ACTED Global Article

THRIVE : Rééquilibrer les relations entre les agriculteurs et leurs terres est essentiel pour améliorer la résilience des communautés agro-pastorales

Chaque année qui passe ne cesse de révéler l'ampleur croissante de notre crise planétaire, suscitant des discussions mondiales majeures sur l'action climatique et la biodiversité. L'Aperçu humanitaire mondial 2021 montre comment les conflits armés, la pandémie de Covid-19 et la crise climatique croissante détruisent les avancées durement acquises au cours des dernières décennies en matière d'éducation, de sécurité alimentaire, d'égalité des sexes et de soins de santé dans les contextes humanitaires.

Towards Holistic Resilience in Vulnerable Environments (THRIVE)

Les équipes d’ACTED constatent chaque jour les impacts dévastateurs du changement climatique dans le monde. En réponse, nous avons développé THRIVE, une approche holistique pour renforcer la résilience des communautés agro-pastorales.

Le changement climatique est considéré comme une cause fondamentale de la famine, qui est une « possibilité réelle et terrifiante » dans 43 pays. La Banque mondiale prévoit que la crise climatique pourrait contraindre plus de 216 millions de personnes dans six régions à se déplacer à l’intérieur de leur pays d’ici à 2050, ce qui entraînerait l’émergence de « points chauds de la migration climatique interne » dès 2030. Les sols se dégradés gagnent du terrain à un rythme alarmant en raison de pratiques destructrices et du changement climatique, contribuant à un cycle d’aggravation des chocs climatiques, de l’insécurité alimentaire et hydrique. Ces phénomènes détruisent à leur tour les moyens de subsistance des populations, les poussant à la migration, et créent des conflits à cause de la diminution des ressources naturelles. La dégradation des sols touche tous les types de terres, des villes aux pâturages en passant par les terres agricoles et sauvages. Bien qu’évidente en surface, c’est bien la détérioration cachée et insidieuse des propriétés physiques, chimiques et biologiques du sol, de l’eau et de la biodiversité qui cause le plus de dommages.

La réponse aux catastrophes climatiques – y compris les sécheresses, les inondations, les conditions météorologiques extrêmes, l’augmentation de l’incidence des maladies et l’insécurité croissante en matière de nourriture et d’eau – absorbe une grande partie des fonds consacrés aux actions humanitaires chaque année. Ces catastrophes touchent plus particulièrement les pays à faible revenu, même s’ils ne représentent que 0,5 % des émissions mondiales de dioxyde de carbone, et ont un impact plus fort sur les personnes les plus vulnérables de ces pays qui n’ont pas les moyens de se préparer, d’atténuer ou de s’adapter aux changements.

Il est nécessaire de trouver une solution qui permette de relever les défis structurels à court terme tout en préparant les personnes et les communautés les plus vulnérables à faire face à ces nouveaux défis grâce à des stratégies d’adaptation et d’atténuation du changement climatique ainsi que rétablir l’équilibre de notre environnement naturel.

Considérer de nouvelles façons d'accroître la résilience

Pour répondre à ces problématiques, ACTED revient à l’essentiel, en explorant la manière dont l’humanité interagit avec les écosystèmes dans lesquels elle vit et sur lesquels reposent ses moyens de subsistance. THRIVE – Towards Holistic Resilience in Vulnerable Environments (Vers une résilience holistique dans les environnements vulnérables) a été développé en tant qu’initiative phare d’ACTED pour répondre de manière holistique aux problèmes immédiats et structurels du changement climatique et de la dégradation des terres. THRIVE réimagine les services écosystémiques en renégociant le contrat entre les individus, les communautés et la terre.  Dans le but de soutenir les objectifs de développement durable, THRIVE s’efforce de restaurer l’environnement naturel, de protéger les moyens de subsistance tout en assurant une défense contre les catastrophes naturelles et le changement climatique, piliers essentiels de la construction de populations agricoles rurales résilientes.

THRIVE est centré sur les interactions entre les systèmes

THRIVE est la solution d’ACTED pour répondre à ces problèmes à travers une approche nexus, en inversant la dégradation des terres, en augmentant la santé et la stabilité socio-économique des communautés à travers le monde. THRIVE cible les zones de pâturage arides et semi-arides avec des populations agricoles, pastorales ou agro-pastorales.

