Yémen Article

Les communautés déplacées à Ibb reçoivent une aide d’urgence

Ibb, une province fertile du centre du Yémen, abrite aujourd'hui plus de 2 000 Yéménites déplacés, contraints de fuir leurs foyers en raison du conflit. Même après plusieurs années, de nombreuses familles continuent de résider dans des campements de fortune construits avec tous les matériaux qu'elles peuvent trouver, avec peu d'indications que leur situation s'améliorera.

Depuis 2019, grâce à un projet du consortium du Mécanisme de Réponse Rapide, ACTED a pu répondre aux besoins des populations déplacées en réhabilitant les infrastructures WASH telles que les points d'eau, en fournissant des transferts d'argent et en distribuant des articles non alimentaires, notamment des matériaux de cuisine et des matelas.

L'histoire de Sahar

Pour cet article, ACTED s’est entretenue avec Sahar, une mère célibataire vivant avec sa famille de cinq personnes à Manasheer Alekhlas.

Manasheer Alekhlas n’est qu’une parcelle de quelques mètres sur la terre de quelqu’un où plus de 20 familles sont venues s’installer. Elles rassemblent tout le matériel qu’elles peuvent acquérir ainsi que les distributions des organisations humanitaires afin de développer une sorte d’abri. Comme beaucoup de ces sites, Manasheer Alekhlas n’a pas d’infrastructures de base, comme l’eau ou l’électricité, et beaucoup de familles qui y résident manquent des produits de première nécessité. Les familles vivent donc dans des conditions de promiscuité, à la merci des éléments et vulnérables aux maladies.

 

@UNICEF
The RRM staff registering the details of those to receive hygiene bags in Ibb city.

Sahar parle de son mari qui travaillait dans un restaurant de poisson avant la guerre. Lorsqu’il est allé en prison au début du conflit, elle est restée seule à subvenir aux besoins de la famille. Bien que Sahar ait réussi à trouver un emploi de femme de ménage, l’argent qu’elle gagnait ne suffisait pas à répondre aux besoins de la famille, comme payer leur loyer.

« Ma fille aînée a 8 ans, et elle m’aide en vendant des mouchoirs dans les rues. Elle se plaint toujours du dur labeur et des insultes qu’on lui adresse, mais nous n’avons pas le choix. Nous comptons toujours sur l’aide que nous recevons des organisations parce que l’argent que nous gagnons est si faible », a déclaré Sahar.

 

@UNICEF
The Rapid Response Mechanism giving awareness for displaced people at Al-Jablah district in Ibb city.

Nous comptons toujours sur l'aide que nous recevons des organisations car l'argent que nous gagnons est très faible.

Sahar, femme au foyer vivant dans la colonie de personnes déplacées de Manasheer Alekhlas

Sahar a poursuivi en disant que la famille de cinq personnes partageait trois couvertures en ruine et le même nombre de matelas. ACTED a ensuite fourni suffisamment de couvertures et de matelas pour chaque membre de sa famille, ainsi que des ustensiles de cuisine. La possibilité de cuisiner les repas de sa famille a donné à Sahar un énorme coup de pouce au moral.

En plus de la distribution de produits de base, ACTED a également identifié un dysfonctionnement près de la colonie que l’organisation a réhabilitée dans le cadre du projet. Avant sa réhabilitation, les familles vivant dans la colonie avaient l’habitude de marcher plusieurs kilomètres pour aller chercher de l’eau. Sahar a déclaré : « C’est la meilleure assistance que j’ai reçue jusqu’à présent. Je souffrais beaucoup d’avoir à transporter de l’eau depuis des endroits éloignés. Maintenant, je peux apporter de l’eau facilement et à tout moment, j’en ai besoin ».

« Avec l’aide d’ACTED, nos vies sont 100 fois meilleures », a déclaré Sahar.

A ce jour, ACTED a fourni une aide en espèces à plus de 8 000 familles, a permis à 7 700 personnes d’accéder à l’eau potable et a distribué plus de 1 600 kits d’articles non alimentaires.

La stratégie d'ACTED au Yémen est basée sur 3 piliers : ADAPTER, RECOUVRIR et THRIVER. Dans le cadre du programme ADAPT, ACTED commence par comprendre la situation en utilisant les connaissances locales, puis coordonne une réponse avec les autorités locales, les partenaires humanitaires et les clusters, avant de répondre aux besoins restants des populations touchées par les déplacements, des personnes déplacées et des communautés d'accueil.

Ce projet a été mis en œuvre grâce à un projet de consortium du Mécanisme de Réponse Rapide avec Action Contre la Faim (ACF) et le soutien financier de l'UNICEF.

dolor. ut Aliquam vel, ut ipsum risus amet, elementum