République centrafricaine Article

L’enjeu de l’éducation en contexte de crise : l’exemple d’Obo

Suite à la crise sécuritaire que connaît la préfecture du Haut-Mbomou depuis 2017, la ville d’Obo a connu un afflux massif de familles déplacées en provenance des villes voisines de Zémio et Mboki. Le Haut-Mbomou est la préfecture qui a enregistré le plus grand nombre de personnes déplacées en République centrafricaine en 2018.

Obo, une ville d’accueil

La ville d’Obo jouissant d’une certaine stabilité par rapport aux communes voisines, plus de 7000 déplacés internes sont aujourd’hui installés dans les différents sites (Zémio, Mboki, Mboyos, Gambo) de la ville, tandis que d’autres ont été accueillis dans des familles d’accueil. Afin de permettre à tous les enfants déplacés de pouvoir aller à l’école, ACTED a mis en place des activités de soutien à l’éducation en contexte d’urgence, avec l’appui financier de la Direction générale pour la protection civile et les opérations d’aide humanitaire européennes de la Commission européenne (ECHO). Les équipes d’ACTED se sont ainsi attelées à renforcer les capacités humaines et matérielles nécessaires au rétablissement d’un environnement éducatif sûr pour tous les enfants en âge d’être scolarisés.

Cours de rattrapage et activités socio-récréatives

Au cours de l’été 2018, ACTED a mobilisé 21 enseignants au sein des communautés hôtes locales en vue de mettre en place des cours de rattrapage, contre la rémunération conforme aux normes du cluster éducation. Après une semaine de formation, ces enseignants ont pris leurs fonctions, dispensant leurs cours à plus de 1200 enfants qui avaient pour la plupart abandonné l’école, mais aussi 339 qui n’avaient encore jamais été scolarisés.

Proclamation des résultats des cours de rattrapage - ACTED RCA, septembre 2018

Chaque après-midi, deux animateurs sont présents pour apporter un appui psycho-social à ces enfants, avec notamment l’organisation d’activités récréatives comme la danse, le chant, la lecture, les jeux de société comme le kissoro ou le damier, le sport, ou des activités manuelles, comme les origamis ou la fabrication de guirlandes avec des chutes de pagne.

Mises en place, ces activités ont pour but de développer la créativité des enfants, de renforcer leur sociabilité, de stimuler leurs connaissances scolaires en les appliquant à des activités ludiques, et surtout de les apaiser et leur faire retrouver un semblant de normalité après les expériences dramatiques qu’ils ont vécues.

Réhabilitation d’écoles, de salles de classes et de blocs latrines

ACTED a contribué à la réhabilitation de quatre écoles, dont 15 salles de classes, des blocs hygiènes, des bancs d’écoliers, ainsi que du mat des couleurs dressé dans les cours de récréation, arborant les couleurs du pays, symbole de cohésion sociale. Les équipes ont également construit  quatre nouvelles salles de classe afin d’augmenter la capacité d’accueil. Ces nouvelles salles ont été équipées avec 200 bancs d’écoliers supplémentaires. En parallèle, ACTED a fourni 3000 manuels scolaires aux écoles et construit sept blocs d’hygiène séparés pour les filles et les garçons.

Construction de salles de classes - ACTED RCA, septembre 2018

Soutien aux enseignants

Dans le contexte actuel, très peu d’enseignants diplômé sont affectés dans la localité. Pour mener à bien ce projet de re-scolarisation, ACTED a sélectionné 30 parents d’élèves issus des communautés déplacées et hôtes pour assumer la charge de l’enseignement dans ces écoles et contribué à leur formation, facilitée par le Chef de circonscription et le Chef de secteur scolaire d’Obo-Bambouti. Au total, 25 parents-enseignants ont été recrutés, au terme d’une formation de 35 jours. En parallèle, les équipes cherchent à renforcer le rôle des Associations de Parents d’Elèves, en charge de la collecte des frais de scolarité grâce auxquels les enseignants peuvent être rémunérés. Ces associations contribuent à la stabilité de l’environnement scolaire, dans un contexte où les fonds ne sont pas toujours collectés ou utilisés à bon escient, et où les enseignants se sont souvent désistés par le passé, découragés faute de salaire. Elles sont également garantes du bon entretien du matériel scolaire.

Cérémonie officielle en présence de Monsieur le Préfet du Haut-Mbomou et des autorités locales à l’école préfectorale et remise des diplômes aux 25 nouveaux maîtres-parents et aux 21 enseignants ayant suivi une semaine de formation - ACTED RCA, Obo, septembre 2018

Si le défi de l’éducation reste de taille en République centrafricaine, la ville d’Obo fait néanmoins partie des « bons élèves», exemple de cohésion sociale et d’implication pour dispenser un enseignement de qualité à des enfants qui ont soif d’apprentissage, bien conscients de l’importance d’aller à l’école.

adipiscing id dapibus vulputate, eleifend dictum libero