Somalie Article

En Somalie, ACTED encourage une agriculture résiliente face au changement climatique

Entre des sécheresses croissantes, des inondations inférieures à la moyenne et une récente invasion de criquets pèlerins, la Somalie subit de plein fouet les effets du changement climatique et les communautés qui dépendent de l'agriculture et de l'élevage sont confrontées à une grave insécurité alimentaire.

L'agriculture résiliente au changement climatique est définie comme la persistance et l'adaptabilité des agriculteurs grâce à des méthodes agricoles durables et transformatrices pour atténuer les effets du changement climatique, augmenter les productions agricoles et réduire la faim et la pauvreté.

Avec le soutien financier de l’Ambassade de France à Nairobi, Kenya, ACTED, Action Contre la Faim (ACF) et le Secours Islamique France (SIF) se sont associés pour mener des activités de terrassement primaire et secondaire pour 615 personnes grâce au programme de Travail contre Paiement entre juin 2021 et janvier 2022 dans les villages de Magaalo-cad et Magaalo-Qalooc dans la région d’Awdal au Somaliland.

 

80 % de la Somalie fait face à une grave sécheresse.

Relief Web - Somalia Update Novembre 2021

La promotion de pratiques agricoles durables et résilientes vise à développer la résistance aux chocs climatiques et l’autonomie alimentaire en Somalie.

Une agriculture résiliente au climat permet de lutter contre l’insécurité alimentaire

La Somalie a naturellement un climat aride et semi-aride avec deux saisons de pluies. Cependant, le changement climatique provoque des inondations intermittentes, des précipitations inférieures à la moyenne et des sécheresses sévères dont l’intensité et la fréquence augmentent, exacerbant ainsi la pénurie d’eau et les déplacements de population dans un pays confronté à des conflits qui durent depuis une décennie. En conséquence, 3,5 millions de personnes sont en situation d’insécurité alimentaire en raison de la perte de bétail et de la faiblesse des récoltes. Les capacités traditionnelles d’élevage peinent à atténuer ces chocs et à s’y adapter, d’où la nécessité de développer de nouvelles méthodes résilientes pour les communautés agro-pastorales.

Comment Osman a réussi à améliorer la qualité de ses terres

Osman Bule Ali Aden est âgé de 35 ans. Pendant la saison agricole, Osman plantait religieusement du maïs sur sa ferme en espérant des rendements rentables. Osman utilisait des engrais chimiques et des pesticides coûteux qui nuisaient à la terre et épuisaient les nutriments du sol, ainsi que la diversité microbiologique comme les bactéries et les champignons utiles, tout en l’endettant.  Au fil du temps, cela rendait la terre moins productive. Lorsqu’il a commencé à participer à l’atelier communautaire du Secours Islamique France, avec le soutien du ministère de l’Agriculture et de l’Irrigation, il a changé d’avis. Il a estimé qu’il était temps d’essayer les nouvelles méthodes enseignées lors des sessions afin d’optimiser la productivité de ses terres.

« Je suis reconnaissant d’avoir été sélectionné pour participer à la formation (GAP). La formation a renforcé ma compréhension de l’agriculture et amélioré mes compétences en tant qu’agriculteur. Avant de participer à la formation, j’utilisais des engrais et des pesticides chimiques dans ma ferme en pensant que cela me permettrait d’obtenir de meilleurs rendements, mais je viens de me rendre compte qu’ils étaient très chers et qu’ils causaient des dommages à mes terres.

 

agriculture résiliente

Je comprends maintenant qu’il existe de meilleures méthodes d’agriculture, qui peuvent donner de meilleurs résultats, je vais essayer cette nouvelle idée d’agriculture naturelle sur mes terres ». Il ajoute : « J’ai appris qu’avec l’agriculture chimique, je ne peux cultiver qu’une seule plante. Dans l’agriculture naturelle, on peut cultiver quatre ou cinq plantes, comme la tomate, l’oignon, le piment et l’ail, ce qui permet d’obtenir un revenu supplémentaire et d’améliorer les normes nutritionnelles. Enfin, j’ai beaucoup appris et j’ai même commencé à participer volontairement à d’autres formations afin d’en bénéficier davantage. De plus, je forme également d’autres agriculteurs, ce qui contribuera grandement à améliorer le niveau de vie des agriculteurs », déclare Osman Bule Ali Aden.

Le partenariat ACTED-ACF-SIF a sélectionné respectivement 185, 350 et 80 bénéficiaires vulnérables et leur a fourni des outils tels qu’un panga (un outil manuel local) et une corde en nylon. Grâce au programme  » Cash for Work « , une opportunité d’emploi à court terme, les bénéficiaires ont réalisé des travaux de terrassement sur les terres communales : amélioration du système de collecte de l’eau pour les cultures et les animaux, promotion de la plantation bio-intensive et des digues de terre semi-circulaires (cercles de bananes/papayes), et création de jardins potagers surélevés pour un meilleur contrôle des sols et du drainage. Au total, à Magaalo-cad et Magaalo-Qalooc, 27 195 arbres ont été formés, irrigués et cerclés pour être plus résistants au climat.