ACTED

What Home Means : malgré ce qu’ils ont perdu, la musique fait partie de leur vie

100 millions. C’est le nombre de personnes qui se retrouvent déplacées dans le monde aujourd’hui. Cela représente plus d’1,5 fois la population française.

En partant, ils ont quitté leur foyer, leur communauté et souvent leurs passions. Dans leur nouveau refuge, ils essaient de retrouver une routine et de se reconstruire grâce à ce qui les rendaient vivant : leur passion, la musique.  

A l’occasion de la Fête de la Musique, des musiciens qui ont tout laissé derrière eux nous partagent leur message d’espoir avec 3 vidéo clips, depuis le Burkina Faso, la République Démocratique du Congo et l’Irak. 

Au Burkina Faso

Patrick Kabré, musicien burkinabé, est allé à la rencontre des personnes déplacées à Kaya, dans le nord du Burkina Faso, et délivre leur message d’espoir avec ce clip chanté à l’unisson, Tal Timbo :   

Depuis 2016, la situation sécuritaire au Burkina Faso n’a cessé de se détériorer. L’année 2019 a été particulièrement violente, causant une vague de déplacement sans précèdent. Les besoins humanitaires augmentent et un grand nombre de la population se retrouve en insécurité alimentaire.  

Le nombre de personnes déplacées est passé de 100, 00 à 1,8 million en moins de 2 ans, avec 1/3 du pays impacté par les déplacements de populations. 

En République Démocratique du Congo

En République Démocratique du Congo, nous retrouvons Enoc et Laiza. Originaires d’un village a plusieurs kilomètres de Nyunzu, ils ont été forcés de fuir suite aux conflits entre communautés. 

Dès leur arrivée, ils ont rencontré Mapenzi et Dori, musiciens eux aussi. Ensemble, ils ont depuis formé un groupe et ont commencé à écrire des chansons.

Pour eux, se sentir chez soi, c’est pouvoir poursuivre leur passion. La musique reste aujourd’hui un fondement important dans leur quotidien en exil.  

Ces dernières années, plus de 700,000 personnes ont dû fuir la province de Tanganyika à cause de conflits intercommunautaires.
 
ACTED et l’Union Européenne viennent en aide à 85,000 personnes déplacées vivant dans des camps et des villages, notamment par des formations et de la sensibilisation d’acteurs locaux pour aider à la cohésion et améliorer les relations entre les personnes de différentes communautés. 

En Irak

Dans les environs de Mossoul, plus d’une centaine de personnes vivent dans ce campement. Amal, c’est leur message d’espoir qu’ils délivrent en musique. 

Depuis 2014, 3 millions de personnes ont fui le conflit armé en Irak, soit près d’un Irakien sur 10. 1,3 millions d’entre eux sont déplacés au sein même du pays et vivent le plus souvent dans des campements informels. 

Du fait du manque d’activités et d’emplois, les sources de revenus se réduisent. Dans le pays, 10 000 personnes déplacées reçoivent une aide humanitaire a travers le programme d’ACTED, en partenariat avec l’Union Européenne. 

ACTED s’implique activement pour informer la communauté humanitaire afin de mieux répondre aux besoins des populations et coordonner les services de base dans 26 campements informels.