Sri Lanka ACTED

Les femmes porte-paroles du progrès

Les organisations de la société civile sont des acteurs essentiels de la gouvernance et du développement local, avec un long historique d’actions dans le pays. Le Sri Lanka a une longue histoire d’organisations communautaires de la société civile (OSC) formées pour identifier et traiter les problèmes communs. Parmi elles, les sociétés de développement rural des femmes (Women Rural Development Societies, WRDS) sont essentielles au développement des zones vulnérables au Sri Lanka : elles ouvrent la voie à un développement économique et social inclusif, accordent des prêts à leurs membres pour soutenir leurs moyens de subsistance, sont mobilisées pour des travaux communautaires et viennent en appui aux membres les plus vulnérables.

 

Membres de la Korakallimadu Women Rural Development Society (WRDS), ACTED Sri Lanka, 2018

ACTED, en partenariat avec le Centre d’Analyse de la Pauvreté (CEPA), met en œuvre depuis décembre 2015 un projet financé par l’Union européenne à Batticaloa, Moneragala et Mullaitivu pour renforcer les capacités des organisations de la société civile et ainsi encourager leur participation active à la mise en place de stratégies de développement durables. Pour y parvenir, ACTED et le CEPA ont formé 60 organisations de la société civile à la rédaction de propositions.

 

Thanesha et Nathi, représentantes de deux sociétés de développement rural des femmes, témoignentde l’impact du projet sur leur travail : la société de Thanesha fonctionne et s’organise bien mieux aujourd’hui, notamment grâce à un nouveau système d’archives. Quant à Nathi, sa société gère mieux ses relations avec les membres du gouvernement et a gagné en confiance pour exprimer les besoins de la communauté.

 

Nathi, au centre, secrétaire du Kovil Porathivu West WRDS, avec des membres de la société, ACTED Sri Lanka, 2018

Ces sociétés ne sont que deux exemples parmi une myriade de sociétés gérées par des femmes au Sri Lanka, avec le potentiel de renforcer le tissu social du pays et contribuer à une société plus démocratique, plus équitable et plus paisible. « En renforçant nos compétences, la formation profite non seulement à notre société, mais aussi à toute la communauté », raconte Thanesha.

Je veux montrer l'exemple aux autres femmes, et être un modèle pour les membres de ma communauté.

Nathi

Pour en savoir plus, lisez l’article originel en anglais.

nunc elit. Praesent Lorem quis non sed nec Nullam luctus at felis