Skip to Content

actualité | 22 Mars 2017 | Jordanie | Urgence

Des transferts d’argent pour aider les réfugiés syriens à passer l’hiver

Il y a plus de 150 colonies de tentes informelles dans les régions rurales de la Jordanie, avec 30 à 40 familles vivant dans chaque site - ACTED Jordan, 2017.

Plus de 15 000 Syriens vivent dans des camps de fortune en Jordanie rurale. Les Syriens vivant dans ces camps de fortune, généralement éloignés des centres urbains et coupés des communautés voisines, sont pour ces raisons souvent moins susceptibles de recevoir une aide humanitaire. De décembre à mars, ACTED a distribué de l’argent liquide à des milliers de réfugiés syriens vivant dans les camps de fortune des régions désertiques du nord de la Jordanie, dans le cadre d’un projet financé par l’UNOCHA.

Les réfugiés syriens bénéficiaires ont reçu entre 200 et 300 dinars jordaniens (environ 270-400 euros) en espèces pour acheter les articles de leur choix et mieux préparer leurs familles à la saison hivernale.

« Je suis très heureuse qu’on nous ait donné cet argent », dit Noor, une réfugiée mère d’un bébé d’un an. Elle a pu acheter des couvertures, du bois et des vêtements pour elle et sa fille. « Nous savons ce dont nous avons besoin, et grâce à cet argent nous pourrons acheter ce qu’il nous faut ».

Abdullah, un réfugié syrien vivant dans un camp de fortune dans le gouvernorat de Mafraq, a également salué la distribution d’argent d’ACTED à la place des distributions en nature qui sont pratique courante parmi les organisations humanitaires en Jordanie. « Dans ma famille, nous sommes seize, et nous avons deux tentes », explique-t-il. « J’ai un seul chauffage au gaz, qu’on alternait entre les deux tentes. Grâce à cet argent, je peux en acheter un deuxième. Une plus petite famille aurait des besoins différents des notres, c’est tout l’intérêt de pouvoir choisir ».

 

Les réfugiés dans les camps de fortune font face à des conditions particulièrement difficiles, notamment en hiver. Même si leurs tentes sont faites de matériaux résistants, elles ne peuvent souvent pas supporter les fortes pluies, les vents violents et les températures glaciales qui sont fréquentes en hiver dans le nord de la Jordanie. Les conditions peuvent être si difficiles que ces communautés de 30 à 40 ménages doivent souvent déménager leur campement vers une région plus chaude.

« C’était vraiment un défi de travailler dans les camps de fortune », explique Rami, responsable du projet d’intervention d’urgence d’ACTED. « Les communautés sont situées parfois à des heures de distance les unes des autres, et déménagent sans arrêt. Mais nous avons réussi à atteindre plus de 3000 personnes, grâce au travail acharné et au dévouement de notre équipe ».

Maintenant que les mois les plus froids sont passés, ACTED entend poursuivre les programmes de transfert monétaire pour aider les réfugiés syriens et les Jordaniens les plus vulnérables afin qu’ils puissent satisfaire leurs besoins essentiels et continuer de vivre dignement.