Skip to Content

De la couture à l’agriculture, recouvrer des moyens d’existence résilients

Depuis 2015, la région de Diffa accueille près de 250 000 personnes déplacées par les conflits dans la région du Lac Tchad. Ces déplacés, qui ont dû tout abandonner derrière eux, se retrouvent en situation d’extrême vulnérabilité.

Pour pallier l’absence de moyens d’existence, que les déplacés ont perdu en quittant leur région d’origine, ACTED appuie leur autonomisation économique en créant des microentreprises, par exemple de couture, de mécanique ou commerciales. 330 personnes ont jusque-là participé à cette initiative. Les équipes cherchent également à favoriser la relance agricole, en mettant en place des « champs-écoles paysans » : chaque champ-école réunit un groupe de 20 à 25 personnes une fois par semaine pour cultiver une parcelle de terrain pendant une saison de culture, en s’entraidant pour résoudre ensemble les problèmes de production qui peuvent se présenter et en apprenant des techniques modernes agricoles, plus durables.

Le principe de ces champs-école est de « conduire une culture saine, d’observer toutes les interactions autour de la plante, d’identifier les potentialités et les contraintes, d’expérimenter des solutions et de choisir l’itinéraire technique le plus prometteur et le plus adapté au contexte du producteur et de la productrice », d’après l’Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO). Le projet de champs-école paysans a bénéficié à 150 personnes qui ont pu être formées à des techniques agricoles plus modernes et plus durables et mettre ces connaissances en pratiques sur leur parcelle partagée.