Skip to Content

actualité | 26 Février 2016 | Somalie | Développement

Redonner de l’espoir aux familles déplacées au sud de la Somalie grâce aux programmes de transfert monétaire

@ACTED Somalie / 2015 - Halgan prépare son stock pour la vente dans son kiosque au camp de déplacés d'Hanano.

En 2014 et en 2015, ACTED a mis en œuvre un projet à Baidoa (province de Bay, Somalie), financé par Office of Food for Peace (FFP) à travers Adeso, une ONG de développement basée à Nairobi travaillant dans la Corne de l’Afrique. Le projet permet à 3 600 familles de bénéficier de transferts monétaires inconditionnels, l’objectif étant de promouvoir la sécurité alimentaire des foyers démunis par le biais d’une assistance monétaire.

Fuir pour survivre

A 40 ans, Halgan est mère de six enfants, deux filles et quatre garçons. Le conflit et les sécheresses récurrentes causant des pertes de revenu considérables ont poussé la famille à quitter leur village dans la campagne du département de Buurhakaba. Halgan raconte comment elle a, avec sa famille, parcouru une distance de 70km pour rejoindre la ville de Baidoa, en quête de moyens de subsistance et de paix.

Démunie, la famille a dû prendre la décision d’entreprendre ce voyage pour survivre. A leur arrivée à Baidoa, ils se sont installés dans un camp de déplacés, le seul endroit disponible. Ils n’avaient presque rien et ont dû s’adapter à la vie du camp, où ils vivent encore aujourd’hui.

Redonner de l’espoir aux familles déplacées

ACTED a mis en œuvre des programmes de sécurité alimentaire et d’accès aux moyens de subsistance pour les populations déplacées à Baidoa. Les équipes ont fourni des transferts monétaires inconditionnels à 3 500 déplacés et foyers hôtes. Halgan est l’une des bénéficiaires.

Halgan explique comment elle a été identifiée par la communauté comme l’une des personnes les plus vulnérables pour bénéficier de ce projet.

« Avant le projet, j’étais démunie, je n’avais aucune source de revenu et ne pouvait pas payer les frais de scolarité pour mes enfants. J’ai reçu 320 dollars grâce au projet. Grâce à cet argent, ma famille a pu se permettre trois repas équilibrés par jour, et j’ai pu faire des économies et lancer un petit kiosque à nourriture. Et je peux me permettre de mettre mes enfants à l’école. »

De simple espoir à enthousiasme pour le futur

Halgan a travaillé dur pour que son commerce soit rentable et pour mettre de l’argent de côté pour l’agrandir. Son kiosque, qui propose des produits dont les foyers ont besoin, est utile à toute la communauté de déplacés dans le camp. Les résidents du camp n’ont ainsi plus à parcourir de longues distances pour acheter les produits de base dont ils ont besoin, comme de l’huile de cuisson, du sucre, du sel, des pâtes, des feuilles de thé et des légumes.

Halgan est fière d’avoir pu fournir tous ces produits à la communauté. Elle est non seulement devenue un modèle pour ses enfants, mais a aussi donné de l’espoir aux personnes, en les incitant à mettre de côté le peu d’économies dont ils disposent pour un jour les investir. Elle a hâte d’avoir suffisamment de stabilité pour quitter le camp de déplacés et recommencer une vie dans un endroit plus stable.

Halgan s’exclame avec un large sourire : « Avant l’intervention d’ACTED, je ne pouvais pas accéder à même un faible crédit auprès des propriétaires de boutiques. Aujourd’hui, j’ai un salaire, qui me permettra d’agrandir mon petit commerce. »