Skip to Content

actualité | 24 Janvier 2010 | Cambodge | Urgence

Etat des lieux de la mission d'ACTED-PSF au Cambodge avec le Dr Sreng Sineng

© ACTED-PSF 2010

Le Dr Sreng Sineng est Responsable équipe médicale d'ACTED-PSF au Cambodge.

Depuis quand travaillez-vous pour PSF au Cambodge et à quel poste?

J’ai commencé à travailler pour PSF il y a huit mois. Je travaille en ce moment sur le projet de prévention en tant que Responsable médical pour la prévention des MST et du VIH.

Pourriez-vous brièvement présenter les équipes d’ACTED-PSF au Cambodge ?

Nous avons trois équipes différentes correspondant respectivement aux trois différents projets. 32 personnes travaillent sur le projet de prévention des MST et du VIH à Phnom Penh ; trois personnes, notamment des pharmaciens et docteurs, travaillent sur le projet de soutien du programme national de gestion logistique des médicaments, pour le compte de l’action nationale contre le VIH/SIDA que mène le Cambodge ; et 20 personnes travaillent sur le projet ‘Smart Girl’ à Phnom Penh. En complément, dix personnes accompagnent ces trois projets et deux employés internationaux complètent l’équipe en tant que Chef de mission et Conseiller pharmacien.

Dans quelles zones ces activités sont-elles mises en œuvre ?

Le projet de soutien à la gestion logistique des médicaments antirétroviraux et en réponse aux infections « opportunistes » est mis en œuvre à travers le pays, puisqu’il vise à soutenir directement les pharmacies et hôpitaux référents, situés dans presque toutes les provinces. Les deux autres projets sont basés à Phnom Penh. Les activités sont mises en œuvre dans diverses endroits de la ville (centre médicaux, usines, karaokés, restaurants, lieux de massage, casinos, ONG locales partenaires, marchés, parcs municipaux, etc.).

A quels besoins répondez-vous ?

Au Cambodge, il existe une prévalence importante de MST et du SIDA auprès des populations à haut risque. En outre, les travailleurs du sexe ne peuvent pas payer leurs examens médicaux.

Qui sont les bénéficiaires ?

Les bénéficiaires sont les populations sujettes aux infections, tels que les travailleurs du sexe, directs et indirects, les femmes vulnérables, les jeunes ou les homosexuels.

Quelles sont les principales activités conduites par ACTED-PSF au Cambodge ?

Chaque mois, nous proposons une à trois consultations sur les MST et des séances d’information aux travailleurs du sexe, ouvriers, consommateurs de drogues, homosexuels. Nous gérons également des services ambulantoires dans les centres de Mith Samlanh pour les enfants délaissés et les jeunes travailleuses du sexe et dans le centre pour les homosexuels. Nous offrons également une aide technique aux cliniques médicales familiales ; des centres médicaux publics à Phnom Penh qui offrent des consultations sur les MST, des tests VIH, des série de planning familial, des soins liés à la reproduction, etc. Enfin, nous distribuons gratuitement des préservatifs.

Quelles sont les principales difficultés auxquelles vous et votre équipe faites face ?

Etant donné que les travailleurs du sexe travaillent la nuit et dorment le jour, il est difficile de les rencontrer et les diriger vers les cliniques médicales familiales pour leur apporter les soins appropriés. Par ailleurs, certains propriétaires d’établissement rechignent à collaborer avec nos équipes et refusent de nous allouer un espace pour mener les consultations de manière confidentielle.

Quels sont les principaux résultats ?

Le nombre de cas porteurs de MST et de VIH a diminué à Phnom Penh. La plupart des bénéficiaires sont maintenant conscients de leur santé et suivent des examens médicaux et des tests du VIH sur une base volontaire. Les éducateurs expliquent à leurs proches et amis les comportements susceptibles d’induire des contaminations. Eux-mêmes se protègent des MST ou du SIDA, notamment en utilisant des préservatifs et en limitant le nombre de partenaire. En outre, grâce à l’apport d’ACTED-PSF en équipement et en soutien technique pour les consultations et l’apport de médicaments aux cliniques médicales familiales, les travailleurs du sexe acceptent maintenant de consulter dans ces centres.

Comment envisagez-vous l’avenir d’ACTED-PSF au Cambodge ?

Une de nos stratégies à venir pourrait être d’étendre notre projet de prévention à d’autres zones urbaines au-delà de Phnom Penh, puisque le modèle appliqué s’est révélé être une vraie réussite. Par ailleurs, je pense que la clinique ACTED-PSF située au nord de la ville pourrait gagner en autonomie et pérennité si nous demandions aux patients d’assumer une partie du coût de leur traitement. Enfin, cette même clinique pourrait étendre ses services aux soins liés à la reproduction et au planning familial.

En savoir plus sur la mission d'ACTED-PSF au Cambodge.