Skip to Content

actualité | 06 Juillet 2016 | Niger | Développement

Du Mali au Niger : le parcours d’Hassana, refugiée devenue couturière

ACTED Niger/2016 - Cérémonie de remise de diplômes sur le camp de Tabareybarey

Depuis 2014, ACTED mène un projet d’autonomisation économique de réfugiés maliens et de la population hôte dans la région de Tillabéry au Niger. Pour valoriser l’implication des bénéficiaires, ACTED a organisé une cérémonie de remise de diplômes et de kits de démarrage. Rencontre avec Hassana, jeune femme ayant bénéficié de la formation professionnelle en couture soutenue par ACTED 

Le vent souffle sur le camp de réfugiés maliens de Tabareybarey en ce vendredi de la fin mai. Chaleur écrasante sous un soleil de plomb et sable du désert s’affairent à dissuader les moindres déplacements, « et encore, aujourd’hui, ça va », nous affirme un résident de la région.

Pourtant il y a foule sous l’immense hangar à l’entrée du camp. En effet, aujourd’hui est un jour particulier pour de nombreux réfugiés et membres des communautés hôtes. Les participants au projet d’ACTED reçoivent, après une formation intense et exhaustive, leur certificat ainsi que le kit qui leur permettra de démarrer leur activité professionnelle.

Mise en place des ateliers professionnels soutenus par ACTED

Depuis le début de la crise malienne en 2012, ACTED soutient des réfugiés maliens, retournés nigériens et les populations hôtes de Tillabéry, à la frontière malienne. Près de 60 000 réfugiés ont quitté leur pays pour trouver refuge dans la région, et notamment dans les trois camps d’Abala, Mangaizé et Tabareybarey.

En septembre 2014, le Bureau de la population, des réfugiés et des migrations (BPRM) du gouvernement américain a commencé à soutenir les activités d’ACTED dans les camps de réfugiés maliens. Ce soutien a permis la mise en place d’activités génératrices de revenu qui ont bénéficié à plus de 1200 ménages. Pour mener à bien ce projet, ACTED a bénéficié de l’appui de l’ONG locale AJEDEV (Action des Jeunes pour le Développement). Cette dernière a identifié des ateliers de formation par types d’activités choisies par les bénéficiaires. Ainsi, parmi les activités mises en place, ce sont 150 jeunes qui ont pu bénéficier de formations professionnelles dans les domaines de la couture, la mécanique, la soudure et l’électricité. A l’issue de ces formations, pour valoriser le travail des bénéficiaires, ACTED a organisé une cérémonie de remise de diplômes et de kits de démarrage.

Camp de Tabareybarey

Du Mali au camp de Tabareybarey : un premier pas vers l’autonomie

Lors de cette cérémonie, Hassana, 20 ans et mère de 2 enfants, a raconté son histoire à ACTED. Originaire de la commune d’Ansongo au Mali, Hassana est réfugiée au Niger depuis 2012. La jeune femme est arrivée au Niger avec toute sa famille à dos d’âne et n’a rien pu emporter avec elle en raison des conditions difficiles du voyage qui a duré 3 jours. Depuis, elle vit sur le camp de Tabareybarey avec sa famille. Hassana confie qu’elle a fui le Mali à cause « de la guerre, de l’insécurité et des attaques perpétrées dans la zone, y compris dans [son] village ».

Avant d’arriver au Niger, elle pratiquait le commerce de condiments tels que les épices, l’huile et les conserves. Grâce à l’appui d’organisations internationales telles que ACTED, Hassana subvient à ses besoins quotidiens en nourriture, eau, hygiène et abris. La jeune femme continue également son petit commerce permettant un meilleur entretien de son ménage et de ses conditions de vie.

Hassana a suivi une formation de 3 mois dans le domaine de la couture et a réalisé un stage pratique d’un mois dans un atelier de la ville d’Ayorou. La formation s’est déroulée dans de bonnes conditions : « Les points les plus appréciables ont été [son] intégration, la maitrise d’un corps de métier et l’autonomie ».

« Je mettrai en pratique les connaissances acquises en couture pour gagner ma vie et ainsi ne plus dépendre de l’aide humanitaire »

ACTED Niger/2016 - Une bénéficiaire de la formation essayant sa nouvelle machine à coudre

Hasssana ambitionne de poursuivre ses activités à l’intérieur du camp dans un premier temps et pouvoir ensuite exercer en dehors du camp lorsque son foyer sera apte à être relocalisé. Elle souhaiterait « bénéficier d’un appui pour emménager dans un atelier et bénéficier de tissus pour la réalisation des robes qu’elle destinera à la vente. La jeune femme souhaite offrir son expertise en couture aux autres femmes et continuer ses activités afin de gagner sa vie. A terme, Hassana n’a pas l’intention de retourner vivre au Mali, elle souhaite au contraire pouvoir développer son activité et en vivre : « je mettrai en pratique les connaissances acquises en couture pour gagner ma vie et ainsi ne plus dépendre de l’aide humanitaire ».