Ouzbékistan Article

Comment un refuge en Ouzbékistan soutient les femmes dans le besoin : L’histoire de Nadira

En Ouzbékistan, les statistiques sur la prévalence de la violence de genre ne sont pas disponibles en raison des tabous sociaux qui empêchent une discussion ouverte sur la question.

Pourtant, l'absence de statistiques officielles ne peut pas cacher la réalité. Depuis que le Comité des femmes d'Ouzbékistan a lancé une "ligne d'assistance" téléphonique sur la violence liée au sexe en 2018, les utilisateurs ont enregistré plus de 15 000 plaintes pour violence liée au sexe. Au cours des trois premiers mois de 2019, plus de 4 120 femmes et filles ont été orientées vers des centres de soutien.

Pour cet article, nous avons parlé à Nadira, une femme qui s'est rendue au centre Oydin Nur, à 600 km de la capitale ouzbèke, Tachkent, qui fournit un hébergement provisoire gratuit, une assistance médicale, psychologique, juridique et sociale aux femmes et aux familles qui ont besoin d'aide comme Nadira.

L'enfance de Nadira

Nadira est née à Boukhara, une ancienne ville d’Ouzbékistan. Sa famille a déménagé à Moscou alors qu’elle n’avait que deux ans. La mère de Nadira travaillait dans un salon de beauté, tandis que son père était chauffeur. À la naissance de son frère, Nadira, huit ans, a abandonné l’école pour subvenir aux besoins de sa famille. Elle s’est finalement réinscrite, mais lorsque sa mère a donné naissance à sa petite sœur il y a quatre ans, elle a dû de nouveau rester à la maison pour s’occuper du bébé.

Lorsqu’elle est finalement retournée à l’école, Nadira avait deux ans de plus que ses camarades de classe. À 14 ans, Nadira était plus grande que ses camarades et sa peau avait des taches. Pour cette raison, ses camarades de classe la tyrannisaient souvent. Au lieu de la protéger, certains enseignants ont demandé à Nadira pourquoi elle n’étudiait pas plus en classe. La détermination de Nadira à se défendre lui a valu des ennuis avec ses professeurs qui ont menacé de la dénoncer à la police si elle tentait de se protéger contre ses camarades.  Pendant ce temps, le père de Nadira est décédé.

A street view of Bukhara, Uzbekistan

La famille rentre chez elle

Lorsque le père de Nadira est mort, sa mère attendait sa petite sœur. Non seulement sa mère a dû endurer une grossesse tout en éprouvant un immense chagrin, mais on lui a également diagnostiqué un cancer gastro-intestinal. À la fin de l’année, en 2019, elle n’était plus en mesure de travailler et donc de payer leur logement à Moscou.

La mère de Nadira a demandé à un chauffeur qu’elle a rencontré de les ramener chez eux à Boukhara. Le voyage a duré plusieurs jours d’hiver, d’abord dans la froideur de la Russie enneigée, puis dans les steppes kazakhes. Nadira, ses frères et sœurs et sa mère ont passé tout le voyage à l’arrière d’un camion. Personne ne les attendait à Boukhara : ils avaient vendu leur maison il y a longtemps. Pourtant, à ce moment-là, le retour dans son pays d’origine semblait la meilleure option.

Le centre "Oydin Nur" donne un coup de main

Après son arrivée, la mère de Nadira est allée directement à « Oydin Nur ». Pendant des années, les Boukharais ont considéré le centre et sa fondatrice Mavluda Salikhova comme les plus ardents défenseurs des femmes de la région. De décembre à février 2020, la famille de Nadira a vécu dans le centre « Oydin Nur », où un médecin a rendu visite à sa mère, lui révélant qu’elle n’avait pas de cancer.

Nadira et son frère se sont inscrits dans une école voisine : pour la première fois, elle a réalisé que ses camarades pouvaient être gentils et attentionnés. Les enfants ont traité l’élève la plus âgée de la classe avec joie et même une sorte de révérence. Elle s’est fait de nouveaux amis. La vie s’améliorait.

