Skip to Content

La sécurité alimentaire : l'objectif de chacun dans le comté d'Akobo au Sud Soudan

ACTED engage la population d’Akobo dans les activités des écoles de campagne agro-pastorales pour soulager l’insécurité alimentaire.

Akobo est une zone continuellement inondée où les déplacements sont difficiles, ce qui en fait l’une des régions les plus difficiles d’accès au Sud-Soudan. La population a bénéficié de distributions alimentaires et d’autres mécanismes d’adaptation, comme la vente de bois pour le feu, la chasse, la consommation de viande de brousse et le saut de repas. La population s’est également appuyée sur des techniques traditionnelles de culture telles que la plantation des semences, la préparation des terres cultivables par la cuisson de l’herbe riches en minéraux, l’utilisation de semences non certifiées à faible rendement et l’utilisation d’outils traditionnels tels que les maloudas .Tout cela, ajouté à de petites terres cultivables moyennes de deux feydens (100mx50m) par ménage, laisse la population à court de nourriture jusqu’à la prochaine période de récolte.

Dans le cadre de son projet d’écoles agro-pastorales (APFS), ACTED a distribué des semences certifiées et des kits d’outils d’irrigation et a formé des groupes des écoles agro-pastorales à de nouvelles pratiques agricoles. ACTED a également formé des agents de santé animale pour identifier les maladies animales et aider la communauté à appliquer des mesures préventives. Il a été essentiel de veiller à ce que les collectivités travaillent ensemble pour se soutenir et pour assurer la durabilité de ces bonnes pratiques en agriculture afin de créer une cohésion au sein des communautés.

Toang est originaire du village de Wechgandeng dans l’est du comté d’Akobo et a participé à un des groupes d’écoles d’agriculture pastorale formés en décembre 2015. Il a reçu des outils, des cultures et des semences de légumes, comme le maïs et le sorgho, ou comme des plants de mangue et de goyave. Il s’occupe maintenant des récoltes et expérimente avec de nouvelles graines et de nouvelles façons d’aborder l’agriculture, comme la plantation en rangs et le paillage (mulching). Les nouvelles techniques peuvent maintenant l’aider à progresser et soutenir sa famille, ses voisins et les membres du village.

Avec le soutien de la Switzerland Development Cooperation et l’Ambassade de France, le projet a amélioré la sécurité alimentaire et la nutrition dans le comté d’Akobo.