Moldavie Acted

Informer les décideurs en matière de gestion des risques de catastrophes des principaux risques multirisques

L'agriculture joue un rôle essentiel dans l'économie de la Moldavie, ce qui la rend très vulnérable aux effets de la sécheresse et du changement climatique. Le pays est confronté à de graves conditions de sécheresse depuis 2021, ce qui menace considérablement sa productivité agricole. La région d'Anenii Noi, réputée pour ses sols fertiles de type chernozem, est particulièrement vulnérable. Ces sols riches en nutriments sont essentiels pour les cultures, mais des périodes de sécheresse prolongées peuvent entraîner leur dégradation, compromettant ainsi la qualité et la santé des sols.

Si la sécheresse persiste, les rendements agricoles risquent de diminuer et les produits alimentaires disponibles pourraient se raréfier, entraînant une hausse des prix pour les producteurs comme pour les consommateurs. Ce scénario illustre les effets en cascade de la sécheresse et du changement climatique sur le secteur agricole, l'économie et, en fin de compte, la sécurité alimentaire.

Afin de comprendre l'impact de ces phénomènes, IMPACT s'est associé au consortium STRIVE, composé d'Acted, de Bibliothèques sans frontières et de REACH (une initiative d'IMPACT et d'Acted), et financé par l'Agence française de développement (AFD), pour réaliser une évaluation des risques à l'échelle de la zone (Area-Based Risk Assessment - ABRA). L'ABRA a utilisé des données géospatiales pour identifier les risques naturels et les points chauds du risque. Des établissements ont été identifiés pour informer les activités de planification et de programmation sensibles au risque dans quatre communautés de la région d'Anenii Noi pour la vulnérabilité sociale par le biais d'entretiens en personne.

Près de 74 % du territoire de la Moldavie est constitué de terres agricoles et 70 % de la population rurale considère l’agriculture comme la principale source de revenus. Les changements dans ce secteur peuvent entraîner des problèmes de sécurité alimentaire, d’assainissement, de développement de maladies, d’augmentation du coût de la vie et de pression sur les secteurs énergétiques. La sécheresse, en particulier, peut accroître le risque de certains dangers naturels, tels que les incendies de forêt, et potentiellement augmenter la gravité des inondations.

Les terres arables occupent 55 % de la région d’Anenii Noi, et l’agriculture dans la région est classée comme « à haut risque » en raison de l’impact accru des ravageurs agricoles, des maladies et des mauvaises herbes, des besoins accrus en irrigation, de l’érosion accrue des sols, de la salinisation, de la désertification et de l’augmentation de la fréquence et de l’intensité des inondations. Ces risques sont tous liés au changement climatique et pourraient potentiellement modifier à la fois le paysage et les rendements agricoles, ainsi que l’exposition aux risques naturels de la population, dont les capacités de réaction et de récupération peuvent varier en fonction des profils démographiques et des ressources disponibles dans la région.

Les risques examinés dans l’ABRA sont les incendies de forêt, la sécheresse, les vagues de chaleur et de froid, les inondations, la déforestation, l’érosion des sols et la pollution de l’air, ainsi que les risques tels que les tremblements de terre, les phénomènes météorologiques violents, les mines terrestres, les maladies et les pandémies.En outre, des ressources telles que l’hydrographie, la gestion des eaux usées et des déchets dans la décharge de Ţînțăreni, l’infrastructure d’approvisionnement en gaz et en pétrole, et le réseau électrique ont été contextualisées pour les communautés à travers le raion afin d’identifier la consommation, l’accessibilité, et les différences spatiales dans l’utilisation.
La vulnérabilité sociale de quatre communautés échantillons aux catastrophes naturelles et anthropiques a été évaluée dans le but de comprendre :

  • Quels sont les risques les plus pertinents pour une communauté donnée ?
  • Quels sont les impacts prévus de ces aléas pour les communautés sélectionnées ?
  • Quels sont les outils d’adaptation dont dispose cette communauté ?
  • Où se trouvent les groupes vulnérables, tels que les familles avec enfants, les personnes handicapées et autres, et comment ces aléas les affectent-ils différemment ?

Quels sont les risques les plus importants pour une communauté donnée ?

