Skip to Content

actualité | 06 Janvier 2016 | Thaïlande | Développement

Etude de cas ACTED : Augmenter les opportunités d’emploi par le développement de petites entreprises dans les camps de réfugiés en Thaïlande

@ACTED Thailand - Naw, SED Graduate and Grantee

En Thaïlande, ACTED soutient les réfugiés birmans en facilitant l’instauration d’un système de formation professionnelle à l’intérieur des camps de réfugiés et en organisant des formations sur le développement d’entreprises durables, pour promouvoir l’émancipation des populations de l’aide humanitaire et leur autonomie pour préparer les mouvements de retour.

Depuis 30 ans, les camps de réfugiés en Thaïlande accueillent des personnes qui ont fui le conflit et les violations des droits de l’homme au Myanmar. Ce conflit qui dure, associé aux restrictions de circulation des réfugiés qui résident dans ces camps, a exacerbé la dépendance à l’aide humanitaire, alors même que 70% de la population des camps n’est engagée dans aucune activité lucrative pour subvenir à ses besoins*. Le but d’ACTED au sein de ces camps est donc de faciliter l’émergence de solutions durables pour améliorer la situation, en promouvant l’autonomie et l’émancipation des réfugiés, afin qu’ils réalisent entièrement leur potentiel, aujourd’hui et dans le futur.

Bien que toujours hésitant, les progrès dans le sens d’une transition démocratique dans l’Union du Myanmar ouvrent l’horizon des opportunités d’emploi pour les réfugiés. Ces progrès se font en parallèle de la préparation d’une feuille de route sur un rapatriement volontaire, développée par le HCR et les leaders des Conseils Karen et Karenni pour les réfugiés. Il est donc tout à fait judicieux de réduire la dépendance à l’assistance externe et de faciliter l’accès à des opportunités d’emploi, des facteurs inhérents à l’approche d’ACTED. En partenariat avec l’ADRA, ACTED a facilité l’instauration d’un système de formation professionnelle à l’intérieur des camps de réfugiés, dans l’anticipation d’un rapatriement au Myanmar ou dans un pays tiers. Cette formation professionnelle – ajustée aux besoins du secteur de l’emploi – recouvre des compétences générales non techniques et une orientation professionnelle. Elle apportera une fondation solide à de futures opportunités d’emploi et de moyens de subsistance.

Les conseils en orientation dispensés aux diplômés de la formation professionnelle sont une composante clé du système de formation pourvu par ACTED pour le développement d’entreprises durables. A travers une formation commerciale, un soutien technique, ou des subventions à la création d’entreprise, les candidats éligibles sont secondés pour parvenir à développer des activités sources de revenus. Pour certains des participants les plus vulnérables, ce développement d’entreprise durable est une étape indispensable pour parvenir à l’autosuffisance. S’il est une personne qui a pu se constituer un moyen de subsistance grâce au soutien d’ACTED, c’est Naw (photo ci-dessus).

Naw a obtenu un diplôme en transformation et conservation des aliments dans le cadre du programme de développement d’entreprises durables. Elle est une candidate sérieuse à l’obtention d’une subvention pour la création d’une petite entreprise. Elle a en effet un plan d’affaires (business plan) valable, des handicaps et aucun revenu de base.

A propos du programme de développement d’entreprises durables, Naw affirme : « Je suis dans les camps depuis 8 ans, et même si avant je cultivais ma propre nourriture et travaillais dans l’agriculture, dans les camps je ne faisais rien. C’était important pour moi de faire ce cours puisque je voulais savoir comment transformer la nourriture, et j’avais besoin de travailler pour améliorer le revenu de ma famille et subvenir aux besoins de mes enfants. »

Lorsqu’on lui demande ce qu’elle fera dans le futur, Naw explique : « Si je retourne au Myanmar, je veux ouvrir un magasin comme celui dans le village de mon frère. Ce sera difficile parce que le terrain qu’on possédait auparavant a maintenant disparu, il nous faudra repartir de zéro. Pour l’instant, je suis heureuse car je peux subvenir à mes besoins et à ceux de mes enfants au sein du camp. »

Naw reçoit un soutien continu et ciblé en affaires quand elle en a besoin, mais elle génère à elle seule et avec succès des revenus stables. Cela lui permet aussi de compenser la diminution des rations alimentaires et des autres provisions nécessaires aux réfugiés dans le camp. L’expérience des affaires qu’elle a pu acquérir l’aidera dans sa transition – tout comme pour les autres participants à ces formations – pour son rapatriement, où que ce soit. Pour le moment, la formation financée par EuropeAid et le  Bureau pour la Population, les Réfugiés et la Migration du gouvernement américain est un outil utile qui permet de développer des compétences et des moyens de subsistance au sein du camp. Elle soutient aussi le développement de la communauté et l’émancipation individuelle.

*Selon une évaluation des besoins menée par ACTED à Ban Mae Nai Soi, et Ban Mae Surin, 2013

Cliquez ici pour télécharger l'étude de cas