Haïti Article

ACTED soutient 15 organisations féministes en Haïti

Le rôle des organisations féministes de la société civile est d’autant plus important dans le contexte actuel où la violence de genre tend à prendre de l’ampleur dans un contexte post-catastrophe suite au séisme du 14 août 2021 et dans un contexte de violence urbaine avec la multiplication des affrontements entre gangs armés dans la capitale.

La société civile occupe une place centrale en Haïti : vectrice de changement, de mobilisation et forum d’échange pour divers groupes de population aux intérêts différents, elle permet notamment la défense des droits des femmes et leur prise en compte par les politiques nationales. Le droit de vote et d’éligibilité aux femmes haïtiennes sont reconnus depuis 1950 cependant lors des dernières élections en 2017 en Haiti, le Sénat haïtien ne comptait qu’une élue, ce qui représente 0,3% de femmes dans une société où elles représentent 52% de la population. Les femmes doivent faire face à l’oppression qu’incite leur genre ainsi qu’un manque de ressources financières et sociales.

Les OSC féministes sont, en cet état de fait, l’un des rares vecteurs capables de porter les revendications des femmes. Face à cette situation et avec le soutien de l’Ambassade de France en Haïti, ACTED intervient pour renforcer, structurer et professionnaliser 15 organisations féministes haïtiennes pendant 18 mois dans huit des dix départements du pays.

En Haiti, une société civile peu structurée et accompagnée

La principale difficulté que rencontrent les organisations de la société civile (OSC) haïtienne est le manque de financement disponible et accessible, particulièrement pour les organisations intervenant dans le domaine du genre. Les organisations font face à une absence régulière de subventions étatiques qui lorsqu’elles sont rendues disponibles ne suffisent pas à couvrir les nombreuses initiatives. Les subventions étrangères sont les principales sources de financement des OSC haïtiennes créant ainsi une forte dépendance et ne favorisant pas leur développement en termes de capacités et de structure.  Les faibles ressources des OSC impactent directement la qualité des programmes, la portée et l’exécution même des projets.

L’environnement politique local dans certaines zones du pays, particulièrement celles sous contrôle des gangs armés, n’est pas toujours propice au développement de la société civile et de ses activités.  Le manque de confiance entre les autorités locales, les communautés que les OSC servent et les organisations ne facilite pas leur développement.

Le projet mis en œuvre vise à la fois à renforcer, structurer et professionnaliser 15 organisations féministes de la société civile haïtienne. Les organisations ciblées étaient celles ayant développé des projets portant, entre autres, sur les droits des femmes, leur santé sexuelle et reproductive ou encore sur la lutte contre les violences basées sur le genre et l’autonomisation.

Le soutien d’ACTED se fait grâce à trois axes : le renforcement des capacités organisationnelles, l’accompagnement dans la mise en œuvre des micro-projets féministes et le renforcement des compétences des OSC.

 

 

Le renforcement des capacités organisationnelles des organisations féministes haïtiennes s’appuie sur une méthodologie développée par ACTED. Elle permet ainsi d’accompagner les organisations de société civile dans la gouvernance et administration, gestion financière, gestion du cycle de projet, relations extérieures et mobilisation des ressources. Les OSC bénéficient d’un suivi personnalisé et de plusieurs cycles de formations portant sur au moins un aspect mentionné plus tôt.

 En parallèle du renforcement des capacités organisationnelles ACTED soutient les organisations de société civile dans l’application concrète des connaissances acquises à travers la mise en œuvre d’un projet financé directement par l’Ambassade de France. Les OSC développent leur projet au travers d’un mentorat régulier, d’un appui à la revue et production de documentations financières, programmatique et l’organisation de deux cycles de formation.

Le second cycle de formation se fera en collaboration avec une organisation de la société civile féministe sur des thématiques de genre en lien avec les projets portés et mis en œuvre par les OSC. Ces projets porteront sur le leadership social et citoyen, l’autonomisation et participation à la vie économique, les droits et santé sexuels et reproductifs ou encore sur la lutte contre les violences basées sur le genre.

ACTED favorise l’accès des OSC à des plateformes de coordination et de dialogue, et par extension à des opportunités de développement, de financement, de collaboration plus nombreuses, notamment en encourageant le partage d’expériences, d’expertise et de ressources. Ce projet vise aussi à  promouvoir une meilleure coopération au sein de la société civile féministe haïtienne afin de mieux répondre aux besoins dans le domaine du genre en Haïti.

ACTED encourage la coopération, le dialogue et le partage des connaissances entre les 15 OSC soutenues : Marijàn, Mus’Elles, Fondation TOYA, Bureau des Droits Humains en Haiti (BDHH), Centre Pen Haiti, ANACONA Community Founder, Solidarité des Organisations Contre la Violence (SOCVI), Association des Femmes de Denis (AFD), Lite pou Demen nou (LIDEN), NEGES KREYOL, Filles à Besoins Spéciaux pour la Réforme (FIBESR), Fondation terre Bleue (FTB), Mouvement haïtien pour le Développement rural, Rassemblement des femmes pour l’avancement de l’économie (RAFAE) et le KOFAGA.