Pakistan

Renforcer la résilience par la sécurité alimentaire et le soutien aux moyens de subsistance des communautés touchées par la sécheresse dans le district d’Umerkot au Pakistan

Pakistan Société civile et gouvernance efficace
juillet 2022
septembre 2023

L'intervention proposée, d'une durée de 14 mois, est conçue pour se concentrer sur l'amélioration de la résilience des moyens de subsistance, avec des mesures pratiques visant à soutenir et à intensifier l'assistance en mettant davantage l'accent sur l'approche participative, en renforçant les capacités des communautés et les pratiques de réduction des risques de catastrophe par la planification d'urgence et de continuité. Dans le Sindh, le changement climatique a fait peser de graves menaces, entraînant une augmentation de l'incidence de la sécheresse en raison de la modification du régime des précipitations, puis de l'insécurité alimentaire et de la malnutrition dues à la sécheresse. Le secteur de l'agriculture a été affecté par l'insécurité de l'eau (due au changement climatique), ce qui a entraîné une baisse du rendement des cultures et, en fin de compte, une augmentation des contraintes agricoles. En outre, l'augmentation de l'intensité et de la fréquence des vagues de chaleur due au réchauffement climatique a fait chuter la croissance de l'agriculture. En plus de ces effets négatifs sur l'agriculture, il y aura une augmentation des incidences des migrations induites par le climat et le fardeau socio-économique qui en découle. Le nombre total de bénéficiaires de cette intervention est de 63 840 personnes. L'objectif de cette intervention proposée est de soutenir et de renforcer de manière flexible la résilience des communautés extrêmement vulnérables et sujettes aux aléas dans 03 conseils syndicaux (UC) d'Umerkot par le biais d'activités ciblées en matière d'argent liquide, d'agriculture, de relance économique et de systèmes de marché.

Projets en cours

Closing the gap: Educating marginalised girls in Sindh and FATA

Combler l’écart : Eduquer les filles marginalisées dans le Sind et les FATA