THRIVE s’aligne sur les objectifs internationaux du développement durable, de la Convention des Nations Unies sur la lutte contre la désertification, de la COP 21, du nouveau Green Deal européen et de la Décennie des Nations Unies pour la restauration des écosystèmes (2021-2030).

Le projet THRIVE met le secteur de l’aide humanitaire  au défi de se plonger plus profondément dans la vie des communautés soutenues, afin de mieux comprendre l’interaction entre l’écosystème, les réseaux sociaux, la gouvernance et les économies locales. Mais qu’implique cette approche ?

THRIVE repose sur trois piliers :

RAVIVER – DES TRAVAUX DE TERRASSEMENT ET DE VÉGÉTATION RÉGÉNÉRATEURS POUR DES ÉCOSYSTÈMES VIVANTS

L’approche d’ACTED pour la restauration des écosystèmes

RAVIVER est la première étape où les interventions visent à réhabiliter les terres dégradées en rétablissant l’équilibre dans les cycles de l’eau, du carbone et des nutriments – créant les conditions pour qu’une végétation biodiversifiée puisse se développer tout en réabsorbant l’eau et le carbone dans le sol pour renourrir les sols.

RAVIVER utilise des solutions naturelles et simples qui favorisent la recharge des nappes phréatiques et préviennent l’érosion des sols causée par des pratiques nuisibles. Les communautés sont encouragées à repenser leur pratiques cultivatrices et ce qu’elles cultivent afin d’accroître la végétation, tout en intégrant la planification de la gestion des terres et le pâturage régénérateur pour améliorer la compréhension et la coexistence bénéfique entre le bétail et l’agriculture. RAVIVER vise à créer les conditions permettant à la végétation de se développer – en favorisant le captage du carbone dans des sols et une végétation sains et en réduisant les risques de catastrophes qui pèsent sur les écosystèmes.

EMERGE – RENFORCER LES ÉCONOMIES DE MARCHÉ POUR LA CROISSANCE ET L’AUTONOMISATION DES POPULATIONS RURALES

L’approche d’ACTED en matière de marchés et de développement de chaînes de valeur inclusives

EMERGE est le deuxième pilier de THRIVE qui reconnaît que les marchés et les moyens de subsistance sont intrinsèquement liés et doivent être traités ensemble. EMERGE aide les communautés agricoles à sortir de la pauvreté par un revenu suffisant leur permettant de subvenir aux besoins de leurs familles, de couvrir leurs besoins fondamentaux et d’être résilientes face aux chocs futurs. Les communautés sont formées aux stratégies d’adaptation et d’atténuation du climat pour augmenter la production agricole, aux techniques améliorées de manutention post-récolte et aux infrastructures durables qui visent à améliorer la quantité et la qualité de la production. EMERGE travaille aussi avec les systèmes et les acteurs du marché par le biais d’une approche favorable aux pauvres afin de promouvoir la diversification des moyens de subsistance et le développement de la chaîne de valeur en aidant les petits exploitants agricoles à passer d’activités génératrices de revenus au développement et au renforcement de leurs entreprises qui leur permettent de produire une marchandise de plus grande valeur. Les deux types d’amélioration des revenus sont facilités grâce à des liens avec le marché, la coopération avec le secteur privé et la création d’un environnement favorable à travers des politiques, des actions de sensibilisation et l’expansion des prestataires de services.

Le pilier EMERGE est essentiel pour garantir l’accès des communautés agricoles aux outils, aux connaissances et aux compétences nécessaires à la maximisation des rendements, la minimisation des déchets et au développement des moyens de subsistance durables et bénéfiques pour l’environnement.

INTÉGRER – ÉCHANGES INTERCOMMUNAUX POUR DÉVELOPPER DES ÉCONOMIES ET DES ÉCOSYSTÈMES SOLIDES, AGROPASTORAUX ET TRANSFRONTALIERS

L’approche d’ACTED pour soutenir la cohésion sociale sur des ressources naturelles limitées

 La pauvreté chronique et la raréfaction des ressources constituent un mélange inflammable : de nombreuses sociétés de pasteurs, d’agriculteurs et de gardiens de troupeaux dans les zones de pâturage du monde entier connaissent de profondes tensions sociales alors que de plus en plus de personnes dépendent des fruits d’une base de ressources naturelles en diminution. Ces tensions, si elles ne sont pas résolues, peuvent dégénérer en violence, ce qui perturbe le quotidien des populations, les services locaux et aggrave la dégradation de l’environnement.