Les principaux risques naturels identifiés lors des consultations et de l’examen des données secondaires pour Anenii Noi Raion sont : les incendies de forêt, la sécheresse, les vagues de chaleur, les vagues de froid, les inondations, la pollution de l’air, ainsi qu’une brève exploration des risques mineurs. Les facteurs identifiés sont : le changement climatique, la perte de biodiversité, la modification de la couverture végétale et l’érosion des sols. Ces risques ont ensuite été combinés en un « indice multirisque », qui classe les communautés de la plus exposée (Batîc) à la moins exposée (Floreni). Dans l’ensemble, les communautés du sud et du centre de l’Anenii Noi ont connu les facteurs de risque les plus élevés, à l’exception de Maximovca dans le nord-ouest.

Les inondations sont l’un des risques les plus importants pour les communautés, 37 des 46 communautés étant classées comme étant exposées à un risque d’inondation « moyen » ou « élevé ».

L’amélioration des infrastructures et de l’aménagement du territoire peut contribuer à réduire l’exposition des communautés aux risques d’inondation.
Les améliorations apportées aux infrastructures et à l’aménagement du territoire peuvent contribuer à réduire l’exposition des communautés aux risques : la restauration de la ceinture forestière, l’agriculture intelligente face au climat pour la gestion des terres et l’irrigation, l’augmentation des espaces verts urbains, l’isolation des habitations et des infrastructures électriques, ainsi que les digues et les barrières peuvent tous contribuer à réduire l’impact des risques naturels sur une population.

Certains risques peuvent avoir un impact positif sur l’écosystème local, comme les petits incendies réguliers qui réduisent la probabilité d’un grand incendie de forte intensité, ou les inondations saisonnières qui augmentent la quantité d’azote, de phosphore et de matières organiques disponibles. Par exemple, les inondations transportent des nutriments vitaux, tels que l’azote, le phosphore et les matières organiques, vers les terres environnantes. Lorsque l’eau se retire, elle laisse derrière elle des sédiments et des nutriments dans la plaine d’inondation. Cet engrais riche et naturel améliore la qualité du sol et a un effet positif sur la croissance des plantes, augmentant ainsi la productivité de l’écosystème.

Toutefois, ces avantages s’accompagnent de risques tels que la gestion des petits incendies pour éviter qu’ils ne s’aggravent. En outre, l’augmentation des nutriments dans les masses d’eau peut favoriser la prolifération d’algues, entraînant des « zones mortes » aquatiques qui peuvent avoir un impact sur la productivité agricole et les moyens de subsistance.

Tous les aléas n’ont pas été pris en compte dans l’analyse finale, et l’interaction entre les aléas peut accroître ou réduire leur impact sur les communautés.

Quels sont les impacts prévus de ces risques pour les communautés sélectionnées ?

Les tendances du changement climatique montrent une augmentation de la température moyenne annuelle en Moldavie, y compris dans le raion Anenii Noi, et des changements dans les schémas de précipitations : certaines zones reçoivent plus de précipitations que d’habitude, d’autres moins. Ce risque dynamique peut entraîner des changements dans les saisons de croissance des cultures et avoir un impact sur la santé des sols, en augmentant les risques de perte de la couche arable par érosion. Les changements dans ces schémas peuvent également affecter les niveaux de biodiversité, car le territoire peut ne plus abriter les espèces qui dépendent des schémas météorologiques, et les ravageurs peuvent étendre leur territoire à des zones qui n’y sont pas préparées.

Bien que ces effets puissent sembler insignifiants par rapport à la dévastation d’un incendie ou d’une inondation, ils peuvent affecter les moyens de subsistance et les capacités d’adaptation des communautés sur le long terme.

Quels sont les outils d'adaptation dont dispose cette communauté ?

Quatre communautés (Anenii Noi City, Bulboaca, Floreni et Gura Bîcului) ont été sélectionnées à des fins de comparaison et 314 entretiens avec des ménages ont été menés afin de mieux comprendre les difficultés rencontrées. Pour les communautés sélectionnées, le « manque de capacité d’adaptation » a été décomposé en cinq facteurs : Les ménages ayant des obstacles à l’accès aux soins de santé, les ménages se trouvant à plus de 15 minutes de marche d’un abri d’urgence, les ménages se trouvant à plus de 10 minutes en voiture des services d’urgence, les ménages n’ayant pas eu suffisamment de chauffage entre novembre 2022 et mars 2023, et les ménages n’ayant pas eu suffisamment d’eau au cours des 30 derniers jours à compter de la date des entretiens.

Gura Bîcului a obtenu le score le plus élevé pour l’indice de manque de capacité d’adaptation (0,672), ce qui suggère que les ménages de cette communauté disposent de moins d’outils pour faire face aux aléas que ceux de la ville d’Anenii Noi. Dans l’ensemble, les zones rurales ont obtenu des scores plus élevés en matière de manque de capacité d’adaptation, car elles sont généralement plus éloignées de l’assistance médicale et des abris, et sont plus susceptibles de connaître des pénuries de chauffage et d’eau.

