République centrafricaine Article

Le Fonds Bêkou finance une campagne de vaccination de grande ampleur menée par ACTED pour soutenir les pratiques traditionnelles de transhumance en RCA

La transhumance est une pratique traditionnelle très utilisée par les éleveurs centrafricains. Cependant avec la crise militaro-politique qui affecte le pays depuis fin 2012, elle se fait désormais dans un contexte difficile qui a des conséquences sur la sécurité des éleveurs et leurs troupeaux.

Les conflits liés à la transhumance : cause et conséquence de la baisse de la productivité des élevages

Depuis 2012, l’afflux important d’éleveurs transhumants depuis les pays frontaliers et l’association de certains éleveurs peulhs avec un groupe armé entravent le bon déroulement des activités pastorales. Cette situation s’explique par des conditions sécuritaires qui entravent le fonctionnement traditionnel du pastoralisme. Ce contexte impacte négativement la cohésion sociale entre différents groupes d’éleveurs, et accroit les conflits liés à l’accès aux terres cultivables, aux pâturages et à l’eau. Les difficultés accrues d’accès à ces ressources provoquent des pertes et dégâts sur le secteur de l’élevage : face aux multiplications des attaques d’une part, et des épizooties d’autre part, la productivité des élevages décroit et l’insécurité des éleveurs augmente.

Une campagne de vaccination pour relancer la productivité

ACTED 2016

Le sud-est de la Centrafrique est une zone qui accueille un nombre important d’éleveurs. Ceux qui ne peuvent pas assurer leur sécurité, en s’associant par exemple à des groupes armés, voient s’accroitre leurs difficultés à accéder aux ressources agropastorales. Dans l’optique de renforcer la résilience économique de ces éleveurs et réduire ainsi leurs vulnérabilités, l’un des axes privilégiés par ACTED est la vaccination du petit et gros bétail. Cela permet de réduire les risques d’épizootie et d’améliorer ainsi la production. Depuis le mois de décembre, et jusqu’à la fin du mois d’avril, ACTED mène ainsi une grande campagne de vaccination dans le sud-est du pays, avec le soutien de la FAO.

Une campagne qui atteint ses objectifs

La campagne est toujours en cours mais a déjà permis de vacciner 101526 bovins dans deux préfectures du sud-est du pays. Il est prévu d’en vacciner 150000 au total. La Maire de la ville de Zémio, a exprimé sa satisfaction lors de la cérémonie de lancement: « Cette campagne de vaccination du cheptel, dont notre commune abrite le lancement, répond à une grande préoccupation des éleveurs de la localité  l’élevage occupe une place très importante ». La campagne a lieu dans les zones de concentration du bétail, avant les départs en transhumance, afin de réduire au maximum les pertes liées aux maladies, et renforcer ainsi la résilience des éleveurs. Elle est très bien accueillie par les ces-derniers : « Durant toutes les rencontres et sensibilisations menées, les éleveurs ont été à l’unanimité très heureux d’apprendre l’organisation de la campagne de vaccination qui est pour eux une occasion à ne pas manquer pour faire face aux différentes épizooties qui déciment leur bétail, synonyme de richesse et capital social » a témoigné Aubin, le responsable technique élevage d’ACTED.

ACTED 2016
vulputate, ante. efficitur. suscipit commodo Aenean mattis Donec dolor in id, neque.