Skip to Content

actualité | 08 Novembre 2017 | RDC | Urgence

Vers des conditions de vie plus favorables au Sud-Kivu

Emargement des bénéficiaires lors de la distribution de Nyambembe du 29 au 30 août 2017

Les communautés de l’axe Ntuku-Kabumbi, en territoire de Shabunda, se retrouvent isolées du reste du territoire, en raison de l’insécurité liée à la présence de groupes armés d’une part, et des problématiques d’accès physique, due aux routes sinueuses et difficilement praticables. Pour pallier aux besoins alimentaires dans la région, ACTED a mis en place des interventions au soutien de plus de 18 000 personnes de l’axe Ntuku-Kabumbi, grâce à l’appui financier du gouvernement américain (Food for Peace) et de l’Union Européenne (ECHO).

Contexte

Le territoire de Shabunda reste le plus instable de la province du Sud-Kivu. La présence de richesses minières et forestières, sources d’affrontements et d’insécurité, ainsi que son grand enclavement, constituent des facteurs aggravant depuis plus d’une décennie. La présence de nombreux groupes armés et leurs incursions fréquentes dans les villages entraînent des déplacements massifs de population, exacerbant l’accès aux services de bases et aux ressources disponibles. Cette pression toujours plus intense sur les populations hôtes et déplacées les plonge dans une situation de vulnérabilité encore plus importante.

Entre enclavement et insécurité récurrente, un axe oublié par les humanitaires

Cet axe, qui relie Ntuku, Nduma, Mapela et Kabumbi, situé au nord-est du territoire de Shabunda, a connu deux opérations militaires en avril 2017, engendrant un déplacement de population immédiat de quelque 4800 personnes. En fuyant les violences et les affrontements, ces populations, qui vivent principalement de l’agriculture et de l’exploitation artisanale de minerais, ont été contraintes d’abandonner tous leurs biens et leur commerce, se retrouvant ainsi démunies sur leur nouvelle terre d’accueil.

Deux assistances combinées grâce à un dispositif efficace de réponse d’urgence aux alertes de déplacements de population

Les besoins de cette zone oubliée des acteurs humanitaires et très peu accessible, sont de plus en plus importants et l’aide à ces populations devient cruciale. Pour lutter contre les vulnérabilités croissantes, ACTED a déployé son dispositif de réponse d’urgence, avec la mise en place d’une assistance alimentaire.

Deux distributions alimentaires de vivres ont été organisées par ACTED en juillet et août 2017, grâce au soutien d’USAID FFP/OFDA et ECHO. Démunies, ces populations n’ont pas pu cultiver ni entretenir leurs champs, limitant ainsi fortement l’accès à la nourriture. L’intervention d’ACTED a donc permis d’aider 2370 familles qui ont pu couvrir leurs besoins alimentaires grâce aux distributions de farine de manioc, de riz, de haricots, d’huile de palme et de sel, en fonction des préférences et habitudes alimentaires.

Afin d’atteindre les objectifs escomptés par ACTED, les équipes ont dû redoubler d’efforts en procédant à des travaux de réhabilitation de routes, sans lesquels il aurait été impossible d’atteindre ces populations.

Afin de maximiser l’impact de cette intervention et de protéger les moyens d’existence des bénéficiaires, ces derniers ont pu assister à des séances de sensibilisation sur les bonnes pratiques alimentaires et d'hygiène dans tous les villages de l’axe ciblé.

 

Cet article couvre les activités d'aide humanitaire mises en œuvre avec l'aide financière de l'Union européenne. Les opinions exprimées ici ne devraient pas être prises pour refléter l'opinion officielle de l'Union européenne et la Commission européenne n'est pas responsable de l'utilisation éventuelle des informations qu'elle contient.