Des institutions publiques efficaces et responsables

Les personnes pauvres et marginalisées, plus que tout autre groupe, comptent sur les institutions publiques pour leur fournir les services nécessaires à la couverture de leurs besoins en termes d’éducation, de santé et de moyens de subsistance. L’accès à l’éducation est la principale voie pour sortir de la pauvreté, tandis que le manque de soins en santé est une des principales raisons qui participent à l’appauvrissement des ménages. Or, dans de nombreux cas, les politiques et stratégies en matière de prestations de services et de développement local sont mises en œuvre dans le cadre d’approches centralisées, verticales et bureaucratiques ; les citoyens locaux étant considérés comme des bénéficiaires passifs et les prestataires de services n’étant que partiellement efficaces dans la mesure où ils ne rendent pas de compte à leurs usagers. La définition des biens publics, la formulation des politiques et le contrôle des institutions publiques et des prestataires de services sont souvent caractérisés par une participation faible ou inexistante des citoyens. Les approches fondées sur l’offre, visant à offrir aux usagers un choix plus important en élargissant le nombre et le type de fournisseurs grâce à la décentralisation, l’externalisation et la privatisation, ont souvent échoué, ainsi que les approches basées sur la demande pour renforcer la redevabilité directe des fournisseurs auprès de leurs usagers. Ces approches sont souvent peu pertinentes pour des populations pauvres qui n’ont au départ pas accès aux services de bases, et pour lesquelles ces approches impliquent des investissements et des efforts trop importants ou même risqués.  Au-delà de l’offre et de la demande, il y a un besoin d’une approche collective qui doit être développée afin que les prestations de services et le développement local soient le résultat d’une co-construction des communautés, de la société civile, des gouvernements locaux, et des institutions et leurs programmes, en collaboration avec le secteur privé.

odio dapibus ut Phasellus vulputate, facilisis venenatis ut nunc