Skip to Content

actualité | 17 Mars 2017 | Sénégal | Urgence

Un outil novateur pour le ciblage des ménages : la méthodologie "HEA"

Les critères de sélection des bénéficiaires dans le cadre du ciblage HEA, Matam - ACTED Sénégal, 2016

Marie-Elodie est volontaire de l'aide de l'Union européenne avec ACTED au Sénégal pour les projets agriculture et sécurité alimentaire. Dans ce cadre, elle participe aux discussions du collectif CORRIANS pour le renforcement du partage de l'information sur l'insécurité alimentaire au Sénégal :

En 2015, quatre organisations (ACTED, ACF-E, CECI, Croix Rouge Sénégalaise) ont créé le Collectif pour le Renforcement de la Réponse à l’Insécurité Alimentaire et Nutritionnelle au Sénégal – CORRIANS – dans le but d’améliorer l’harmonisation des interventions et la capitalisation des bonnes pratiques. Dans ce cadre, les membres du collectif ont adopté la méthodologie dite « HEA » (Household Economy Approach), afin d’harmoniser leurs méthodologies de ciblage des ménages très pauvres bénéficiant des activités de leurs projets. Ils tentent aussi de combiner les points forts de cette méthodologie avec celle du « RNU » (Registre National Unique) utilisée par le gouvernement sénégalais.

Qu’est-ce que la méthodologie HEA ?

La méthodologie HEA est basée sur l’analyse des moyens d’existence des familles. Elle met en évidence la manière dont les ménages subviennent habituellement à leurs besoins, afin d’évaluer ensuite l’impact d’événements sur leurs moyens de subsistance, puis de planifier des interventions pour soutenir leurs stratégies de survie. Il s’agit d’une approche dynamique qui permet de répartir les ménages en 4 groupes socio-économiques, à savoir les « très pauvres », les « pauvres », les « moyens » et les « nantis ».

Une analyse basée sur l’économie des ménages

Afin d’évaluer la vulnérabilité de la population face aux chocs ou risques, l’analyse se base sur :

- La détermination de « zones de moyens d’existence » (ZME) où les populations partagent globalement les mêmes stratégies de survie

- La décomposition de la population en classes socio-économiques

- L’accès de base à la nourriture et à un revenu

- La capacité des ménages à réagir face à un aléa

- La dépendance des populations à l’aide extérieure pour survivre et/ou conserver leurs moyens d’existence

Une sélection communautaire des ménages les plus vulnérables

La particularité de cette méthodologie de ciblage réside dans le fait que la pauvreté est définie de manière participative par la communauté au sein des différentes ZME. Par exemple, ACTED procède de la manière suivante :

- Définition et sélection des critères d’identification des groupes socio-économiques (critères HEA et critères spécifiques à la ZME) : en Assemblée Générale (AG), avec à la mise en place d’un comité de ciblage homme, d’un comité de ciblage femme et d’un comité d’écoute (réceptionnant d’éventuelles demandes)

- Catégorisation des ménages selon les groupes socio-économiques : par les 2 comités, grâce à un système de notation distinguant les différentes classes. Ils confrontent ensuite leurs résultats

- Vérification au porte à porte : par des enquêteurs auprès de 100% des ménages classifiés « très pauvres » par au moins un des comités, 50% des ménages classifiés « pauvres » par au moins un des comités, 20% des « moyens » et « nantis »

- Identification des bénéficiaires : en fonction du profil du ménage, résultant de l’étape de vérification, adapté aux critères spécifiques à la ZME.

- Validation communautaire des listes : en présence de l’ensemble du village et des comités. L’AG valide la liste des bénéficiaires proposée.

Au vu de la fiabilité des ciblages réalisés précédemment, l’équipe d’ACTED au Sénégal a décidé de continuer à se baser sur cette approche HEA dans le cadre de ses projets menés dans le nord-est du pays. Ainsi, cette année, plusieurs milliers de personnes particulièrement vulnérables à des crises nutritionnelles chroniques, seront sélectionnées grâce à cette méthodologie et bénéficieront à la fois d’une aide d’urgence et d’un accompagnement à plus long terme dans l’optique de renforcer leur sécurité alimentaire.