Skip to Content

actualité | 13 Juillet 2017 | Philippines | Urgence

Crise de Marawi- Une jeune mère déplacée avec ses 6 enfants

Jemma montre la trousse de dignité et d'hygiène qu'elle a reçue par ACTED @ACTED, Philippines, 2017

Le 26 mai à la première heure, Jemma a fui sa maison dans la ville de Marawi, 6 jeunes enfants dans la remorque, parcourant six heures à pied pour atteindre la zone de sécurité la plus proche. Les bras fatigués mais fermes, Jemma a bercé sa fille de 3 semaines alors qu'ils sont arrivés dans le gymnase municipale de Saguiaran avec plusieurs autres familles déplacées. La ville de Marawi a toujours été un endroit paisible, avec les enfants allant à l’école et les parents occupés par leurs activités de subsistance. Jemma et sa famille n'étaient pas préparés à ce conflit. "Au début, nous pensions que le conflit durerait seulement 3 jours, nous n’étions pas préparés à ce déplacement à long terme" raconte Jemma. Tout ce qu'elle a pu attraper avant de partir était quelques vêtements pour ses plus jeunes enfants, dont 3 sont âgés de moins de 3 ans.

Répondre aux besoins fondamentaux de la famille

La famille a reçu l'aide du gouvernement sous la forme d'articles non alimentaires et de paquets alimentaires. Cependant, pour répondre à leurs besoins spécifiques en matière d'hygiène et de santé, le kit d’hygiène et de dignité fourni par ACTED et Action Contre la Faim, avec le soutien de START Network, a été vital. Dans le centre d'évacuation, les quartiers étant étroits et les installations d'assainissement limitées, il est essentiel de garder la zone propre afin d’éviter une épidémie de maladie. Heureusement, les travailleurs de la santé et les bénévoles sont présents dans le centre d'évacuation pour fournir une assistance.

La famille est confrontée à plusieurs défis, Jemma explique: «J'ai vraiment besoin d'argent pour acheter du lait pour mes filles. Ma fille de 3 ans pleure parfois parce que je la force à cesser de boire du lait car nous ne pouvons plus nous permettre d'acheter du lait pour deux de mes plus jeunes filles. Je priorise seulement ma fille de 2 ans pour le lait et je nourris mon bébé d'un mois ". Des milliers d'autres familles font face à des difficultés similaires, car le nombre de personnes touchées par la crise humanitaire qui a frappé Marawi a concerné 400 000 personnes. Sur la base des données du Fonds des Nations Unies pour la Population (UNFPA), environ 84 500 personnes déplacées sont des femmes en âge de procréer, avec plus de 7 000 femmes qui ont accouché au cours des six derniers mois et 11 500 femmes estimées être enceintes.

Trouver une activité génératrice de revenu pour avoir des solutions à long terme

Sans source de revenus ni d'argent, le mari de Jemma est allé dans sa ville natale pour rechercher une activité rémunérée. Cependant, sans moyen de contacter son mari alors qu'il est absent, celui-ci ayant une deuxième famille à soutenir, Jemma essaie de générer ses propres revenus. À l'heure actuelle, elle demande de l'argent à sa tante, qui a également été déplacée, mais les réserves de sa tante sont presque épuisées.

Bien que la famille soit désireuse de rentrer chez elle et de reprendre sa vie, ce sera un défi pour Jemma: «Mon mari a d'autres familles et je ne peux plus compter sur lui, mais je veux que mes enfants poursuivent leurs études. J'espère que le gouvernement et d'autres ONG continueront de nous appuyer lors du retour. » En outre, des combats violents et des bombardements aériens continuent dans la ville de Marawi, sans fin du conflit, le retour à la maison des déplacés internes est difficilement assuré dans un futur proche.