Somalie Article

Les ressources en eau sont vitales pour tous : l’histoire de Halima

Un accès sécurisé à l’eau potable change la vie d’un village entier.

La faiblesse des précipitations pendant plusieurs saisons des pluies consécutives a causé d’importantes sécheresses en Somalie, qui ont à leur tour généré une série de mauvaises récoltes et la perte de bétail. Dans un pays où la majorité de la population vit de l’agriculture et de l’élevage, ces événements ont forcé de très nombreuses familles à abandonner leur mode de vie traditionnel et leurs terres. Dans la ville de Kismaayo, dans la région de Jubbada Hoose (sud de la Somalie), des milliers de familles privées de leurs ressources ont dû partir, n’ayant guère d’autre choix que de s’orienter vers des camps ou des villages d’accueil à proximité des villes.

86% de la population dépend de l'agriculture et du pâturage pour s'alimenter
2.2 millions de Somalies sont victimes de sous-nutrition

Des catastrophes climatiques et humaines

Les équipes d’ACTED se sont rendues à Wadajir, un village près de Kismaayo, où ils ont rencontré Halima, mère de neuf enfants. Comme des milliers de familles, Halima a dû fuir son foyer à cause des sécheresses destructrices qui ont décimé ses troupeaux de vaches et de chèvres. Avant, Halima parvenait à subvenir aux besoins de sa famille. Ses revenus lui permettaient d’acheter de la nourriture, des vêtements et de payer les frais de scolarité de ses enfants. Au début, la famille a survécu en cherchant de nouvelles zones de pâturage et des sources d’eau pour ses animaux. Mais les sécheresses dévastatrices qui ont frappé le pays en 2016-2017 ont finalement contraint Halima et ses enfants à fuir vers les villages.

Halima discute avec un membre du terrain d'ACTED

Nous avons toujours eu besoin d’eau, mais l’absence de pluies a aggravé la situation. La plupart de nos animaux sont morts avant même de partir, et les autres n’ont pas survécu jusqu’à Kismaayo. On a dû quitter notre vie pastorale pour s’installer dans ce village

Halima

Des conditions de vie précaires

Deux vaches, c’est tout ce qu’il restait à Halima de son troupeau. Halima et sa famille vivent depuis à Wadajdir, où ils dépendent de l’aide d’organisations installées dans la zone. Profitant de la saison des pluies, Halima a commencé à cultiver une parcelle de terre où elle a planté du maïs pour nourrir sa famille.

Le point d’eau le plus proche se trouve à quatre heures de marche de Wadajdir. Pour subvenir aux besoins quotidiens en eau de la famille, Halima achetait parfois de l’eau saline peu coûteuse, dont elle se servait pour faire la cuisine et pour nettoyer. Elle achetait également un bidon de 20 litres d’eau propre à la consommation par jour. Pour économiser de l’eau, la famille ne se lavait plus que deux fois par semaine.

Une eau sûre et abordable à proximité

À la suite d’une intervention d’ACTED et de son partenaire local SADO, le village est aujourd’hui équipé d’un réservoir de 400m3, construit grâce au soutien financier de la Direction générale pour la protection civile et les opérations d’aide humanitaire européennes de la Commission européenne (ECHO). Cette installation, appelée « berkad », permet de récolter l’eau de pluie, de la filtrer et de la stocker dans un réservoir. Une pompe fonctionnant à l’énergie solaire permet de s’approvisionner facilement en eau.

Un soulagement pour les villageois

Depuis l’installation du réservoir, l’eau est plus accessible, plus abordable et plus sûre. Un véritable soulagement pour les villageois.

Halima peut désormais abreuver ses vaches tous les jours. Elle dispose de deux ou trois bidons d’eau propre à la consommation par jour pour elle et sa famille, et ils peuvent à nouveau se laver tous les jours. La proximité du point d’eau a également permis rendu la situation plus facile pour les femmes du village, auparavant cibles de violence sur le chemin vers les sources d’eau.

Halima puise de l'eau depuis la nouvelle 'berkad' installé par ACTED

Personne ne peut survivre sans eau, nous n'avons plus à marcher jusqu'a Kismaayo pour de l'eau, nous avons de l'eau accessible depuis nos maisons et je peux confortablement aller en chercher et ensuite partir chercher mon pain quotidien

Halima

De plus, les équipes ont créé un comité de maintenance composé d’habitants du village qui assure l’efficacité du nouveau système mis en place. Les pluies récentes ont rempli les berkads de moitié et les résidents se sont mis d’accord pour la conserver et l’utiliser utilisera pendant les futures saisons sèches.

Le projet STREAM, financé par l’Union Européenne, travaille au renforcement de la résilience des familles et des communautés face aux sécheresses et aux autres situations d’urgence en leur donnant accès à une eau propre et sûre, pour construire une société plus saine et sûre pour les femmes et les enfants en Somalie.

dapibus elit. amet, Donec tempus at felis id, luctus