Skip to Content

actualité | 14 Janvier 2013 | Ouganda | Développement

Le développement agricole et commercial permet aux déplacés de devenir de véritables cultivateurs

D’ici la fin du projet en 2013, ACTED aura soutenu plus de 1000 cultivateurs comme M. Labongo en améliorant leurs moyens de subsistance et en contribuant au relèvement de la région la plus pauvre de l’Ouganda.

Depuis 2010, ACTED soutient le relèvement économique de la région du nord de l’Ouganda, victime de tensions, en aidant les cultivateurs à améliorer leurs moyens de subsistance dans le cadre de l’initiative « Purchase for Progress » (P4P) du Programme alimentaire mondial. ACTED a construit et équipé des entrepôts de stockage des semences en gros et a ainsi permis aux cultivateurs de développer leur activité et leurs compétences de marketing et de gestion. En produisant de plus grandes quantités de semences de meilleure qualité, les cultivateurs bénéficiaires du projet P4P ont augmenté leurs revenus et ont considérablement amélioré leur niveau de vie.

Grenier servant à stocker le maïs avant de le transporter à l’entrepôt construit par ACTED à Lakwana pour la vente en gros 2012 aura été une année riche pour M. Labongo, un cultivateur âgé de 40 ans, originaire du district de Gulu dans le nord de l’Ouganda. Il fait partie de Tim Ki Komi, l’un des 30 groupements de fermiers bénéficiant du projet d’ACTED depuis 2010. ACTED s’est mobilisée pour venir en soutien aux petits producteurs afin de les aider à développer leurs moyens de subsistance et leurs revenus. En plus de la construction des entrepôts de stockage des semences et de formations au traitement post-récolte permettant la vente en gros et la valorisation des produits, les producteurs réduisent les pertes occasionnées lors des récoltes et peuvent aujourd’hui vendre les semences à des prix plus élevés à un choix plus large de clients. ACTED a également contribué au développement des compétences de gestion de ces groupements de cultivateurs, en plus d’organiser des formations importantes au marketing, à la gestion des stocks et à la comptabilité.

Avant ce projet, M. Labongo produisait en moyenne 400 kilogrammes de maïs par saison. Deux ans après le lancement du projet P4P, il produit désormais plus du triple ; à hauteur de 1476 kilogrammes par saison. De plus, avec l’amélioration de la qualité de ses semences et une meilleure gestion de sa production, il peut maintenant vendre son maïs au prix de 500 Shillings ougandais (UGX) le kilogramme, plutôt que 300 UGX précédemment. M. Labongo gagne aujourd’hui en moyenne 738 000 UGX (205 euros) par saison, soit 140 000 UGX (39 euros) en plus par rapport à 2010.

« L’initiative P4P a grandement amélioré mon rendement agricole, le traitement post-récolte et mes connaissances en vente, » se réjouit M. Labongo. « Je peux désormais prendre des décisions éclairées sur le type de culture que je vais planter selon les saisons, réduire les pertes post-récolte et ne vendre que lorsque les prix du marché sont favorables. Avec plus de revenus, je peux maintenant subvenir à tous mes besoins quotidiens, en plus des dépenses scolaires [de mes enfants], des frais médicaux et d’autres frais ménagers. »

D’ici la fin du projet en 2013, ACTED aura soutenu plus de 1000 cultivateurs comme M. Labongo en améliorant leurs moyens de subsistance et en contribuant au relèvement de la région la plus pauvre de l’Ouganda.