La vie est de nouveau sur la bonne voie

En février, la mère de Nadira a trouvé un emploi à Tachkent, a loué un appartement pour ses enfants à Boukhara, et la famille a fini par quitter le refuge. Nadira a trouvé un emploi de serveuse en janvier et a essayé de combiner ses études et son travail. Le salaire était faible car elle travaillait à temps partiel en tant qu’étudiante. Pour gagner plus d’argent, Nadira a commencé à sécher les cours. Lorsque la pandémie de Covid-19 a commencé, elle a abandonné l’école. Pendant plusieurs mois, il n’y a pas eu de travail car les restaurants étaient fermés jusqu’à l’été.

Une surprise inattendue et la route du retour à "Oydin Nur"

Fin juin, Nadira a commencé à se sentir malade sur son lieu de travail. Le cuisinier lui a donné de l’argent pour aller chez le médecin. Le diagnostic a été un choc pour Nadira : elle était enceinte de 15 semaines.

Le père de l’enfant avait 10 ans de plus et sa famille s’est immédiatement opposée à cette relation. Le père est alors parti en Russie, promettant de soutenir Nadira. Si son soutien se limite pour l’instant à des SMS de soutien, Nadira est satisfaite. Elle dit qu’elle l’aime et qu’elle est prête à devenir sa femme.

Entre-temps, à cause de la quarantaine, la mère de Nadira ne peut plus payer son loyer et, fin octobre, la propriétaire a expulsé Nadira, enceinte de huit mois, ainsi que son frère et sa soeur.

Pour les femmes boukhariennes qui se trouvent dans cette situation, tous les chemins mènent à « Oydin Nur ». Nadira et ses frères et sœurs ont trouvé un toit et le 7 novembre, Nadira a donné naissance à la petite Durdona, que les gens surnomment la « fille d’Oydin Nur ».   Nadira n’a pas peur de la maternité ; elle a déjà une grande expérience de l’éducation des enfants.

La mère de Nadira a finalement été diagnostiquée avec des fibromes et a dû se rendre à Boukhara pour une opération urgente. Lorsque « Oydin Nur » a découvert sa situation, ils lui ont dit que le centre pouvait payer pour le traitement.

Comment fonctionne « Oydin Nur » ?

Mavluda Salikhova a fondé le centre « Oydin Nur » en 1999. Des femmes de toute la région se sont adressées à elle pour obtenir de l’aide. En 2007, Mavluda a ouvert un centre d’accueil afin que les femmes de la rue puissent trouver un abri temporaire. Pendant plusieurs années, le centre a fonctionné sans financement, dépendant des dons et de l’aide de personnes charitables, d’organisations religieuses, d’anciens pupilles et de leurs enfants adultes.

Aujourd’hui encore, le refuge étant une organisation sociale ne dispose pas de revenus propres. Toute l’aide fournie est possible grâce au soutien des donateurs. L’un d’entre eux est ACTED Ouzbékistan qui soutient le centre avec une aide financière par le biais de la Fondation ENGIE. Le projet d’ACTED aide à payer les repas des personnes hébergées au centre, finance partiellement la restauration des abris et l’apport d’un soutien de consultations sociales, médicales, psychologiques et juridiques.

filminifullhdizle
full film izle
adana web tasarım
donomen.com
bahis siteleri
maltepe escort ümraniye escort ataşehir escort anadolu yakası escort
freerobuxtips.com deneme bonusu veren siteler deneme bonusu veren siteler
Stepdaughter blue film download in hd fucking xxx video XNXX Homemade jija sali xxx chudai with hindi talk porn video Blonde woman thrashed by mean cock sex
bahis siteleri deneme bonusu veren siteler 2023
bonus veren siteler
deneme bonusu veren siteler
sahabet casino
casino siteleri
ümraniye eskort
bitcoin casino no deposit bonus
escort maltepe ümraniye escort bayanlar
crackstreams
https://cialisturk.blogkullan.com
casino siteleri bahis siteleri
https://www.fapjunk.com
tiktok takipçi hilesi
deneme bonusu veren siteler deneme bonusu veren siteler
Babe enjoys getting her booty aperture stretched desi lesbian cam hostels sex marsha may nude
deneme bonusu veren siteler
bonus veren siteler
sweet bonanza
casino siteleri
eryaman escort
Casino siteleri
casino siteleri
en iyi casino siteleri
deneme bonusu veren siteler
deneme bonusu veren siteler
deneme bonusu veren siteler
deneme bonusu veren siteler
Deneme bonusu
deneme bonusu
deneme bonusu