Skip to Content

actualité | 17 Janvier 2017 | Yémen | Urgence

Reconstruire des maisons pour reconstruire des vies

Avec le soutien du HCR, ACTED restaure trois refuges collectifs dans le gouvernorat d’Ibb, au Yémen.

Dès le début de l’année 2017, le conflit au Yémen continu de sévir et la crise humanitaire ne fait que s’aggraver. De plus en plus de familles doivent fuir leur maison, et, n’ayant nulle part où aller, se dirigent souvent vers des refuges collectifs. Le gouvernorat d’Ibb compte environ 115 000  personnes déplacées et 63 refuges collectifs, où des milliers de personnes vivent dans des conditions précaires et sans accès aux services d’eau, hygiène, et assainissement.

En mars 2016, ACTED a conduit une évaluation sur les conditions de vie des populations déplacées dans les refuges collectifs à Ibb. Les résultats du rapport sont frappants – des familles nombreuses vivant dans des espaces restreints, manquant de matelas, partageant des couvertures, dépourvus de matériel nécessaire pour cuisinier, nettoyer et vivre confortablement, et avec un accès limité à l’eau, les installations d’hygiène et d’assainissement étant souvent inutilisables, voire inexistantes. Une partie de l’eau utilisée est impropre à la consommation et les ordures s’accumulent. La combinaison de ces facteurs a considérablement augmenté le risque d’infection et de maladie pour les populations résidentes dans ces abris.

L’état inquiétant des refuges collectifs à Ibb révélé par l’évaluation d’ACTED en mars 2016 a conduit à  un projet avec le HCR pour restaurer la structure et les installations d’eau, d’assainissement et d’hygiène de trois refuges collectifs. Pour marquer la fin de cette intervention, ACTED a rencontré des bénéficiaires pour parler de leurs expériences et mettre en évidence certains des principaux succès du projet.

Rendre la vie quotidienne plus sûre et plus confortable

Suite à l’escalade de violence dans sa ville natale, Sa’adah, en avril 2015 Nabel a décidé de partir vers le sud avec sa femme et ses fils pour trouver refuge dans un abri collectif à Ibb. S’ils ont pu y trouver un peu de répit, la vie dans ces abris est devenue un vrai défi : Nabel raconte que lui et sa famille vivaient dans l’entrée, sous une couverture en plastique. « Il faisait froid, il pleuvait à l’intérieur, et j’étais constamment inquiet concernant l’insécurité car n’importe qui pouvait entrer. Il n’y avait pas d’intimité, et ce n’était pas propre. Il n’y avait pas de robinets d’eau et le système d’égouts et d’eau ne fonctionnait pas », raconte-t-il. Grâce au projet d’ACTED et du HCR, « les conditions à l’intérieur de l’abris ont complétement changé et la fierté et la dignité des personnes déplacées a été restaurée. Ma famille et moi avons maintenant notre propre chambre et les salles de bain ont été équipées de portes et de lumières. Notre vie est maintenant plus confortable et sécurisée. »

« La plupart du temps, nous dormions sur les toits »

En juin 2015, l’appartement d’Iatefah a été bombardé. Sans argent pour louer un appartement, elle et sa famille ainsi que la famille de son frère ont quitté Taizz pour un refuge collectif à Ibb. Iatefah nous dit que « l’abri avant la réhabilitation était vraiment bondé. Nous vivions dans une seule chambre avec deux familles, nous n’avions aucune intimité. Il n’y avait pas assez d’espace et la plupart du temps nous dormions sur le toit. L’intervention d’ACTED a été un grand changement : nous avons depuis une nouvelle chambre séparée de celle de l’autre famille, donc nous avions maintenant une vraie intimité. Nous avons des espaces pour que les enfants puissent jouer, pas comme avant. Nous sommes bien installés et heureux de pouvoir rester ici. »