ACTED

Des potagers en sac pour faciliter la production alimentaire dans les villages touchés par la sécheresse

Quelque 2,1 millions de personnes en Somalie risquent d'être confrontées à des pénuries alimentaires et à la malnutrition. L'insécurité alimentaire qui sévit actuellement dans le pays est notamment due à la sécheresse qui perdure suite à quatre saisons consécutives de pluies insuffisantes. La dernière saison Gu (avril-juin) a commencé tard et s'est terminée tôt, avec des précipitations irrégulières et inférieures à la moyenne. Dans la région de Bay, de plus en plus de familles continuent d'être déplacées suite à la sécheresse qui décime leur bétail et ravage leurs cultures.

L'impact des aléas climatiques sur la vie quotidienne des communautés

Abdullahi, 48 ans, vit dans le village d’Aw-basow (district de Burhakaba) avec sa femme et ses sept enfants depuis plus de 20 ans maintenant. Abdullahi et sa famille ont été eux aussi victimes de la sécheresse. Avant, ils avaient quelques chèvres et cultivaient des haricots et du maïs pendant la saison des pluies.

Comme beaucoup d’autres communautés agro-pastorales de son village, Abdullahi n’a pas pu avoir de récoltes. Ses chèvres, devenues trop faibles, ne produisaient plus de lait. La famille ne parvenait plus à subvenir à ses besoins alimentaires, et Abdullahi a commencé à crouler sous les dettes pour nourrir sa famille et sauver ses chèvres.

Argent contre travail et distributions de semences pour soutenir les familles touchées par la sécheresse

Pour améliorer la sécurité alimentaire, les moyens d’existence et la résilience des communautés face aux sécheresses récurrentes, ACTED a mis en place des activités d’argent contre travail et a distribué des semences, avec le soutien de la Direction générale pour la protection civile et les opérations humanitaires de la Commission européenne (DG ECHO). Ces activités permettent aux bénéficiaires de subvenir aux besoins essentiels en nourriture, eau et vêtements de leur famille, et de mettre en place des cultures résistantes aux sécheresses.

La famille d’Abdullahi fait partie des 1000 familles bénéficiaires du projet. Pendant quatre mois, Abdullahi a participé au programme d’argent contre travail, qui lui a permis d’accéder à une opportunité d’emploi à court terme. Il a notamment travaillé à la remise en état des services d’eau de son village. Abdullahi a dépensé la plupart de sa rétribution pour acheter de la nourriture pour sa famille et rembourser une partie de ses dettes.

 

Abdullahi a également participé à des formations au jardinage en sac. Cette technique consiste à utiliser ses sacs qui permettent de réduire les quantités d’eau et de terre nécessaires au développement des cultures. Cette technique simple et efficace est idéale pour les cultures dans les zones où l’eau est rare, comme le sud-ouest de la Somalie.

Après les formations, Abdullahi a utilisé les semences distribuées par ACTED pour cultiver des légumes dans son jardin, juste derrière sa maison. Il a économisé la moindre goutte d’eau pour arroser son jardin, et passé beaucoup de temps dans ce jardin pour protéger ses cultures des rongeurs et des insectes. Sa persévérance a payé, et aujourd’hui il récolte du zorzi, une plante très nutritive qui lui permet de faire manger sa famille à sa faim.

 

Abdullahi harvesting green zorzi, a highly nutritious vegetable, in his garden - ACTED Somalia, 2019

Depuis que j'ai ce jardin, ma famille est plus heureuse et en meilleure santé. On n'a plus faim. Avant je devais acheter de quoi nous nourrir, aujourd'hui je le produis. J'aimerais devenir un modèle pour mon village et apprendre aux autres à cultiver. On vient souvent voir mon jardin et me demander si je vends mes produits. J'ai économisé et réutilisé chaque goutte d'eau pour arroser le jardin, et je vois que ça pousse de jour en jour.

Abdullahi, bénéficiaire du projet d'argent contre travail et des distributions de semences

Grâce à ce projet, la famille d’Abdullahi parvient à avoir un régime alimentaire équilibré et nutritif. Aussi, le salaire temporaire d’Abdullahi grâce aux activités d’argent contre travail a été très utile à la famille, plus encore que l’aide alimentaire : il leur a permis d’établir librement leurs priorités, sachant quels sont leurs besoins les plus importants.

consectetur quis et, adipiscing ut commodo