Somalie Article

Mettre la voix des citoyens au cœur de la planification humanitaire

Les personnes les plus directement concernées par les crises humanitaires les plus urgentes du monde sont rarement sollicitées pour évoquer les actions de leur propre gouvernement ou des acteurs de l'aide internationale. Lorsque c’est le cas, elles sont souvent soumises à des méthodes d'enquête extractives peu pertinentes par rapport à la façon dont les citoyens eux-mêmes perçoivent leurs expériences et leurs priorités.
En août 2019, la Fondation Africa's Voices (AVF) a mené une consultation radiophonique nationale de deux semaines pour explorer les priorités humanitaires suggérées par les citoyens somaliens. L’objectif était d'intégrer les voix des citoyens dans la conception de l'aperçu des besoins humanitaires. Cette intervention novatrice s'est déroulée parallèlement à l'évaluation conjointe des besoins multisectoriels (JMCNA) menée par GroundTruth Solutions et REACH.

84%
DES PARTICIPANTS ONT DÉCLARÉ QUE LEUR PARTICIPATION AUX DIALOGUES RADIOPHONIQUES LEUR AVAIT DONNÉ LE SENTIMENT D'AVOIR DAVANTAGE de VOIX DANS LES PROCESSUS DÉCISIONNELS HUMANITAIRES
8,251
SOMALIENS ONT ÉTÉ CONSULTÉS PENDANT DEUX SEMAINES.
19%
DES PARTICIPANTS QUI ONT ENVOYÉ DES SMS ONT FAIT RÉFÉRENCE À L'ORGANISATION COMMUNAUTAIRE COMME SOLUTION À LA CRISE HUMANITAIRE

Une intervention innovante de responsabilité envers les populations touchées

Une enquête menée en 2016 a révélé que 96% des personnes ne se sentent pas consultées dans l’aide qu’elles reçoivent au niveau local, et 41% des Somaliens ont déclaré ne pas avoir accès aux processus de prise de décision dans leur établissement. La Somalie a un système de responsabilité faible en raison de l’absence d’institutions efficaces et d’un conflit prolongé. Une étude récente a montré que seuls 14% des Somaliens estiment disposer d’une plate-forme pour exprimer leurs préoccupations politiques. La voix des populations touchées est absente du cycle de programmation humanitaire et des principaux outils et moments de prise de décision, en particulier les processus de développement (HNO) et (HRP).

La meilleure façon de surmonter cette situation est de commencer par recueillir des informations auprès de la communauté sur les problèmes réels.

FADUMA, UNE HABITANTE DE KISMAYO DANS LE SUD-EST DE LA SOMALIE

La plate-forme commune de responsabilité sociale (CSAP) : consulter les citoyens par le biais de la radio interactive

Le CSAP est basé sur la méthodologie de la radio interactive d’AVF – des émissions de débat radiophonique, modelées par les réactions du public envoyées par SMS – et est conçu pour être une plateforme à grande échelle, indépendante, et qui fournit également un aperçu crédible des perspectives, besoins et expériences des populations touchées. Le CSAP permet aux opinions des citoyens d’avoir un impact et de façonner le processus décisionnel humanitaire afin de mieux répondre aux besoins et aux priorités des citoyens. La plateforme fonctionne de manière intersectorielle, en accord avec les nouvelles méthodes de travail, et de manière collaborative – en cherchant à avoir un impact sur un écosystème de décideurs.

Contrairement aux techniques d’enquête traditionnelles, les consultations par radio interactive permettent d’obtenir des informations non seulement riches et plurielles – atteignant des personnes souvent exclues des enquêtes traditionnelles – mais aussi authentiques et souvent surprenantes – elles portent une nuance qui n’aurait probablement pas vu le jour autrement.

The studio where citizens' messages are received

La radio interactive (c'est-à-dire les talk-shows radio animés par les citoyens par le biais de SMS) tire parti de la portée et de la vitalité du paysage médiatique et des télécommunications en Somalie. Elle s'est avérée être un moyen très pertinent pour des conversations consultatives à grande échelle, inclusives et rentables entre les Somaliens et les acteurs humanitaires.

Somalia Humanitarian Needs Overview 2020

Principales conclusions

Il y a eu un changement significatif dans les priorités des citoyens entre 2018 et 2019, avec un accent plus important mis sur des solutions générales telles que l’organisation communautaire, l’amélioration des capacités gouvernementales et le besoin de paix et de sécurité, plutôt que sur la fourniture de services humanitaires comme les soins de santé et l’éducation.

L’action communautaire a été la solution la plus souvent suggérée à la situation humanitaire en Somalie, ce qui est révélateur des aspirations d’autonomie et d’émancipation des citoyens. Un meilleur accès à l’information, comprenant à la fois la sensibilisation des citoyens et l’amélioration de la collecte d’informations parmi les acteurs de l’aide, est apparu comme un thème clé, soulignant la nécessité d’une plus grande communication à double sens entre les agences d’aide et les citoyens pour améliorer la responsabilité et la transparence. L’accent mis sur la création d’emplois met en évidence le chômage comme un problème clé. Enfin, les conceptions de l’autonomie se sont souvent centrées sur les investissements dans les activités agro-pastorales, certains citoyens soulignant le lien entre la dépendance à l’égard de l’aide et le déclin des moyens de subsistance agro-pastoraux.

Je crois que si nous avons un gouvernement uni qui travaille de manière juste pour le peuple, les besoins des gens vont diminuer considérablement car si nous obtenons la paix, la sécurité et la stabilité, tout ira bien.

BURHAAN, 39 ANS, VIT À GAROWE

velit, mattis Donec mi, venenatis justo Praesent commodo ut vulputate,