 

Bien que l’indice ait été développé pour les communautés, les ménages peuvent être plus ou moins capables de faire face en raison de leur composition unique et des ressources disponibles. Les ménages peuvent être affectés par des facteurs socio-économiques ou démographiques, tels que le revenu du ménage ou la présence d’un membre vulnérable nécessitant un soutien plus important.

Où se trouvent les groupes vulnérables et comment ces risques les affectent-ils différemment ?

Les groupes vulnérables ont été sélectionnés sur la base de sept facteurs socio-économiques : Les ménages avec des réfugiés, un chef de famille vulnérable, les ménages avec plus de trois enfants, les ménages avec des membres âgés de plus de 60 ans, les ménages avec des personnes handicapées, les ménages avec au moins un adulte au chômage, les ménages à faible revenu et les ménages qui dépendent de l’agriculture.

Ces facteurs ont été choisis pour identifier les membres du ménage susceptibles d’avoir des besoins de soutien plus importants en cas d’urgence (tels que les enfants ou les personnes handicapées), ainsi qu’un ménage moins à même d’absorber un choc économique dû à une catastrophe.

Le type de vulnérabilité le plus courant était un « chef de ménage vulnérable », c’est-à-dire un parent isolé ou une femme chef de ménage, présent dans 31 % des ménages évalués. Floreni et Gura Bîcului présentaient les taux de vulnérabilité les plus élevés, notamment en raison de la présence de membres vulnérables dans le ménage.

Outre le fait qu’elles peuvent être physiquement plus éloignées de l’assistance, les communautés rurales peuvent également avoir moins d’options pour répondre aux besoins de soutien des membres vulnérables du foyer. La planification peut devenir plus difficile, surtout si les moyens financiers sont plus limités.

Si toutes les communautés sont exposées à des risques naturels tels que les incendies de forêt, les inondations, le changement climatique ou la pollution de l’air, certaines communautés et certains ménages sont moins résistants et moins aptes à faire face. Lors de la planification de la réduction des risques de catastrophes, il est essentiel de prendre en compte le profil démographique et socio-économique de la communauté. Les évaluations telles que l’évaluation des risques par zone sont des outils qui peuvent être utilisés pour identifier les principaux risques dans une zone donnée, ainsi que les groupes de population particuliers qui peuvent être affectés de différentes manières.

 

Les profils de risque peuvent être comparés à l’échelle d’une région afin d’identifier des schémas spatiaux et de repérer les communautés les plus exposées ou les plus vulnérables à certains risques. Cette analyse spatiale permet de cibler la planification de la réduction des risques de catastrophes et l’allocation des ressources aux zones et aux populations qui ont le plus besoin d’aide. En comprenant où se situent les zones les plus à risque et quels sont les groupes démographiques les plus vulnérables, les efforts de développement peuvent être orientés stratégiquement pour renforcer la résilience des communautés confrontées aux impacts potentiels les plus graves.

filminifullhdizle
full film izle
adana web tasarım
donomen.com
bahis siteleri
maltepe escort ümraniye escort ataşehir escort anadolu yakası escort
freerobuxtips.com deneme bonusu veren siteler deneme bonusu veren siteler
Stepdaughter blue film download in hd fucking xxx video XNXX Homemade jija sali xxx chudai with hindi talk porn video Blonde woman thrashed by mean cock sex
bahis siteleri deneme bonusu veren siteler 2023
bonus veren siteler
deneme bonusu veren siteler
sahabet casino
casino siteleri
ümraniye eskort
bitcoin casino no deposit bonus
escort maltepe ümraniye escort bayanlar
crackstreams
https://cialisturk.blogkullan.com
casino siteleri bahis siteleri
https://www.fapjunk.com
tiktok takipçi hilesi
deneme bonusu veren siteler deneme bonusu veren siteler
Babe enjoys getting her booty aperture stretched desi lesbian cam hostels sex marsha may nude
deneme bonusu veren siteler
bonus veren siteler
casino siteleri
eryaman escort
casino siteleri
en iyi casino siteleri
deneme bonusu veren siteler
deneme bonusu veren siteler
deneme bonusu veren siteler
Deneme bonusu
deneme bonusu
deneme bonusu
ankara escort
Deneme bonusu veren siteler
casino levant casino levant casino levant casino levant casino levant casino levant
deneme bonusu veren siteler
deneme bonusu veren siteler