Myanmar ACTED

Je suis meilleur dans mon travail que la plupart des hommes

Lorsqu'on imagine un ouvrier du bâtiment ou un charpentier, la première pensée de beaucoup est que cette personne sera un homme.

Aye, 21 ans, de la région de Tanintharyi, dans le sud du Myanmar, est une exception. Elle est l'une des plus récentes femmes diplômées d'ACTED dans le domaine de la construction. Elle a désormais une alternative positive à l'immigration clandestine, souvent considérée comme la seule voie possible pour les jeunes de la région.

Aye, comme beaucoup d’autres, a dû abandonner ses études pour gagner sa vie, et a depuis lutté pour trouver un emploi stable.

Dans la région de Tanintharyi, le nombre de jeunes chômeurs âgés de 18 à 25 ans est deux fois plus élevé que dans les tranches d’âge supérieures. Cela pousse cette population à migrer illégalement vers les pays voisins dans l’espoir de trouver des possibilités d’emploi leur permettant de subvenir aux besoins de leur famille. L’immigration clandestine est loin d’être une option sûre et les jeunes migrants s’exposent à des violations de leurs droits, à l’exploitation et à des poursuites pénales.

En réponse à cette tendance inquiétante, ACTED a développé, en collaboration avec des entreprises privées et l’Agence Française de Développement (AFD), trois différentes formations professionnelles de deux mois axées sur la construction, la mécanique et l’informatique, visant à aider les jeunes du Myanmar à s’assurer un moyen de subsistance durable dans leur pays d’origine.

 

Si quelque chose est cassé, réparez-le

Aye vit avec sa famille dans un petit village à deux heures de Dawei, la capitale de Tanintharyi. Son père est décédé lorsqu’elle avait 16 ans, ce qui l’a obligée à quitter l’école pour aider à s’occuper de sa jeune sœur pendant que sa mère travaillait.

Aye a toujours eu une passion pour le bâtiment et la construction et aide maintenant sa mère à réparer les choses dans la maison. Lorsque le chef de son village lui a parlé de la formation en construction d’ACTED, Aye n’a pas tardé à saisir l’occasion pour s’inscrire.

Des cours de formation professionnelle sont actuellement disponibles au lycée local, mais les participants doivent avoir terminé l’école primaire ou secondaire pour s’inscrire, ce qu’Aye n’a jamais fait. Ce n’est pas une exigence dans les cours de formation développés par ACTED.

 

Avoir une seconde chance

It was a day for big celebration when Aye got accepted into the training course; “I remember my village leader came to my house to tell me that I was accepted in the project, I just started jumping up and down in happiness.” In the coming days, Aye realized how exceptional it still is for a girl, to want to work within construction and carpentry. She says, “Some of the neighbors made fun of me for wanting to take a training course that is not conventional for a girl.”

But Aye was determined and would not let anyone take the opportunity away from her. As she says: “I do not differentiate between a man’s and a woman’s work, we are all human beings and have different strengths and weaknesses. I have to go far in life, I have to take care of my family and myself. ACTED has allowed me to do this and with work that I love to do. I must use this opportunity at any cost.”

A man’s world

Despite her interest and determination, Aye found the beginning of the training very challenging. “At first, I was frustrated when I tried to use some of the tools. I didn’t have the strength to press and lift some equipment. It was hard, especially as boys in my class would come and laugh at me. They’d say that this type of work was only for men not women. It made me sad, but because I had not finished school, and I knew where I wanted to be, I worked hard to complete the training sessions.”

“Although it would have been easier to sign-up for the computer class together with all the other girls, I picked construction because few women work in this sector.  I wanted people to be surprised when they saw what I could do. I wanted to use this opportunity to get more orders and show all the girls in my village that they can do anything they want to in life,” said Aye.

"Prouver que le monde a tort"

Aye a déclaré que la formation en construction d’ACTED lui a donné un aperçu substantiel du travail de construction avec un bon équilibre entre la théorie et les sessions pratiques. Elle est convaincue qu’elle sera en mesure de trouver un emploi. Elle a déclaré : « Je ne suis pas sûre qu’il me sera facile de trouver un emploi puisque je suis une fille, mais avec toutes les nouvelles compétences que j’ai acquises, je suis déterminée à montrer à tout le monde que je suis meilleure que la plupart des hommes ».

Peu après avoir terminé la formation, Aye a proposé de travailler bénévolement sur un chantier de construction local où une école est en cours de construction. Aye a fait cela pour développer ses compétences et s’assurer que tout le monde dans le village sache qu’elle est fiable au cas où ils chercheraient à engager quelqu’un. Au moment où nous écrivons ces lignes, Aye a été acceptée comme la première femme volontaire sur le site.

Vers la fin de l’entretien, Aye a déclaré : « Un jour, j’aurai ma propre entreprise de construction uniquement avec des filles. Nous avons des mains plus petites, ce qui est souvent un avantage pour s’assurer que tout a l’air bien. Nous montrerons à tout le village à quel point nous sommes habiles et nous nous assurerons que nos familles ont une bonne vie ».

L’histoire d’Aye n’est qu’une des 236 élèves à qui ACTED a offert la possibilité de participer au cours de formation professionnelle financé par l’Agence française de développement à Tanintharyi. Le suivi effectué par ACTED auprès des étudiants diplômés indique que beaucoup d’entre eux sont optimistes quant à leur avenir et que certains ont déjà trouvé un emploi ou espèrent poursuivre leurs études. Un dénominateur commun à tous les étudiants auxquels ACTED a parlé est qu’ils ont maintenant l’ambition et la possibilité de se construire un avenir meilleur. Un privilège que de nombreux jeunes non qualifiés de Tanintharyi ne peuvent toujours pas se permettre. ACTED espère continuer à aider les jeunes à se créer un moyen de subsistance, même après l’achèvement du projet en mai 2020.

et, fringilla amet, accumsan ipsum quis, sem, vel, tempus consequat. efficitur.