Skip to Content

actualité | 19 Juin 2013 | Cambodge | Réhabilitation

Formation à la santé reproductive et sexuelle au Cambodge

ACTED a formé plus de 200 éducateurs afin de les sensibiliser et de les former à la santé reproductive et sexuelle. © ACTED

La santé reproductive et sexuelle demeure un sujet sensible au Cambodge, surtout pour les jeunes. Un projet ACTED-PSF pour de jeunes éducateurs a été lancé afin de les sensibiliser et de les former à la santé reproductive et sexuelle et de pouvoir permettre de répandre les bonnes pratiques et de surmonter les obstacles sociaux.

Lors d’une journée ensoleillée d’avril, des jeunes gens regardent assidûment l’écran qui se trouve devant eux. Même si cette image ne semble pas anodine de nos jours, ces jeunes regardent une représentation d’un ovule étant fertilisé. Ce groupe de 33 jeunes a l’occasion de faire ce que bon nombre de jeunes de leur âge ne peuvent pas faire au Cambodge : apprendre sur la santé reproductive et sexuelle.

Ces jeunes sont des éducateurs volontaires qui reçoivent une formation d’ACTED-PSF et une des ses ONG partenaires de la région, Mith Samlanh, dans le cadre d’un projet qui vise à améliorer l’accès à l’information et aux services lies à la reproduction reproductive et sexuelle pour les jeunes au Cambodge. De nos jours, seulement 1 école sur 3 propose ce type de formations et de nombreux jeunes ne sont pas informés des méthodes de transmission du VIH ou de l’utilisation de contraceptifs. La santé reproductive et sexuelle demeure un sujet sensible, voire tabou, dans de nombreuses communautés du Cambodge. Les traditions culturelles au sein de la société placent une importance particulière sur le fait que les jeunes filles doivent rester vierges jusqu’au mariage, et certains adultes estiment qu’enseigner ces pratiques aux enfants incite à la sexualité.

Une formation pour prévenir des maladies

ACTED a formé plus de 200 éducateurs avec l’aide de 5 partenaires locaux, qui ont d’abord reçu une formation sur la santé reproductive et sexuelle, avant de pouvoir transmettre leur savoir dans leurs communautés locales. Ce projet a été lancé avec l’aide de l’Agence Française de Développement (AFD).

Sonita et Leang sont deux éducateurs formés par ACTED-PSF. Sonita pense que la santé reproductive et sexuelle est un sujet très important, et elle sait désormais comment se protéger. Sonita partage ce message avec ses pairs : « le plus important est qu’ils puissent comprendre que l’on parle de leur santé, et que cette formation puisse les aider à prévenir les maladies. » Leang souhaite devenir entrepreneur et reconnaît lui aussi l’importance de la santé reproductive et sexuelle. Certaines de ses amies sont tombées enceintes pendant leurs études et certains se sont exposés à de nombreux risques en ayant connu plusieurs partenaires. Leang est catégorique que la santé reproductive et sexuelle concerne tout le monde.

Au vu de leurs qualités personnelles et de leurs larges sourires, il est facile de comprendre pourquoi Sonita et Leang ont été sélectionnés en tant qu’éducateurs volontaires pour ce projet. Malgré des sujets en apparence sensibles, ils ont tous les deux exprimé être désormais à l’aise à l’idée de partager et discuter de la santé reproductive et sexuelle avec leurs amis. « J’étais un peu timide de parler de ce sujet avant ma formation », admet Leang, « mais plus maintenant ! »