Skip to Content

actualité | 15 Décembre 2015 | Rep. Congo | Développement

Combattre les effets du changement climatique en République du Congo

@ACTED Mindouli, République du Congo

L'impact du changement climatique sur les secteurs agricole et forestier en République du Congo

L’agriculture en République du Congo est particulièrement affectée par le changement climatique, faisant face à une saisonnalité instable et plus difficilement maîtrisable, et, en particulier, une agriculture maraîchère d’autant plus périssable qu’il n’y a pas de moyens de conservation pour mitiger l’impact du changement climatique, ce qui contribue au problème d’insécurité alimentaire auquel le pays fait face.

L’autre secteur fortement touché est le secteur forestier, particulièrement important avec les forêts du nord Congo, une région où l’économie dépend largement du bois. La déforestation, les dégâts écologiques et la diminution de la biodiversité auxquels la région est confrontée sont des phénomènes qui contribuent également au changement climatique.

« Du fait de son important couvert forestier, la République du Congo a un rôle considérable à jouer dans la lutte contre le réchauffement climatique », selon le Directeur d’ACTED en République du Congo. « L’enjeu est tant écologique que de développement, car de la préservation de l’équilibre et de la biodiversité des forêts du nord Congo naîtront aussi des possibilités de développement pour répondre aux besoins actuels des communautés locales et des peuples autochtones. L’économie de la région dépend du bois, et un juste partage des bénéfices liés à l’exploitation du bois en faveur des communautés vulnérables est la condition indispensable à la paix sociale et à leur développement. »

Les populations vulnérables, premières victimes du changement climatique en République du Congo

Les populations vulnérables sont les plus touchées par l’impact du changement climatique en République du Congo : par exemple, les communautés des centres urbains du pays ne peuvent acheter des parcelles à cultiver que dans les zones les moins chères, qui sont aussi les plus sujettes à l’érosion. Dans le nord du pays, les communautés doivent faire face à des cas d’inondations, de feux de brousse, de pluies violentes détruisant les habitats, autant de phénomènes aggravés par le changement climatique. Ces populations, très vulnérables, sont quasiment sans ressources ni capital. Très démunies, elles dépendent du braconnage ou de la cueillette et n’ont pas accès à la santé ou à l’éducation. Ainsi, en l’absence de fonds de développement qui viendraient mitiger l’impact climatique, tout changement rend leur situation encore plus précaire.

La réponse d’ACTED à l’impact négatif du changement climatique en République du Congo

Les équipes d’ACTED agissent pour instaurer et renforcer un système d’agriculture durable et respectueux du climat, en adoptant une approche écosystémique de l’agriculture et en soutenant la production de produits agricoles sûrs et de qualité pour améliorer les conditions sociales et économiques des paysans et des communautés locales.

ACTED agit également pour soutenir le développement des populations vulnérables et en particulier des peuples autochtones vivant des ressources forestières, en favorisant une croissance inclusive et équitable pour les acteurs économiques et la justice sociale, et en promouvant l’emploi productif. Pour favoriser l’inclusion, ACTED accorde une attention particulière aux jeunes, aux femmes et aux minorités ethniques, et promeut des mécanismes de protection sociale et l’accès à une éducation de qualité pour les enfants et les jeunes marginalisés et vulnérables, .

Les activités d’ACTED reliées au changement climatique mises en œuvre en République du Congo

Pour renforcer la sécurité alimentaire, ACTED met en œuvre un projet financé par l’Union européenne pour l’appui à la commercialisation et à la valorisation des produits agricoles dans des districts clefs de production.

Dans le domaine environnemental, ACTED contribue au renforcement des organes techniques pour l’élaboration d’un plan d’investissement au niveau national.

De plus, ACTED a récemment mis en œuvre un projet d’appui aux microprojets des communautés locales et peuples autochtones financés par le Fonds de Développement Local dans le secteur forestier, avec un financement de l’European Forest Institute, qui vise à améliorer les mécanismes de partage des bénéfices liés à l’exploitation forestière.