INTEGRER place la dynamique et la participation communautaires au cœur de son approche, en s’efforçant de favoriser une approche constructive, équitable et pacifique du partage des ressources naturelles. INTEGRER se concentre sur la « gouvernance des biens communs » afin de garantir que les ressources et les terres sont gérées au mieux pour répondre aux besoins immédiats des personnes tout en les préservant pour les générations futures. Ces ressources offrent à leur tour des opportunités commerciales qui soutiennent les marchés et le développement économique, renforçant ainsi la coexistence pacifique entre les communautés.

Régénration naturelle gérée par le agricultrices. Bullow Village, Xudur, Somalie - septembre 2021 © Consortium français pour les urgences
Distribution de pousses à Magalo Qalooc. Somaliland - août 2021 © Consortium français pour les urgences
Manager de projet ACTED participant sur site à une session de réparage d'une rigole. Somaliland - septembre 2021 © Consortium français pour les urgences
Session pratique sur la régénération naturelle par les agriculteurs lors de la formation à Magalo-Cad. Somaliland - septembre 2021 © Consortium français pour les urgences
12
projets THRIVE dans le monde
2 900
personnes formées en Afrique
1 350
hectares de restaurées au cours des 12 projets

THRIVE en action

THRIVE est la synthèse pratique de plus d’une décennie de programmation et d’apprentissage institutionnel.

À ce jour, les programmes THRIVE aident plus de 310 000 personnes, dans sept pays, à améliorer leurs moyens de subsistance, à soutenir la restauration des écosystèmes et à renforcer les systèmes de marché. Grâce aux douze projets THRIVE mis en œuvre – dix en Afrique et deux au Moyen-Orient et Afrique du Nord (MONA) – 1 329 hectares de pâturages ont été restaurés, contribuant aux efforts de rétention du carbone et à l’absorption d’environ 1 056 tonnes de carbone par an.

Dans la région MONA, deux projets THRIVE sont en cours en Jordanie et en Syrie depuis 2021. Ils soutiennent 1 250 ménages pour favoriser la résilience économique grâce à des approches de gestion des écosystèmes durables et basées sur le marché. Aussi,  po9 552 autres ménages sont assistés pour restaurer leur sécurité alimentaire et leurs moyens de subsistance. En Jordanie, 350 ménages agricoles sont engagés dans des activités de diversification durable des revenus, d’auto-emploi et de création d’emplois dans les secteurs des paysagismes permanents, de la transformation alimentaire et de l’artisanat. En Syrie, le projet soutient les agriculteurs par des formations et une assistance financière. Les formations portent sur la santé des sols, la consommation d’eau et les engrais biologiques. Des kits de conservation d’eau, de collecte des eaux grises et de création de bassins d’irrigation sont également distribués.

En Afrique, trois projets THRIVE ont été mis en œuvre dans les régions de Somali, deux au Nigeria, en Ouganda et au Niger et un au Sud-Soudan. Ils visent à aider les ménages à répondre à leurs besoins en matière de sécurité alimentaire, à renforcer leur résilience, tout en soutenant la coexistence pacifique des communautés grâce des pratiques agricoles régénératives ainsi que des travaux pour la collecte de l’eau, la replantation de pâturage et la création de pépinières. Ces projets permettent également aux communautés de développer leur capacité économique, tout en réparant les marchés et les infrastructures routières pour soutenir le commerce.

D’ici 2021, plus de 2 900 personnes auront été formées à la gestion améliorée de la végétation, aux techniques de collecte des eaux de pluie, à la régénération naturelle des terres, aux bonnes pratiques agricoles, à la permaculture, au traitement après récolte et à la gestion holistique des pâturages. Au cours de ces projets, 66 996 plants d’arbres ont été plantés. Des intrants agricoles et plus de 1 018 kits de permaculture ont été fournis au Nigeria et en Somalie. Un centre de formation communautaire THRIVE et deux pépinières ont été construits en Ouganda. Enfin, au Niger, six points d’eau pastoraux pour l’alimentation du bétail sont en cours de réhabilitation.

En savoir plus sur THRIVE