Skip to Content

actualité | 04 Juin 2014 | Niger | Réhabilitation

Une situation humanitaire complexe au sud-est du Niger suite à l’arrivée massive de déplacés du Nigéria

Dans la région de Diffa, l’afflux de réfugiés et de retournés nigériens en provenance du Nigéria est une des principales préoccupations des acteurs humanitaires depuis que des combats ont éclatés entre l’armée nigériane et les insurgés dans le Nord Est du Nigéria en mai 2013. Les épisodes de violence qui ont secoué les états nigérians de Borno, Yobe et Adamawa ont conduit près de 50 000 personnes à trouver refuge dans la région, selon OCHA, amplifiant la vulnérabilité des communautés hôtes déjà en proie à l’insécurité alimentaire chronique et aux inondations récurrentes. ACTED intervient depuis juillet 2013 dans la région afin d’apporter une assistance aux populations hôtes et déplacées.

Une forte solidarité entre populations hôtes et déplacées

L’afflux de populations déplacées à Diffa se fait dans un contexte particulier : une forte solidarité entre populations hôtes et déplacées, dispersion des populations réfugiées en raison de l’absence de camps, et une stratégie d’assistance axée sur le renforcement des capacités de la population hôte.

Dans ce contexte complexe, avec d’importants besoins à couvrir, ACTED, en partenariat avec Impact Initiative met en œuvre un projet visant à collecter des données à destination des acteurs humanitaires intervenant dans la zone afin d’améliorer la gestion de l’information et l’identification des besoins pour répondre de manière efficace à cette crise. Les acteurs humanitaires se heurtent à la difficulté d’identifier les personnes les plus vulnérables et les besoins essentiels à couvrir en raison de la situation rapidement changeante et de la dispersion des populations déplacées. Pour obtenir une vision claire de la situation, ACTED a entrepris en 2013 la cartographie des sites d’accueil de déplacés et le recensement des infrastructures existantes ainsi qu’un mapping des acteurs humanitaires et des interventions qu’ils mènent dans la région. En 2014, ACTED poursuit ce processus via l’identification des nouveaux sites d’accueil et la production ou la mise à jour de nouvelles cartes sur ces thèmes. Durant le mois de mars et d’avril 2014, 23 nouveaux sites ont été identifiés et une carte regroupant 19 sites situés dans les eaux du lac Tchad a été produite (voir photo ci-dessous).

Couvrir les besoins énergétiques

Depuis janvier 2014, l’assistance apportée par ACTED se développe avec un volet énergie en faveur des centres de santé et des cantines scolaires pour soutenir durablement les services communautaires de la région. 7 centres de santé et 5 écoles bénéficiant du programme de cantine scolaire du Programme Alimentaire Mondial, sont appuyés pour couvrir leurs besoins énergétiques. L’installation de panneaux photovoltaïques dans les centres de santé sera effectuée prochainement afin de pallier aux coupures d’électricité fréquentes qui entravent leur fonctionnement, accompagné d’un renforcement des comités de gestion pour assurer l’entretien et la maintenance du matériel. Une distribution de gaz sera également organisée dans les écoles ciblées afin de diminuer la dépendance de ces établissements scolaires au bois de chauffe ainsi qu’une formation liée aux équipements et aux pratiques de sécurité et un renforcement des comités de gestion pour l’achat de gaz de manière autonome.

En agissant au niveau des services communautaires, ACTED entend ainsi apporter une réponse durable et intégré, pour une meilleure prise en charge des populations déplacées et le renforcement des capacités des populations hôtes.