Somalie Aide Humanitaire

Crise de l’eau en Somalie : Comment ACTED soutien les populations

Les déplacements restent critiques en Somalie en raison des crises climatiques, des expulsions et des conflits. 84% des populations nouvellement déplacées ont été contraintes de fuir en raison des inondations et des sécheresses. Les besoins humanitaires de la population devraient se détériorer dans les mois à venir.

De plus, l’impact de COVID-19 détériore le pouvoir d’achat et la résilience de la population, induisant ainsi l’utilisation de mécanismes d’adaptation négatifs. ACTED a développé des activités avec des objectifs multiples pour répondre aux différents besoins et améliorer les services de base essentiels dans les camps de déplacés. Ce projet incluait l’accès à l’eau, l’assainissement et l’hygiène, en particulier dans la région de Sanaag.

ACTED aide les communautés à surmonter les crises de l'eau dans la région de Sanaag

La population de la région de Sanaag dépend des eaux souterraines pour sa consommation et son usage domestique. Les sources d’eau souterraine disponibles sont les forages, les bas-fonds et les sources.

Environ 40 % de la population de la région de Sanaag a accès à une eau de base standard.

ACTED

Cependant, en raison du coût élevé de l’électricité et du carburant, qui est utilisé pour alimenter les machines pour extraire l’eau, le coût de celle-ci a augmenté. De nombreux ménages ne sont pas en mesure de payer ce prix, ce qui aggrave encore le problème de l’eau et oblige les populations vulnérables à aller chercher de l’eau dans des sources contaminées.

Des milliers de personnes, notamment les personnes déplacées, n’ont pas accès aux services d’hygiène de base tels que les latrines. Les personnes déplacées n’ont pas d’autres solution que de pratiquer la défécation en plein, ce qui contamine les autres sources d’eau utilisées par les populations touchées pendant la saison des pluies.

Le manque d’accès à une eau suffisante, sûre et abordable augmente le risque de contracter des maladies évitables telles que la diarrhée, le choléra et les infections respiratoires. L’accès à des installations sanitaires et l’adoption de bonnes pratiques en matière d’hygiène sont essentiels pour prévenir ces maladies.

ACTED a répondu aux besoins de la population et garanti l’accès à l’eau potable en installant des systèmes solaires hybrides sur quatre forages et en construisant un réservoir d’eau dans la région de Sanaag. Le système solaire élimine l’utilisation de l’essence et de l’électricité pour le pompage de l’eau et par conséquent, élimine le problème de l’augmentation du prix de l’eau. ACTED a pris des mesures cohérentes pour éliminer la défécation en plein air et préserver la dignité aux populations vulnérables.

Réduire la défécation en plein air pour prévenir les maladies hydriques en Somalie

Avant l’attaque de la milice, les habitants du village de Markad vivaient de leur travail et arrivaient à subvenir à tous leurs besoins. L’économie des membres du village était à son apogée, et la capacité de survie était intacte avec une production agricole portant toutes sortes de fruits, de légumes et de céréales. Les ménages utilisaient ces ressources pour leur consommation domestique et vendaient le surplus de leur production. Les membres de la communauté étaient principalement des ménages agro-pastoraux.

Fatima Ali est l’une des nombreuses personnes contraintes de fuir en raison du conflit avec les milices. Comme la plupart des membres de son village, elle a été déplacée du village de Markad dans la région de Sanaag. Ils se sont ensuite installés dans le camp de déplacés de Hubera, établissant un nouveau cycle de vie en résilience sur le traumatisme consécutif à l’invasion de la milice et à la perte de leurs maisons. La famille de Fatima Ali et beaucoup d’autres se sont installés à Hubera, qui ne disposait pas d’installations sanitaires.

Khadra Ibrahim Gelle exlique : Nous allions à la scelle dans la forêt des plateaux. Comme il faisait nuit, les femmes et les filles pouvaient être confrontées à toute forme de violence ou d’abus. ACTED a construit 3 latrines communales accompagnées d’une lumière solaire pour prévenir les agressions la nuit. Une station de lavage des mains a également été installée à 30 mètres de notre abri. Cela a permis d’éliminer complètement les pratiques de défécation à l’air libre, et d’atténuer les éventuelles maladies liées au WASH comme la typhoïde. Nous avons remarqué que la plupart du temps, ce sont nos enfants qui souffraient de ces maladies, ainsi que les aînés.

ACTED a également complété les installations sanitaires par la distribution de kits d’hygiène qui ont contribué à l’adoption de bonnes pratiques en termes d’hygiène domestique et personnelle.

ACTED a construit 90 latrines dans la région de Sanaag, accompagnées d’installations de lavage des mains et de lampes solaires.

4 300 personnes peuvent désormais accéder aux latrines et aux stations de lavage des mains dans la région et éviter les pratiques de défécation en plein air. Les installations sanitaires construites ont été complétées par une session de sensibilisation à la promotion de l’hygiène et la distribution de kits d’hygiène. Cela a permis d’assurer une utilisation optimale des latrines mais aussi de renforcer les connaissances sur les maladies et leur transmission. Ce projet a été réalisé avec le soutien de l’USAID.