Skip to Content

actualité | 28 Mars 2017 | Yémen | Urgence

Deux ans d’urgence humanitaire au Yémen

Le conflit qui déchire le Yémen depuis le 26 mars 2015 continue de faire rage. Deux ans déjà. Deux ans de trop. Deux ans qui ont largement affectés une population qui fait face à des besoins humanitaires considérables et dont l’accès aux services et biens essentiels est limitée.

Le Yémen a connu une instabilité permanente et une situation économique dramatique depuis 1990. Cette crise prend de l’ampleur dès 2011, et, sur fond de transition politique inachevée, le pays plonge dans la guerre civile en mars 2015.

Avec déjà plus de 6700 morts à ce jour, au moins 3 millions de déplacés et des besoins considérables dans tous les domaines, la crise du Yémen touche près de 80% de la population du pays, et l’escalade des combats ne fait qu’aggraver une situation humanitaire plus qu’alarmante.

Retrouvez le détail du résultat de l'escalade du conflit

Deux ans après le début du conflit, une crise humanitaire sans précédent

Les combats, les bombardements incessants et la détérioration considérable des conditions de vie acculent les populations : quelque 3 millions de personnes, soit 11% de la population, ont dû fuir leur maison et sont aujourd’hui toujours déplacées. 19 millions de personnes ont besoin d’une aide humanitaire, soit huit personnes sur dix. Les difficultés d’accès compliquent largement les interventions des acteurs humanitaires et l’acheminement de l’aide vers les populations touchées, alors que les restrictions d’importations limitent l’accès à l’eau potable, la nourriture et les biens essentiels.

14,5 millions de personnes sont confrontées au manque d’accès à l’eau, à des conditions d’hygiène et d’assainissement difficiles, qui, couplés à l’effondrement du système de santé, entraîne des conséquences sanitaires considérables. Les quelque 3 millions de personnes déplacées vivent aujourd’hui dans des abris précaires, sans accès à l’eau et à l’hygiène. Depuis octobre 2016, le Yémen connaît une épidémie de choléra qui ne fait que progresser, avec au moins 20 000 cas déclarés pour une épidémie dont l’ampleur est difficile à mesurer.

Aujourd’hui, les populations au Yémen font face à des situations de stress alimentaire intenses et certaines poches de populations pourraient même être confrontées à des situations de famine : 14 millions de personnes sont en situation d’insécurité alimentaire, soit 40% de la population. Les récoltes sont trop insuffisantes pour nourrir une population, qui dépend habituellement des importations alimentaires, pour plus de 90% de sa consommation. Les restrictions aux importations et certaines difficultés d’accès pour les humanitaires sont à l’origine de situations humanitaires dramatiques.

ACTED mobilisée pour répondre à l’urgence

Les équipes d’ACTED sont présentes au Yémen depuis 2012 ; elles interviennent aujourd’hui auprès des populations vulnérables dans les gouvernorats de Sanaa, Ibb, Al Hudaydah et Al Jawf pour répondre aux besoins urgents des populations avec des projets d’aide multisectorielle pour améliorer l’accès à l’eau, l’hygiène et l’assainissement, à de la nourriture et à des abris. Ces projets en cours aujourd’hui correspondent à des interventions menées par ACTED depuis plusieurs mois, en réponse aux situations de vulnérabilité. Cette réponse humanitaire par les équipes d’ACTED va se renforcer dans les semaines à venir pour faire face aux besoins des populations et aux situations d’insécurité alimentaire graves qui se multiplient dans le pays. Dans un même temps, ACTED travaille à poursuivre ses programmes de développement et de renforcement des capacités, notamment productives, des communautés rurales.

Soutenir et renforcer les moyens d’existence

Alors que le conflit fait rage, les communautés des montagnes du gouvernorat de Raymah essayent tant bien que mal de trouver des solutions pour continuer à vivre en cultivant et en vendant l’un des principaux atouts de la région : le café. Le café yéménite a complètement disparu des marchés internationaux, malgré une certaine renommée par le passé. Depuis 2013, ACTED soutient les producteurs de café pour renforcer leurs moyens d’existence et le lien avec la chaîne de valeur du café. Avec la guerre, ces producteurs se sont retrouvés sans accès à de l’eau pour irriguer leurs cultures, et manquent d’outils nécessaires à la production du café. Depuis un an, des associations de gestion des ressources en eau et des associations de producteurs de café ont été créées, par le biais desquelles les systèmes de culture et d’irrigation ont pu être réhabilités, et qui ont permis d’organiser des formations et de partager de l’information et des bonnes pratiques pour stimuler la production et la vente de fèves de café. ACTED encourage les producteurs à travailler ensemble et à partager leur savoir-faire pour optimiser les ressources limitées de la région, améliorer les techniques de production et les rendements. Cette approche communautaire, au milieu des nombreux enjeux et difficultés que présentent le conflit, a permis à ces producteurs de café de poursuivre leur activité et de continuer de générer un revenu en vendant leurs fèves sur les marchés.

Mobiliser la communauté internationale pour répondre aux besoins des populations yéménites

La communauté humanitaire fait aujourd’hui face à un manque considérable de financements pour faire face à la plus grave crise humanitaire aujourd’hui, qui touche près de 80% de la population yéménite. Sans une mobilisation financière et diplomatique de la communauté internationale, la situation humanitaire des populations risque de se dégrader chaque jour davantage. Les difficultés d’accès aux populations à travers le pays et les combats limitent les interventions des ONG, laissant les populations face à des besoins de plus en plus urgents.

ACTED demeure mobilisée au jour le jour pour venir en aide et soutenir les populations touchées sur le terrain. Deux ans après le début du conflit, les solutions sont attendues pour répondre à une crise humanitaire trop souvent passée sous silence.