Somalie Article

L’autonomisation des femmes par l’agriculture dans le district de Buurhakaba

Les communautés du district de Buurhakaba ont été touchées par des périodes de sécheresse régulières pendant plusieurs années, entraînant la perte de tous leurs biens, y compris le bétail et les cultures. Pour les soutenir, les équipes d'ACTED ont mené des activités de réhabilitation et ont formé les communautés à la diversification des moyens de subsistance et à l'amélioration de la productivité au niveau communautaire.

Répondre à une crise complexe

La Somalie doit faire face de manière répétée à des cycles de catastrophes politiques, économiques, sociales et environnementales, ainsi qu’à la famine, la sécheresse, les fluctuations climatiques et les troubles civils.
Pour répondre à cette crise humanitaire, ACTED mène des activités impliquant directement les populations locales pour contribuer à l’amélioration de leurs conditions de vie, mais aussi leur fournir une source de revenus stable pour une période de huit mois. Dans le même esprit, ACTED a formé des femmes à différentes techniques agricoles qui s’avèrent utiles pendant la saison sèche.

Soutenir l'activité locale pour des conditions de vie améliorées et durables

Grâce à la formation et au soutien d’ACTED/PASOS, les différentes communautés ont non seulement augmenté leurs rendements agricoles, mais également commercialisé le surplus et augmenté leurs revenus.

Khadija Mohamed n’a jamais été à l’école et ne sait pas lire et écrire. Aînée d’une famille de sept enfants, elle n’a jamais eu la chance d’aller à l’école et a passé son enfance à aider à la maison, jusqu’à l’âge de 15 ans, lorsqu’elle s’est mariée. Aujourd’hui, Khadija est mère de cinq enfants, et participe au programme d’ACTED dans le cadre du projet de « relèvement de l’État du Sud-Ouest après la sécheresse ».

En tant que personne qui n'a jamais été à l'école, je vois le programme comme une grande opportunité pour moi d'apprendre et de transmettre aux autres ce que nous avons appris. (...) Le programme va bien au-delà des femmes participantes, d'autres femmes et membres de la communauté en bénéficient également car ils peuvent nous demander ce que nous faisons pour avoir toutes ces cultures de légumes et autres (...). Cela me rend heureuse parce que maintenant j'enseigne et je suis capable d'aider les autres aussi.

Khadija - bénéficiaire du projet de redressement de l'État du Sud-Ouest suite à la sécheresse

Khadija récoltant les zorzis qu'elle a cultivé dans son jardin à plusieurs étages.
nunc Praesent Curabitur diam facilisis Aenean ut ante. tempus sem,