Mali ACTED

À Douentza, ACTED accompagne les enfants victimes de malnutrition vers la guérison

Grâce au soutien du Conseil du Cercle de Douentza (centre du Mali) et du Conseil Départemental de l’Essonne (réseau EDDN) le projet a permis la guérison de plus de 142 enfants souffrant de malnutrition aigüe sévère.

La soudure, une période à haut risque à Douentza

Au Mali, la période de soudure (juin-août) correspond à la période où les récoltes sont épuisées, et où les populations sont particulièrement vulnérables à l’insécurité alimentaire. Dans la région de Mopti, au centre du pays, affectée par ces crises, la période de soudure précoce en 2018 a dramatiquement accru le nombre d’enfants souffrant de malnutrition aigüe sévère (MAS). Dans cette région, ACTED a choisi d’agir dans le Cercle de Douentza, avec le soutien de l’UNICEF, en assurant la prévention des cas de MAS, et en prenant en charge les enfants affectés.

Une prise en charge dans un centre de santé n'implique pas forcément la guérison

Les risques sont nombreux pour les enfants, même lorsqu’ils sont pris en charge. Il arrive parfois que les mères et les accompagnants retirent les enfants du traitement, et rentrent avec eux dans leurs villages, afin de privilégier d’autres activités, notamment agricoles. Même lorsque le traitement est pris jusqu’au bout, le manque de sensibilisation et de moyens accroît les risques que l’enfant rechute dans la malnutrition.

Le Dr Seydou Kanté, Médecin Chef du District Sanitaire de Douentza détaille le contenu du kit nutritionnel
Insécurité alimentaire et nutritionnelle
34% des ménages sont en insécurité alimentaire dans la région de Mopti

ACTED distribue des kits alimentaires pour prévenir les rechutes

Afin de prévenir les risques d’abandon du traitement ainsi que de rechute, ACTED, en partenariat avec le Conseil Départemental de l’Essonne et le Conseil du Cercle de Douentza, a distribué des kits alimentaires aux parents (accompagnants) des enfants traités. Chaque kit, élaboré en lien avec les recommandations du Programme Alimentaire Mondial (PAM) comprend du riz (1 sac de 50kg), du petit mil (1 sac de 50 kg), du niébé (1 sac de 10kg), de l’huile (1 bidon de 5 litres) et du sel (1 kg), et permet d’assurer un apport nutritionnel minimal pour une famille de 6 personnes pendant un mois. Ces kits, positionnés au niveau de l’URENI (Unité de Récupération et d’Education Nutritionnelle Intensive) de Douentza, ont été distribués en priorité aux familles des enfants atteints de MAS avec complications, et traités par les équipes de l’URENI de Douentza.

 

142 ENFANTS ET LEURS FAMILLES

ACCOMPAGNÉS VERS LA GUÉRISON

Des mères d’enfants victimes de malnutrition témoignent de l’importance vitale de l'aide alimentaire

Touréba, Toutouba, Fatoumata, Safiatou et Awa, mères d’enfants admis pour malnutrition aigüe sévère à l’URENI de Douentza ont chacune reçu le kit alimentaire. Sans ce kit, elles n’auraient pas pu nourrir leur famille. Fatoumata précise qu’en 2018 les récoltes ont été particulièrement insuffisantes. À cette époque, la nourriture était rare et chère. Sa famille a entièrement consommé les aliments distribués. « Avant de recevoir le kit, les infirmiers m’ont donné de nombreux conseils nutritionnels permettant de prévenir la malnutrition », témoigne Awa.

Le projet a contribué à améliorer la nutrition des enfants dans le District Sanitaire. Il a encouragé les parents à amener leurs enfants malnutris pour recevoir un traitement. Mais les besoins sont encore importants dans la zone et les perspectives inquiétantes pour 2019.

Mamadou Fofana, Chargé Nutrition à l’URENI de Douentza

Amélioration de la nutrition des enfants

Mamadou Fofana, Chargé Nutrition à l’URENI de Douentza, salue également l’initiative : « Le projet a contribué à améliorer la nutrition des enfants dans le District Sanitaire. Il a encouragé les parents à amener leurs enfants malnutris pour recevoir un traitement. Mais les besoins sont encore importants dans la zone et les perspectives inquiétantes pour 2019 ». C’est également ce que relève le Dr. Seydou Maiga, point focal nutrition à Douentza, qui note un véritable impact sur le taux d’abandons, en baisse depuis le début du projet. Le Dr Seydou Kanté, le Médecin Chef de Douentza soutient l’initiative mais souligne néanmoins un risque de surpopulation à l’URENI. Le centre peine en effet à faire face aux admissions en hausse.

En 2019, ACTED renforcera son plaidoyer pour renouveler le soutien aux services de santé, pour le dépistage et la prise en charge de la malnutrition.

Les responsables du projet expliquent aux mères comment utiliser les kits nutritionnels pour permettre la rémission de leurs enfants. De gauche à droite : Dr Seydou Maiga (Point focal nutrition du district), Dr Seydou Kanté (Médecin chef du District), Sidiki Konaté (Chef de Projet d’ACTED) et Mamadou Fofana (Chargé de Nutrition URENI),

mi, eget Sed dolor massa facilisis dapibus