République centrafricaine ACTED

ACTED relance l’agriculture dans le Sud de la RCA

La sous-préfecture de Kouango dans le Sud-Est de la RCA a été en 2014 le théâtre de violents affrontements entre groupes armés. Bien que la situation soit calme depuis 2015, la crise a affecté la production agricole : celle-ci a baissé de moitié entre l’avant-crise et 2016. Cette baisse entraîne une insécurité alimentaire sévère pour les populations du Sud-Est, qui ont été particulièrement affectées.

La ville de Kouango est l’une des seules de la région à ne pas avoir été touchée par des combats entre les groupes armés depuis 2015, et accueille donc des vagues régulières de personnes déplacées à cause de l’insécurité dans la région.

L’aide à la reconstruction se fait aussi par la relance de l’agriculture

Depuis 2016, ACTED apporte de l’aide aux personnes déplacées de la sous-préfecture qui souhaitent retourner dans leurs villages d’origine avec un appui à la reconstruction des logements détruits, mais aussi à la relance agricole, pour que les familles aient une source de nourriture et un revenu une fois revenues chez elles. En effet, l’agriculture est de loin la principale source de revenu des ménages (elle en représente 75%).

ACTED 2017
Distribution des outils pour la culture maraichère dans le village de Poumale

Ce matin de janvier, le village de Poumalé était en effervescence en attendant qu’ACTED commence la distribution de semences et d’outils pour la pratique du maraichage.

Les affrontements entre les groupes armés dans la sous-préfecture de Kouango en 2013 ont poussé Jean Paul, son épouse et ses 11 enfants à se réfugier en RDC où ils ont vécu dans un camp soutenu par les ONG. Retourné à Poumalé trois ans plus tard, il fait partie de ceux à qui ACTED s’apprête à distribuer des semences maraichères et des outils, pour participer aux formations sur les bonnes pratiques agricoles.

Cela va nous permettre de nous relever pour la survie de ma famille et la relance de l’agriculture, qui la seule activité de subsistance familiale.

Jean Paul

ACTED 2017
Une bénéficiaire met en pratique la technique du semis en ligne avec les semences de tomate reçues pendant la distribution

Diversifier les cultures, un enjeu social

Dans une région où les familles consomment presque exclusivement du manioc, tubercule qui n’a qu’une faible valeur nutritionnelle, il est primordial d’inciter les agriculteurs à diversifier leurs cultures, en introduisant sur leurs parcelles des légumes tels que l’amarante, l’oignon, la laitue ou encore la tomate. La distribution de semences maraichères de qualité adaptées à la typologie des sols se fait en parallèle de formations techniques, ce qui permet d’augmenter la disponibilité des légumes sur les marchés et de les rendre plus abordables pour les familles.

suscipit quis, libero mattis Sed efficitur. diam risus justo tempus