapporter les incidents au personnel de HDC. Les membres des organisations communautaires bénéficient de sessions de sensibilisation afin de reconnaître les cas de violences sexuelles et sexistes et aider les survivantes. En parallèle, les femmes et les filles sont accompagnées pour gérer leur protection et leur résilience.  Grâce à des séances d’écoute, tout en pratiquant des activités récréatives, ces femmes peuvent reprendre contact avec la communauté, parler de leurs traumatismes et trouver le soutien psychologique dont elles ont besoin.

La violence sexiste doit être abordée de manière holistique, en s’attaquant aux causes profondes de ce problème systémique. Cela passe par la sensibilisation, le renforcement des capacités et des mécanismes d’orientation, tout en apportant un soutien d’urgence aux survivantes. La santé mentale et le soutien psychosocial sont une assistance qui ne peut être retardée.

Bien que cette thématique ne soit habituellement pas centrale à l’aide humanitaire, l’histoire de Tunke et d’Ikram prouve qu’un coup de pouce en matière de santé mentale est très utile. Non seulement ces femmes sont sur la voie de la guérison du traumatisme qu’elles ont subi, mais elles gagnent également leur vie et se construisent une existence propre. Si le Soudan du Sud a encore un long chemin à parcourir pour faire chuter les cas de violence sexiste, surtout dans un contexte politique et social aussi difficile, le travail effectué auprès des femmes dans ces camps ouvrira, espérons-le, la voie à des initiatives similaires.

*Les noms des bénéficiaires ont été modifiés à des fins de protection.

Sources :

filminifullhdizle
full film izle
adana web tasarım
donomen.com
bahis siteleri
maltepe escort ümraniye escort ataşehir escort anadolu yakası escort
freerobuxtips.com deneme bonusu veren siteler deneme bonusu veren siteler
Stepdaughter blue film download in hd fucking xxx video XNXX Homemade jija sali xxx chudai with hindi talk porn video Blonde woman thrashed by mean cock sex
bahis siteleri deneme bonusu veren siteler 2023
bonus veren siteler
deneme bonusu veren siteler
sahabet casino
casino siteleri
ümraniye eskort
bitcoin casino no deposit bonus
escort maltepe ümraniye escort bayanlar
crackstreams
https://cialisturk.blogkullan.com
casino siteleri bahis siteleri
https://www.fapjunk.com
tiktok takipçi hilesi
deneme bonusu veren siteler deneme bonusu veren siteler
Babe enjoys getting her booty aperture stretched desi lesbian cam hostels sex marsha may nude
deneme bonusu veren siteler
bonus veren siteler
sweet bonanza
casino siteleri
eryaman escort
Casino siteleri
casino siteleri
en iyi casino siteleri
deneme bonusu veren siteler
deneme bonusu veren siteler
deneme bonusu veren siteler
deneme bonusu veren siteler
Deneme bonusu
deneme bonusu
deneme bonusu