Irak Article

Travailler avec les agriculteurs du Sinjar

La province de Sinjar, au nord de l'Irak, est devenue synonyme du destin tragique des yézidis depuis 2014, lorsque la province est tombée sous le contrôle d'ISIL.

Alors que les membres de la communauté ont commencé à retourner dans la vallée du Sinjar, Welterhungerhilfe (WHH), dans le cadre du consortium européen financé par MADADAD et dirigé par ACTED, aide les agriculteurs à retourner dans leurs champs et pâturages depuis juin 2019. Ces derniers témoignent de leur satisfaction d'avoir participer aux activités et de partager leurs expériences.

Sinjar est situé dans la province de Ninewa, particulièrement touché par des problèmes humanitaires
La difficulté à assurer la sécurité au quotidien fait partie des besoins cités en priorité autant par les personnes déplacés dans cette province que ceux d'origine
Destruction of farming assets was common in areas which fell under ISIS control

Évasion à la montagne et retour

Shaman est un membre de la communauté yézidi de Kani Sarki, un petit village au sud-ouest de la ville de Sinjar, a appris l’élevage de moutons de son père à un âge précoce. Malgré son enrôlement dans l’armée, Shaman a continué de s’occuper de ses 70 moutons pour assurer un revenu stable à sa famille. Shaman a tout perdu en 2014 quand ISIL a pris le contrôle des vallées de Sinjar. Lui et sa famille faisaient partie des 40 000 yézidis déplacés qui ont dû fuir vers la montagne Sinjar.

Après trois ans de survie grâce au parachutage d’eau et de nourriture, Shaman et sa famille sont retournés à Kani Sarki pour recommencer leur vie. Cependant, le retour de la famille n’est pas entier, encore menacé par la proximité d’ISIL qu’ils soupçonnent de rester actif dans les zones voisines. Comme le montrent les images dans cet article, le conflit a détruit une grande partie du village.

Améliorer les capacités existantes

Pour remettre en production les pâturages et les champs de la région, les communautés de Kani Sarki eurent besoin de soutien.

 

Avec l’aide d’experts du Ministère de l’Agriculture et d’ingénieurs agronomes récemment diplômés, Welterhungerhilfe, dans le cadre du consortium dirigé par ACTED, a supervisé l’élaboration d’un programme d’études couvrant l’élevage, l’apiculture, l’agriculture ouverte et le jardinage familial, en plus des conseils sur la diversité alimentaire. Les organisations ont choisi les sujets en se basant sur des visites à domicile antérieures, au cours desquelles Welterhungerhilfe avait enregistré les familles et leurs préférences concernant leur intérêt à prendre part à des formations.

Agriculteurs durant une séance de formation, ayant lieu dans une pièce prêté par la communauté

Croissance des entreprises familiales

Les gens ici sont très accueillants et ouverts. La plupart d'entre eux ont offert leurs maisons pour mener les formations, où nous pouvons aussi laisser tout l'équipement : générateurs, carburant, rafraîchissements, appareils de refroidissement. Malgré les batailles quotidiennes, tout le monde veille encore les uns sur les autres et sur l'équipement

Jayashanka Basnayake, responsable de projet chez Welterhungerhilfe

En peu de temps, la communauté s’est totalement ralliée au projet, fournissant volontiers des espaces d’accueil pour les formations à domicile, faute d’espaces communs.

 

Welterhungerhilfe fournit aux populations des générateurs, de l’eau et des rafraîchissements. L’organisation établit également des parcelles de démonstration à côté des maisons des agriculteurs afin de poursuivre des formations pratiques sur l’amélioration des techniques agricoles. Ces parcelles serviront également de parcelles pour l’agriculture à long terme.

 

Une fois la formation terminée, Welterhungerhilfe accorde des subventions aux participants pour qu’ils puissent immédiatement mettre en pratique leurs nouvelles connaissances. Les agriculteurs utilisent l’aide pour acheter des vaccins ou des médicaments, augmenter le nombre d’animaux, acheter des outils de stockage et de transformation.

 

À cette occasion, Shaman a participé à une formation sur l’élevage en août 2019. Il relit souvent le matériel éducatif distribué pendant la formation et a fièrement informé l’équipe de surveillance que grâce aux vaccinations et aux conseils de soins qu’il a reçus, son troupeau grandissait en nombre.

Shaman prend soin de ses chèvres

Avant la guerre, j'avais 70 moutons. Avec les nouvelles techniques que j'ai apprises, j'espère que mon troupeau va grandir et que je pourrai donner du travail à d'autres personnes aussi

Shaman

Un nouvel enclos à chèvre créé avec le soutien de Welterhungerhilfe

Welterhungerhilfe continuera à fournir des formations pour l’élevage, l’apiculture, l’agriculture ouverte et le jardinage domestique jusqu’au printemps 2020. L’organisation s’attend à ce que 954 stagiaires terminent leurs cours au district Sinjar. À mesure que les gens revenaient, des détaillants sont également apparus dans la région, cherchant à acheter les produits locaux. Le lait et le miel de brebis sont déjà produits avec l’aide des formations Welterhungerhilfe, aidant les familles à assurer un revenu stable.

Ce projet est un intervention de l’Alliance 2015 intervention.

eget vulputate, id dolor. tempus diam