Skip to Content

actualité | 22 Août 2017 | Syrie |

L'histoire de Mohammad ayant fui pour aider les personnes déplacées en Syrie

Installation de canalisations d'égout aux centres collectifs de Maar Shurin (sous-district de Ma'arrat An Nu'man, district d'Al Ma'ra, gouvernorat d'Idleb) - Juillet 2017

Alors que le conflit syrien se poursuit depuis maintenant plus de six ans, les équipes d’ACTED en Syrie mettent en œuvre des programmes d’intervention rapide pour couvrir les besoins les plus urgents des populations. En parallèle, ACTED apporte des solutions de relèvement avec la réhabilitation d’infrastructures publiques, de logements et de moyens de subsistance, et un travail de renforcement de la gouvernance. Rencontre avec Mohammad, responsable de sous-zone en Syrie, à l'occasion de la Journée mondiale de l’aide humanitaire. Mohammad a travaillé à un projet d’accès aux abris et aux biens non alimentaires en soutien aux familles touchées par la crise.

Qu'est-ce qui vous a poussé à travailler dans l’humanitaire ?

« En 2012, ma ville natale a été touchée par le conflit, et j’ai donc du fuir avec ma femme et notre fils de deux ans. Nous sommes partis sans rien. Des volontaires nous ont aidé, nous ont donné un endroit où vivre, de la nourriture et tout ce dont nous avions besoin pour survive. À compter de ce jour, j'ai compris combien le travail humanitaire est important, et j'ai décidé d’y contribuer. »

Qu’est-ce qui vous plaît le plus avec ce projet ?

« Ce projet de soutien à l’accès aux abris vise entre autres à réhabiliter 550 maisons eet 12 centres collectifs. Ce que j'aime le plus, c'est que ce que nous accomplissons au fil du temps, et on peut revenir des années après et encore voir ce qui a été réalisé puisque les murs, les toits, les carreaux, ne disparaissent pas. »

Quel a été le moment le plus gratifiant dans votre travail ? Quel a été votre plus grand succès au cours de ce projet ?

« Parfois, vous entrez dans des endroits avec les pires conditions de vie que vous pouvez imaginer. ACTED va dans ces foyers et aide à créer de meilleures conditions de vie pour les plus vulnérables. Nous contribuons à créer un changement dans leur vie, nous parvenons à les aider. Nous leur fournissons un service qu'ils ne peuvent pas se permettre. C'est vraiment émouvant. Ce projet d'abris fait comprendre l'importance du travail humanitaire et on se souvient surtout qu'il y a beaucoup de personnes vulnérables qui ont besoin d'aide et de soutien.»

Quels sont les principaux défis auxquels vous faites face dans le secteur de l'aide humanitaire ? Quel a été votre plus grand défi tout en travaillant pour ce projet ACTED ?

« Le plus grand défi auquel je suis confronté est le budget limité: on ne peut jamais répondre à tous les besoins identifiés sur le terrain. En outre, la situation sécuritaire sur le terrain représentait également un défi important.»