Skip to Content

actualité | 30 Juin 2014 | Somalie | Urgence

Les transferts monétaires améliorent les moyens de subsistance des familles en Somalie

Dans la région de Bay au centre et au sud de la Somalie, les équipes d’ACTED soutiennent les foyers vulnérables pour assurer leur sécurité alimentaire et renforcer leurs moyens de subsistance, avec le soutien de l’UNICEF. Grâce à des transferts d’argent destinés à 930 foyers parmi les plus vulnérables, et à des activités de travail contre paiement auxquelles ont pu participer 770 personnes, 1700 foyers peuvent manger à leur faim. Beaucoup ont également pu rembourser leurs dettes, investir dans l’éducation de leurs enfants, et dans des moyens de subsistances.

Par une chaude après-midi dans le village de Berdale, dans la région de Bay en Somalie, Fatima Hussein nous accueille joyeusement dans son « Mundul » tout neuf (une imposante maison traditionnelle somalienne faite de bâtons et d’herbes). Fatima, 28 ans, est mariée et mère de 5 enfants. Son mari –seul à subvenir aux besoins de sa famille- travaille comme journalier, avec sa charrette à bras.

« La plupart du temps, mon mari ne gagne pas assez d’argent pour toute la famille parce que le marché est très compétitif. Il y a énormément d’ouvriers journaliers qui travaillent comme porteur, il est donc difficile de trouver un travail de porteur correct. Parfois il rentre à la maison sans avoir rien gagné, et on doit faire avec.» explique Fatima.

En juin 2013, après l’évaluation de ses besoins par les équipes d’ACTED, Fatima a pu bénéficier du nouveau projet de transfert monétaire. Durant les 7 mois de la saison sèche (« Hagai »), entre juillet et octobre 2013, des transferts d’argents sont accordés à sa famille chaque mois et sans conditions.

Aujourd’hui vus comme une alternative à l’aide alimentaire, ils ont empêché son foyer de subir la crise alimentaire de la saison sèche. Fatima a aussi pu acheter des meubles essentiels comme des couvertures, un matelas, un lit et des ustensiles de cuisine, et du matériel pour construire à sa famille une nouvelle maison.

« Avant, ma famille ne pouvait pas manger 3 repas par jour, et je ne pouvais pas envoyer mes enfants à l’école. Mais maintenant notre situation financière est bien meilleure, j’ai même pu construire une nouvelle maison Mundul », sourit Fatima.

Fatima voit maintenant l’avenir avec optimisme. La prochaine fois, elle compte acheter une charrette et un âne pour son mari, et peut désormais mieux anticiper ces transferts d’argent stables et prévisibles pour améliorer les activités génératrices de revenu de sa famille.