Coordination et gestion de camp

65 millions de personnes dans le monde ont été déplacées de force, soit une personne sur 113. Alors que les conflits et les catastrophes naturelles se multiplient à travers la planète, souvent alimentés par le changement climatique, de plus en plus de personnes sont forcées de fuir leur foyer, et le nombre de personnes déplacées atteint aujourd’hui un nombre record.

ACTED vient en aide aux personnes réfugiées et déplacées dans certains des pays les plus durement touchés par les déplacements de populations avec différents types d’interventions et d’activités, dont notamment les programmes de coordination et gestion de camps (Camp Coordination and Camp Management – CCCM), qui permettent d’améliorer la qualité de vie et la sécurité des personnes déplacées tout en leur assurant des conditions de vie dignes et un degré de protection conforme aux normes internationales, par le biais d’approches multisectorielles.

Partant du principe de ce que les camps et autres cadres similaires ne constituent que des solutions temporaires à ne considérer qu’en dernier recours, le travail d’ACTED dans les sites d’accueil de personnes déplacées est fondamentalement tourné vers la recherche de solutions rapides et pérennes pour faire face aux situations de déplacement (comme un retour sécurisé dans les zones de provenance des populations déplacées, leur relocalisation ou leur intégration au sein de communautés d’accueil) et vers des activités porteuses des intérêts de ces personnes déplacées et de toute personne touchée par une crise humanitaire.

En tant que membre du Groupe consultatif stratégique (SAG) du cluster CCCM, ACTED joue un rôle essentiel dans le développement de politiques et de stratégies de gestion et coordination de camp dans différents contextes de déplacement à travers le monde.

Coordination et gestion de camps

ACTED mène actuellement des activités de coordination et gestion de camps au Soudan du Sud, en Syrie, en Irak, au Yémen, en Somalie, au Nigéria et au Bangladesh qui bénéficient chaque année à quelque 600 000 personnes déplacées.

Au besoin, et en cas de manque de solutions alternatives à long terme, ACTED met en œuvre des activités de gestion de camp pour garantir les meilleures conditions de protection et d’assistance aux personnes déplacées dans les sites temporaires, avec une attention particulière portée aux mécanismes de gouvernance et de participation communautaire, d’accès à l’’information, d’entretien des sites, d’accès aux services de base et de garantie des droits fondamentaux.

Dans ce cadre, les équipes d’ACTED cherchent à renforcer la communication et les systèmes de représentation entre les organisations humanitaires, les responsables de camps, les comités et les résidents, dans le but de garantir la transmission transparente de l’information, du plus haut niveau de gouvernance jusqu’aux résidents. La mise en place d’un mécanisme de plaintes, qui permet aux résidents des camps de faire remonter des préoccupations ou des problèmes aux responsables de camps ou aux ONG, garantit davantage de responsabilisation et redevabilité, tout en contribuant à améliorer les conditions de vie.

En plus de ce travail de renforcement de la gouvernance communautaire au sein des sites d’accueil de personnes déplacées, ACTED gère également des travaux d’entretien adaptés en fonction des besoins pour garantir un cadre de vie sûr aux personnes déplacées, conformément aux standards SPHERE.

L’approche d’ACTED touche également à d’autres sujets, comme la communication avec les communautés, la gestion de mécanismes de signalement et de protection contre les violences sexistes, et la gestion de l’information. Nos équipes s’assurent ainsi que les personnes résidant dans des camps ou autres sites d’accueil de personnes déplacées disposent d’informations suffisantes et précises quant aux services disponibles, la manière d’en bénéficier ainsi que leurs droits.

Sites informels

En parallèle de la mise en œuvre d’activités traditionnelles dans les camps officiels, la stratégie de coordination et de gestion de camps d’ACTED cherche à soutenir les personnes vivant en dehors de ces camps, comme les camps de fortune, les abris collectifs ou tout autre site informel, notamment en zone urbaine (comme en Somalie, au Yémen, au Liban et en Irak). Aujourd’hui, de plus en plus de personnes déplacées vivent dans des centres urbains, où elles font face à des difficultés pour accéder à l’aide à laquelle elles ont droit. Du fait de la nature informelle et spontanée de ces sites, les abris et  les services ne sont pas planifiés à l’avance, rendant la coordination entre acteurs humanitaires particulièrement difficile, et compliquant la transmission de l’information et l’accès des plus  vulnérables à l’aide humanitaire.

Pour faire face à ces difficultés, ACTED axe son approche sur des équipes mobiles d’intervention qui utilisent les sources d’informations disponibles dans les sites de déplacés comme le mécanisme de suivi des déplacements de l’OIM, les évaluations détaillées de l’initiative REACH, les évaluations des clusters CCCM ou les rapports 3W, pour identifier les sites spontanés potentiellement dans le besoin d’intervention. Mobilisables rapidement pour faire des évaluations, identifier les sites, soutenir leur entretien, renforcer les capacités et la coordination avec les parties prenantes concernées pour améliorer la réponse humanitaire dans les sites informels. Nos équipes partagent des informations clés avec les populations déplacées, concernant par exemple les chemins sécurisés vers des camps officiels, les dangers de terrains minés ou encore la prise de contact avec les services humanitaires opérant dans la zone.

 

Vers l’appropriation au niveau local et des solutions durables

Parce-que nous croyons que l’appropriation au niveau local et national de la préparation et de la réponse aux urgences est essentielle pour garantir l’efficacité et la pérennité des interventions, nos équipes travaillent au renforcement des capacités des organisations et des autorités locales en matière de coordination et de gestion de camps, dans l’objectif d’assurer le transfert des responsabilités de gestion de camps aux acteurs locaux dans les meilleures conditions au moment voulu.

En parallèle des activités d’entretien et de gestion des camps, les équipes CCCM s’attellent à rapprocher les communautés déplacées et leur gouvernement, afin d’encourager des solutions à long terme : par exemple en plaidant en faveur de solutions d’intégration au sein de communautés d’accueil, si les conditions dans les sites informels ne répondent pas aux standards humanitaires, ou bien appuyer un retour volontaire, dans des conditions optimales de sécurité, si les conditions dans leurs zones de provenance le permettent.

 

id lectus non libero. elementum tempus mi,